Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Histoire
Europe centrale et orientale

Racines sociopolitiques de la Russie moderne, XIVe-XVIIIe siècle

André Berelowitch
p. 533-534

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

André Berelowitch, professeur agrégé EPHE IVe section

1Le séminaire ayant été consacré, en 2004-2005, aux dépendants, serfs et esclaves, dans la Russie ancienne, c’est sur les libres qu’ont porté les travaux de 2005-2006. Le champ d’étude s’en est trouvé fortement restreint. Dans une société, en effet, où la servitude, sous ses différentes formes, la dépendance entendue au sens le plus large dominent sans conteste, la liberté personnelle, constamment menacée, implique habituellement un statut marginal ou privilégié, de toute façon minoritaire.

2Pour exprimer la notion de liberté, le vocabulaire de la Russie ancienne hésite entre deux termes, dont l’un, svoboda, désigne plus spécialement l’absence de contraintes légales ou leur annulation (équivalent approximatif de « franc »), tandis que l’autre, volja, dérivé du radical *vol (comme dans volere) et non dépourvu d’une nuance péjorative, s’applique à l’individu qui n’agit que selon son bon vouloir, par exemple la population bigarrée et bien proche du vagabondage, qui fournit la main-d’œuvre pour la navigation fluviale.

3Si l’on exclut la noblesse et le clergé, c’est le moment où l’individu devient libre ou cesse de l’être que les documents permettent de saisir avec le plus de précision.

4Un certain nombre d’actes d’affranchissement d’esclaves avaient déjà été examinés l’année précédente. Le changement de seigneur d’un tenancier de la région de Suzdal’, effectué le 6 décembre 1602 et respectant par conséquent les dispositions des édits du 28 novembre 1601 et du 24 novembre 1602 (ancien style), résulte, selon le droit en vigueur, de la libre décision du paysan. En réalité, c’est le nouveau seigneur qui acquitte les dettes du tenancier. Ce sont ses agents qui viennent arracher le paysan aux griffes de son ancien maître. Sa liberté, toute théorique, n’aura duré que le bref instant où il change de mains (Russkij diplomatarij, 9, p. 330-331, n° 71).

5Une liste de citadins prisonniers pour dettes, détenus à Sol’ Vyčegodskaja en 1626 pour des sommes allant de 15 à 900 roubles, confirme l’extrême vulnérabilité du libre (RGADA, fonds 137, catalogue 1, registre d’Ustjug n° 10, f. 623-625v°). Un contrat d’embauche, nettement postérieur (1683), met en scène un marchand privilégié et son commis : on constate que celui-ci aliène sa liberté pour cinq ans, avec des obligations tout à fait comparables à celles de l’esclave domestique (RGADA, fonds 137, catalogue 1, registre de Staraja Rusa n° 8, f. 55-57v°).

6Pour décrire le mode de vie des rares individus qui réussissent, dans une certaine mesure, à échapper aux contraintes de la société moscovite, le chargé de conférences a eu recours à des exemples précis. C’est ainsi que Jonas des Solovki (1561-1621), un moine gyrovague qui sillonne, de monastère en monastère, la Russie du Nord et du Nord-Ouest, gagne sa vie grâce à ses talents de chantre et de copiste (Β. N. Morozov dans Arheografičeskij Ežegodnik, 2000, 447-453). Le peintre d’icônes Michel Ponomarev s’engage, en 1674, à fournir de nouvelles icônes pour l’abbatiale du monastère de l’Intercession, à Suzdal’ ; il s’agit bien d’un contrat de gré à gré, mais ses concitoyens doivent se porter garants de la bonne qualité du travail et de son achèvement dans les délais fixés. Si l’artiste faisait défaut, ils devront acquitter à sa place la somme (considérable) de 50 roubles (Pam. Vlad., 1984, n° 243). André Vasil’ev, enfin, fils de canonnier qui a pris la clef des champs, a été capturé sur le Don par les Tatars en 1622, et c’est à ce titre qu’il apparaît dans les documents officiels. Avant d’être enlevé, il gagnait sa vie dans le no man’s land de la steppe, grâce au sel, au miel sauvage et au gibier qu’il s’y procurait (AJuB, III, n° 340/I, col. 323-325).

7Quelques petits entrepreneurs moscovites du début du XVIIIe siècle, enfin, ont laissé des traces de leur activité sous la forme de contrats passés avec des particuliers ou avec les autorités de la ville (M. V. Nikolaeva, Častnoe stroitel’stvo ν Moskve i Podmoskov’e, 2004). La plupart ne précisent pas leur statut, et le contexte semble indiquer que ce sont des artisans. Mais l’un d’entre eux, Michel Andreev, est un « orant du Palais » (verhovnyj bogomolec), c’est-à-dire un de ces mendiants pieux et de bonne conduite que le tsar entretient dans ses appartements du Kremlin et qui doivent prier Dieu pour Sa Majesté. Il prend à ferme en 1719 la dépose, puis la repose des vannes qui règlent le débit de l’eau pour les moulins à scie, à foulon et à tan sous les cinq arches du Kamennyj most ou Pont de Pierre (Nikolaeva, II, n° 579, p. 45-46).

8C’est bien dans les interstices (Marx dirait « dans les pores ») de la société russe ancienne que la liberté personnelle trouve à s’abriter. Encore s’agit-il, le plus souvent, d’un refuge temporaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Berelowitch, « Racines sociopolitiques de la Russie moderne, XIVe-XVIIIe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 533-534.

Référence électronique

André Berelowitch, « Racines sociopolitiques de la Russie moderne, XIVe-XVIIIe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18405

Haut de page

Auteur

André Berelowitch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals