Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre d’études nord-américaines – CENA

Marie Mauzé et Joëlle Rostkowski
p. 579-580

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Recherches nord-américanistes

1Coordonné par Pauline Peretz (post-doctorante CNRS au Centre), ce séminaire se veut un lieu d’échanges dans lequel chercheurs du Centre et chercheurs invités présentent toutes les deux semaines leurs travaux en cours. Comme les années précédentes, les exposés réalisés en 2005-2006 ont porté sur des sujets très variés et ont révélé des approches et des intérêts multiples.

2L’année a débuté avec l’inauguration d’une nouvelle série intitulée Americana. Dans ce cadre, Paul Schor (maître de conférence à l’Université Paris-X et membre du CENA) a suggéré que la pratique du sourire en public faisait partie de l’habitus de l’Américain affichant son adhésion aux valeurs de la société de consommation (1890-1940). Puis Régina Blaszczyk (Hagley Foundation) a présenté ses recherches en cours sur la consommation dans l’« Amérique victorienne ». Ted Widmer, professeur au Washington College, est intervenu pour donner un aperçu d’un ouvrage en cours de rédaction sur l’idée de liberté dans l’histoire américaine. Bruce Raeburn, professeur à Tulane University, directeur d’études invité, a mis en valeur la place des musiciens italiens dans les premiers orchestres de jazz de La Nouvelle-Orléans. Simon Grivet, doctorant au Centre, a présenté le cas de l’exécution de Barbara Graham pour évoquer les pistes de recherche qui structureront sa thèse sur la peine de mort en Californie. Jacques Portes, professeur à l’Université Paris-VIII et membre du Centre, s’est interrogé sur les parts respectives de lucidité et de sincérité dans les choix politiques du Président Lyndon Β. Johnson. Pauline Peretz est intervenue pour expliquer le succès du combat politique en faveur des Juifs soviétiques pendant la guerre froide aux États-Unis. Ellen Hampton, doctorante au Centre, a proposé une comparaison synthétique des premiers immigrants aux Amériques. Jean Heffer, directeur d’études à la retraite, a présenté les résultats statistiques auxquels l’a conduit son enquête sur les ventes de terres dans le comté de Lincoln à la fin du XIXe siècle, tout particulièrement sur les questions de prix. Cécile Vidal, maître de conférences à l’Université Grenoble-II, s’est demandé dans quelle mesure la Grande Louisiane française pouvait être considérée comme une colonie de la frontière violente. Enfin, Martha Jones, professeure assistante à l’Université du Michigan et directrice d’études invitée, a clos le séminaire en proposant de suivre les pérégrinations d’un ménage d’esclaves à travers l’Atlantique dans un combat juridique pour la liberté.

Marie Mauzé, directrice de recherche au CNRS Joëlle Rostkowski, consultante à l’Unesco

Histoire et anthropologie des sociétés amérindiennes (États-Unis, Canada)

3Le séminaire a proposé trois thèmes de réflexion principaux. Les premières séances ont été consacrées à l’historiographie et aux grandes figures contrastées et complémentaires de la pensée anthropologique en Amérique du Nord à la fin du XIXe siècle : Franz Boas, avec son article sur les limites de l’approche comparative où apparaît la notion de relativisme culturel, et James Walker qui illustre le rôle clé des ethnologues autodidactes dans l’Ouest, en particulier dans la collecte de données concernant les Indiens des Plaines. Un autre mode d’étude et de restitution de matériaux ethnographiques a été examiné à l’occasion de la parution en France de l’ouvrage de John Neihardt, When the tree flowered (Face à l’arbre sacré), document qui s’inscrit à la charnière de la fiction et de l’ethnographie et témoigne de la collaboration fructueuse entre autochtones et non-autochtones. Cet ouvrage a été présenté au séminaire par son préfacier, Raymond de Mallie, professeur à l’Université d’Indiana.

4Le séminaire s’est poursuivi par une étude approfondie de l’importance de l’expédition Lewis & Clark (1803-1806), entreprise à l’initiative du Président Thomas Jefferson. À travers le prisme de l’exploration scientifique, ont été traités les thèmes de la rencontre, de la construction des identités et de la mise en place de la politique fédérale indienne. Trois auteurs (Françoise Perriot, Annick Foucrier, Denis Vaugeois) ont permis de mettre en évidence le rôle des Canadiens français et des Métis dans les premiers contacts et l’interaction pacifique entre Amérindiens et Blancs le long du Mississippi.

5Les questions contemporaines ont été abordées à partir de l’exemple de communautés de l’Est (Indiens de Long Island et Algonquins du Québec). Joëlle Rostkowski a présenté le cas des Shinnecock et leur lutte pour l’obtention de la reconnaissance fédérale. Jacques Leroux a examiné le statut de la pensée mythique et les difficultés relatives à sa transmission aujourd’hui. Un autre volet de la question identitaire a été traité par Janine Lemaire à propos des Indiens urbains de Californie.

6Quelques étudiants ont présenté l’état de leur recherche en cours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Mauzé et Joëlle Rostkowski, « Centre d’études nord-américaines – CENA », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 579-580.

Référence électronique

Marie Mauzé et Joëlle Rostkowski, « Centre d’études nord-américaines – CENA », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18485

Haut de page

Auteurs

Marie Mauzé

Articles du même auteur

Joëlle Rostkowski

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals