Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Anthropologie

Approche anthropologique de la transsexualisation

Laurence Hérault
p. 538-539

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie
Haut de page

Texte intégral

Laurence Hérault, maîtresse de conférences à l’Université Aix-Marseille-I

1À la suite du séminaire de l’an passé qui s’intéressait à la place des rituels dans la constitution des identités transgenres dans plusieurs sociétés amérindiennes et européennes, les conférences de cette année ont porté sur le processus de transsexualisation dans notre société. À partir d’une enquête de terrain en cours dans une équipe hospitalière française spécialisée en « sexologie et dysphorie de genre », les conférences ont interrogé conjointement le parcours de transsexualisation et la notion de personne transsexuelle. Dans un premier temps, on s’est attaché à analyser la manière dont cette conception de la personne transsexuelle s’est donnée dans la nosologie psychiatrique du milieu du XIXe siècle au milieu du XXe siècle (jusqu’à la définition du syndrome de transsexualisme par H. Benjamin). Sur la base d’une représentation psychosomatique, où chacune des composantes de la personne est sexuée, le transsexuel (ou plutôt l’inverti dans un premier temps) apparaît comme une personne dédoublée assez proche du schizophrène. Le dédoublement du schizophrène se distingue cependant de celui de l’inverti/transsexuel au sens où il s’agit dans le premier cas d’un problème de fragilité de la « frontière » interne (corps et âme indépendants l’un de l’autre) et de perméabilité de la « frontière » externe (expérience de fusion entre soi et les autres). Pour la personne invertie, le dédoublement n’est pas un problème de « frontières » mais un problème de cohérence des deux composantes de la personne qui sont sexuées contradictoirement (sensation sexuelle contraire de K. Westphal, sex-split personalities de H. Benjamin). Cette conception est essentielle pour comprendre la manière dont a été pensé le « traitement » du transsexualisme : face à cette incohérence, il s’agit d’agir sur l’une des composantes pour rétablir une harmonie générale. Si le débat sur le lieu d’intervention est toujours implicitement présent, les procédures actuelles privilégient une transformation corporelle.

2Dans un second temps, on s’est attaché aux conceptions de la personne transsexuelle qui transparaissent dans la prise en charge médicale contemporaine. À partir d’une analyse du protocole médical, de consultations et de commissions d’évaluation, on a pu montrer que la prise en charge médicale fragmente elle aussi le « patient » transsexuel. On retrouve notamment la partition psychisme/corps dans l’organisation de l’équipe et la coordination des différents intervenants, mais également une partition plus fine qui fragmente et divise le corps en divers organes et fonctions. Cette dernière fragmentation est essentielle pour la transformation corporelle qui peut être vue comme un processus de désexuation-resexuation. Enfin à partir de l’analyse d’autobiographies de personnes souhaitant une réassignation et consultant en ce sens un psychiatre, on a pu montrer que la personne transsexuelle qui émerge des autobiographies est moins une personne « contraire » que « contrariée ». Ces autobiographies qui donnent à voir l’ensemble de la trajectoire de la personne la montrent comme un individu qui n’est pas reconnu pour ce qu’il est et qui, de ce fait même, est dépossédé de lui-même. Cette conception est importante au sens où contrairement aux précédentes, elle engage la dimension relationnelle dans la définition même de la personne. Un lien semble se constituer entre cette dernière représentation et celle de la personne comme incohérente ou dysharmonieuse au moment de l’inscription de son propre « trouble » dans le cadre du transsexualisme. Le processus de transsexualisation apparaît alors comme une sorte de « recouvrement » de soi et s’initie d’ailleurs le plus souvent à un moment où les relations aux autres se modifient.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Hérault, « Approche anthropologique de la transsexualisation », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 538-539.

Référence électronique

Laurence Hérault, « Approche anthropologique de la transsexualisation », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18414

Haut de page

Auteur

Laurence Hérault

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals