Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Linguistique, sémantique

De la description à la transcription des langues

Gabriel Bergounioux
p. 559-560

Entrées d’index

Index thématique :

Linguistique‚ sémantique
Haut de page

Texte intégral

Gabriel Bergounioux, professeur à l’Université d’Orléans

1Le séminaire a été consacré à la question de la transcription, depuis la séparation majeure des écritures entre la conformation phonétisante (représentée par la stabilisation de l’alphabet au terme du long processus d’émergence scripturaire au Moyen-Orient) et la préservation contenue de la pasigraphie dans la notation chiffrée. La transmission du savoir autour d’un accès contrôlé aux textes a stabilisé les pratiques de notation et de commentaires qui, en Occident, se sont inscrites dans une continuité où la transformation des objets (de la littérature épique à l’exégèse religieuse) et l’extension des langues consignées ne se sont pas accompagnées d’une révision des principes. La présentation linéaire, le découpage des unités, le classement des catégories et les techniques métalinguistiques sont contenus dans une tradition issue d’Aristote qui vingt siècles durant ne parvient pas à concevoir un objet comme le dictionnaire de langue alors que, parallèlement, les sciences du nombre évoluaient des usages calculatoires, utilisés en particulier dans la géométrie et l’astronomie, vers l’algèbre.

2Alors que les sciences numérisées connaissaient un nouvel essor en physique à partir du XVIe siècle, il a fallu attendre la rupture introduite par le comparatisme en 1816 pour que soient reconsidérées, d’une façon radicalement neuve, les écritures conventionnelles. Bopp abandonnait le contenu des documents à l’histoire et s’astreignait à réduire les caractères sanskrits, perses, grecs, gotiques, slaves et latins à une appréciation commune de leur valeur (et non de leur prononciation), avant d’établir, à partir des formes restituées, une comparaison des morphèmes grammaticaux et des racines. En deçà de la diversité des tracés épigraphiques et paléographiques, il établissait une normalisation de l’alphabet adaptée à l’objet propre de la linguistique : la notation des langues orales. Paradoxalement, c’est à partir d’une investigation purement philologique qu’ont été élaborés les principes d’un alphabet phonétique.

3Au moment où Passy, Vietör et Sweet, partant des acquis de la phonétique instrumentale, s’accordent sur un inventaire des sons et sur leur notation (création de l’Alphabet Phonétique International dans les années 1870-1880), Saussure propose la première analyse phonologique dans son Mémoire sur le système primitif des voyelles dans les langues indo-européennes (1879). Renonçant à l’identification articulatoire ou acoustique des éléments, il conçoit une disposition « algébrique » des unités et clôt, par ce postulat, le partage opéré trois millénaires plus tôt entre les chiffres et les lettres. Il les réunit par une approche structurale, c’est-à-dire centrée sur la langue et non sur le signal, la parole.

4La définition non substantialiste des phonèmes, comme des unités opératoires constituées par le réseau des relations oppositives et négatives, soutient le développement des linguistiques contemporaines à travers tout le XXe siècle. Elles inventent une sténographie strictement conventionnelle qui révise les catégories fondamentales de l’analyse traditionnelle en histoire de la grammaire, qui est, comme son nom l’indique, une science des lettres. La représentation en formalismes assure la transformation des recensions descriptives et applicatives en schémas explicatifs, susceptibles de manipulations réglées à valeur démonstrative. La saisie des organisations phonologiques (et morphologiques) dans des écritures galiléennes est rendue possible. Elle assure, en partant de la structure phonologique, un rapprochement mathématisé avec ce que le Traitement automatique des langues capture au niveau macrolinguistique, du texte au mot.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gabriel Bergounioux, « De la description à la transcription des langues », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 559-560.

Référence électronique

Gabriel Bergounioux, « De la description à la transcription des langues », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 26 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18451

Haut de page

Auteur

Gabriel Bergounioux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals