Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Anthropologie

La parenté spirituelle. Mythes, rites et symboles

Salvatore D’Onofrio
p. 540-541

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie
Haut de page

Texte intégral

Salvatore D’Onofrio, professeur à l’Université de Palerme

1Ce cycle de conférences s’est inscrit dans le cadre de la réflexion sur la parenté spirituelle qui a été principalement menée ces dernières années surtout par les anthropologues et les historiens.

2En partant de la constatation que certaines fonctions de l’oncle maternel dans la société romaine et ailleurs sont assumées, dans l’horizon chrétien, par le parrain, celui qui tient dans ses bras le nouveau-né lors du baptême, devenant ainsi compère de ses parents, on a exploré d’abord le problème de l’inceste. En effet, le parrain de baptême non seulement se présente comme un élément de reconfiguration de la structure précédente des rapports de parenté, mais l’étude de ses fonctions nous a permis de postuler l’existence d’une nouvelle variété d’inceste et de dessiner un atome de parenté spirituelle complémentaire et dérivé par rapport à l’atome lévistraussien. Les conférences ont examiné ainsi quelques reflets significatifs des relations de parenté spirituelle non seulement dans les rites de passage (surtout le baptême), mais aussi dans les littératures européennes qui du Roman de Renart au Décameron de Boccace, du Reineke Fuchs de Goethe jusqu’à la tradition folklorique ont traité des relations sexuelles perçues comme incestueuses et notamment des relations entre compère et commère, c’est-à-dire entre la mère d’un enfant et son parrain.

3On a exploré ensuite les relations de parenté spirituelle dans d’autres cultures où la relation sexuelle entre des individus rituellement apparentés, même s’ils ne sont pas des consanguins ou des affins, est perçue comme incestueuse, et d’un point de vue idéologique parfois même plus grave qu’entre consanguins. Ce type d’inceste pousse aux conséquences les plus extrêmes le caractère symbolique de la prohibition, en confirmant cependant, comme toutes les autres formes de la Règle, la continuité entre le biologique et le social et les conséquences néfastes entraînées par sa transgression.

4La prise en charge de ces données a permis enfin de traiter de la fonction du parent symbolique dans l’orientation du choix matrimonial, car beaucoup de cas confirment tous une interférence aussi bien qu’une antériorité, du point de vue idéologique, à l’égard des champs de la consanguinité et de l’alliance. En effet, loin de se borner aux sociétés de l’horizon chrétien, qui la présentent pourtant sous une des formes les plus structurées, la parenté spirituelle, là où elle est opérante, interfère de manière significative avec les principes et les relations qui constituent l’atome de parenté : d’une part, la consanguinité, l’alliance, la filiation, d’autre part, les attitudes dans les couples frère-sœur, mari-femme, père-fils, oncle maternel-neveu. La parenté spirituelle manipule ces principes et ces relations en intervenant symboliquement sur le langage et les substances corporelles, mais aussi sur la dimension temporelle pour consolider des relations sociales fragiles, ou bien en permettant d’orienter le circuit matrimonial ou encore de représenter les règles fondamentales sur lesquelles se fonde la vie sociale.

5Il s’est agi en définitive d’explorer, au moyen des formes de parenté spirituelle élaborées par des sociétés différentes, la dimension symbolique constitutive de la parenté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Salvatore D’Onofrio, « La parenté spirituelle. Mythes, rites et symboles », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 540-541.

Référence électronique

Salvatore D’Onofrio, « La parenté spirituelle. Mythes, rites et symboles », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18419

Haut de page

Auteur

Salvatore D’Onofrio

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals