Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre d’études des modes d’industrialisation – CEMI

Ulrike Schuerkens
p. 577-579

Texte intégral

Ulrike Schuerkens

L’histoire du développement entre mondialisation et vécu social local

1Dans la première partie du cours, on s’est efforcé de donner un aperçu du développement économique et social en ce début du XXIe siècle. On a retracé l’histoire du développement social et économique en tant qu’entreprise de plus en plus globale. On s’est familiarisé avec les sources globales et les dimensions récentes du changement social et économique ainsi qu’avec le rôle spécifique du projet de développement depuis le milieu des années 1940. Il s’agissait de penser le développement en tant que projet transnational à l’échelle mondiale.

2Le monde actuel est très différent du monde qui donna naissance aux théories du développement et la rapidité du changement en rend sa compréhension difficile. Différents principes d’organisation commencent à devenir de plus en plus importants : les régions et les communautés transnationales, les réseaux transnationaux d’échanges, les entités ethniques et culturelles. Notre but était de situer les changements actuels dans leur perspective historique, tout d’abord, en présentant brièvement l’époque du développement (incluant les discours théoriques) et, ensuite, en exposant le changement de sa signification au moment où apparaît l’ère globale.

3On a analysé les conditions qui ont amené les États et les institutions multilatérales à institutionnaliser le projet de développement social et économique en tant que concept-clé de l’ère de la guerre froide. Une série d’études de cas concentrée sur l’expérience du développement des pays du Sud a permis d’individualiser l’expérience, tout en incluant les situations locales dans un processus commun.

4Le processus commun du développement a changé de manière substantielle. À partir du début des années 1970, le nouveau projet de globalisation fit évoluer le projet de développement, lié à la dette de manière dramatique, pendant la crise des années 1980. On a retracé les aspects principaux de cette tendance, en incluant quelques-uns des contre-mouvements, comme celui des femmes et de l’écologie. De nouvelles questions se posent dans un monde qui s’intègre et se désintègre au moment où les problèmes d’environnements doivent se régler à l’échelle mondiale. L’échelle et le style des politiques ont changé et de nouvelles thématiques apparaissent, par exemple, les droits de l’homme dans un monde où la circulation de l’argent, des personnes, de marchandises et des idées est de plus en plus rapide. L’ensemble de ces thématiques complique notre perception du développement et de l’inégalité internationale.

5En comprenant l’histoire du développement, nous nous sommes familiarisés avec les bases qui permettront de comprendre les récentes tendances de restructuration. En effet, ces tendances incluent de nouveaux discours et de nouveaux développements Institutionnels comportant une remise en cause de la forme de l’ordre mondial émergent.

6Dans la seconde partie du séminaire, nous avons discuté du développement des notions de globalisation et de localisation en sociologie et en anthropologie pendant les dernières vingt années et l’on a résumé les résultats des recherches. En plus, un certain choix thématique lié à mon programme de recherche a été présenté. On a argumenté que la localisation des courants culturels globaux se trouve encore dans une phase impressionniste et que des procédures systématiques comme celles qui sont utilisées dans un livre récemment édité par moi doivent les compléter (Global forces and local life-worlds, Sage, 2004). Ceci conduit à une évaluation systématique de l’homogénéisation culturelle globale. Le séminaire a traité des problèmes de convergence culturelle, de globalisation non occidentale et de modernités alternatives. Les échanges culturels qui mettent en question l’Occident n’ont pas encore reçu suffisamment d’attention. Les processus sociaux liés à la colonisation, et plus tard à la situation postcoloniale, se sont confrontés nécessairement aux différences locales. Néanmoins, les réponses ont été multiples. C’est ainsi que l’analyse comparative de l’interaction des processus locaux et globaux peut expliquer des cas particuliers, mais également des dynamiques parallèles. L’aspect diachronique devient ainsi un élément intrinsèque du champ du développement. On a essayé de se familiariser avec les processus structurés du changement « giocal » dans différents domaines : les rapports de genres, le travail, l’Inégalité sociale, la migration transnationale, l’émergence d’une culture mondiale, l’appartenance locale face à la mondialisation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ulrike Schuerkens, « Centre d’études des modes d’industrialisation – CEMI », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 577-579.

Référence électronique

Ulrike Schuerkens, « Centre d’études des modes d’industrialisation – CEMI », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18482

Haut de page

Auteur

Ulrike Schuerkens

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals