Navigation – Plan du site
Cycles de formation pluridisciplinaire

Formation à la recherche dans l’aire océanienne (FRAO)

Alban Bensa, Jonathan Friedman, Brigitte Derlon, Marie Pineau-Salaün, Yannick Fer et Gwendoline Malogne-Fer
p. 508-509

Texte intégral

Alban Bensa et Jonathan Friedman, directeurs d’études
Brigitte Derlon, maîtresse de conférences
Marie Pineau-Salaün, maîtresse de conférences à l’Université Paris-V
Yannick Fer et Gwendoline Malogne-Fer, chargés de recherche à l’ΕΡΗΕ

1Durant l’année, la Formation à la recherche dans l’aire océanienne a développé six thématiques, animées hebdomadairement par des chercheurs français ou étrangers, invités à exposer leurs recherches sur les sociétés du Pacifique.

2Alban Bensa (GTMS) a coordonné les quatre séances consacrées aux recherches actuelles dans le Pacifique ; il est intervenu sur l’usage de quelques concepts « indigènes » dans l’anthropologie du Pacifique et a présenté les lectures récentes portant sur la Nouvelle-Calédonie. Johana Téin (GTMS) s’est intéressée à l’archéologie Lapita pour questionner le renouveau des discours sur les origines dans le Pacifique. Puis Maïa Ponsonnet (Université Paris-VIII), à travers une étude des jeux de langage comparés, a sondé les manières de voir le monde des Aborigènes Dalabon d’Australie du Nord.

3Sous la coordination de Brigitte Derlon (LAS), les séances suivantes ont porté sur les femmes dans le Pacifique ; Emmanuelle Crane (GTMS) a fait un exposé sur le vêtement et l’acculturation, en s’appuyant sur la photographie des femmes kanak au XIXe siècle. Nicole-Claude Mathieu a, plus généralement, posé la question du sexe et du genre, avec une série de réflexions thématiques. Hélène Nicolas (CREDO) s’est consacrée à l’étude des formes multiples et changeantes de socialisation sexuée des filles de Lifou (Nouvelle-Calédonie). Enfin, Gwendoline Malogne-Fer (CEIFR-EPHE) a fait un exposé sur la féminisation du pouvoir au sein de l’église protestante ma’ohi (Polynésie française).

4Jonathan Friedman (GTMS) a coordonné la thématique consacrée aux constructions d’identités et aux conflits identitaires dans le Pacifique qu’il a introduite par un exposé sur les identités, les mouvements et les conflits dans le Pacifique en proposant un bilan des recherches depuis les années 1970. Edvard Hviding (Université de Bergen, Norvège) est intervenu sur l’émergence de nouvelles formes de gouvernance dans les Iles Salomon. Françoise Cayrol (EHESS) a posé les questions de mémoire autour des préparatifs du passage à l’an 2000, en analysant plus particulièrement la société fidjienne de Nasau dans son rapport à l’histoire et à la présence indo-fidjienne. Enfin, Ingjerd Hoem (Université d’Oslo, Norvège) a examiné le problème des politiques identitaires dans le Pacifique contemporain.

5Entièrement tournée sur les cultures urbaines océaniennes, la quatrième thématique abordée lors du séminaire de la FRAO était coordonnée par Marie Pineau-Salaün (GTMS- Université Paris-V). Dorothée Dussy (LAU) a proposé un état des lieux de la question des populations urbaines océaniennes. Un exposé de Sophie Barnèche (GTMS) a porté sur les jeunes de Nouméa, entre urbanisation, territorialisation des pratiques et identités. Marie Pineau-Salaün (GTMS-Université Paris-V) a enfin présenté l’ouvrage de M. Goddard The Unseen city : Antropological prespectives on Port-Moresby, Papua New-Guinea.

6Yannick Fer (CEIFR-EPHE) coordonnait les séances autour du thème des innovations religieuses et des dynamiques du changement culturel. Son introduction à l’anthropologie du christianisme en Océanie contemporaine visait à analyser le christianisme traditionnel face aux « nouvelles » églises. Kate Riley (Concordia University) a, quant à elle, exposé le problème de la socialisation syncrétique : la négociation de l’identité « semi-autonome » aux Marquises. Enfin, Mette Ramstad (Østfold College, Halden, Norvège) a présenté ses recherches sur l’église mormone à Hawaii, Tahiti et en Nouvelle-Zélande.

7Enfin, la dernière thématique abordée au cours de cette année a questionné le sens d’être autochtone. La journée du 24 septembre 2005, en tant que fête de l’autochtonie en Nouvelle-Calédonie, a été développée par Alban Bensa (GTMS). Un exposé de Natacha Gagné (GTMS) a porté sur les Maaori et l’autochtonie, et reposait sur l’analyse des possibilités et des limites de cette notion. Enfin, Sylvie Poirier (Université de Laval) a présenté les Aborigènes du désert occidental australien : entre les politiques de l’ancestralité et les politiques étatiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alban Bensa, Jonathan Friedman, Brigitte Derlon, Marie Pineau-Salaün, Yannick Fer et Gwendoline Malogne-Fer, « Formation à la recherche dans l’aire océanienne (FRAO) », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 508-509.

Référence électronique

Alban Bensa, Jonathan Friedman, Brigitte Derlon, Marie Pineau-Salaün, Yannick Fer et Gwendoline Malogne-Fer, « Formation à la recherche dans l’aire océanienne (FRAO) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18358

Haut de page

Auteurs

Alban Bensa

Articles du même auteur

Jonathan Friedman

Articles du même auteur

Brigitte Derlon

Articles du même auteur

Marie Pineau-Salaün

Articles du même auteur

Yannick Fer

Articles du même auteur

Gwendoline Malogne-Fer

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals