Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine – CECMC

Frédéric Obringer et Yoshio Abé
p. 581-582

Texte intégral

Frédéric Obringer, chargé de recherche au CNRS

Anthropologie historique de la médecine chinoise et des échanges médicaux entre la Chine et l’Europe

1Toujours dans le cadre de nos travaux sur les relations médicales entre la Chine et l’Europe aux XVIIe-XVIIIe siècles, nous nous sommes intéressés, en le lisant entièrement et en le commentant, à un texte paru en 1735 dans le troisième volume du fameux ouvrage publié à Paris sous la direction de Jean-Baptiste Du Halde, la Description géographique, historique, politique et physique de l’empire de la Chine et de la Tartarie chinoise. Ce texte d’une vingtaine de pages, intitulé « Tchang Seng, ou l’art de se procurer une vie saine et longue », a été traduit par le P. Dentrecolles, mais l’on n’a pas réussi jusqu’à présent à identifier quelle source chinoise a été utilisée ; tout au plus sait-on, si l’on en croit la présentation proposée par Du Halde, qu’elle daterait de la 36e année du règne de Kangxi, soit 1697, mais l’étude des catalogues bibliographiques concernant cette période ne nous a pas permis encore de l’identifier avec précision. Il s’agit peut-être d’une partie d’un ouvrage rédigé « au fil du pinceau » (biji) par un lettré, partie traitant d’un sujet qu’affectionnaient nombre d’auteurs de ce genre littéraire. Le texte que nous avons étudié relève en effet de la catégorie d’écrits dits de yangsheng (techniques pour entretenir la vie) ou encore de changsheng (techniques pour prolonger la vie). Cette catégorie a une longue histoire, puisque les manuscrits médicaux de Mawangdui, qui datent grosso modo du IIIe siècle avant notre ère, en comportent déjà plusieurs exemples, tandis que le Canon taoïste (Daozang) contient de nombreux traités que l’on peut rattacher à cette tradition. On y parle, d’une façon générale, de techniques censées contribuer à l’entretien d’une bonne santé – sinon à l’obtention de l’immortalité –, comme des exercices respiratoires fondés sur la maîtrise de la circulation du qi, des mouvements gymniques et des massages, des techniques sexuelles et la diététique.

2Le texte qui nous a occupé cette année n’aborde en fait, sur un ton souvent moralisateur aux accents confucéens qui semble avoir séduit le traducteur jésuite, que certaines de ces techniques ; à vrai dire, en dehors des conseils en matière de diététique, il s’agit surtout de préceptes devant régir les affects et la vie quotidienne, avec comme point commun la modération en toutes choses. L’article premier a pour titre « Régler son cœur et ses affections », l’article second « Régler l’usage des aliments », l’article troisième « Régler les actions de la journée » et l’article quatrième « Régler le repos de la nuit ». L’attention des missionnaires a peut-être été retenue également par la condamnation explicite faite par l’auteur de la médecine et des médecins : c’est par la vertu et les « œuvres charitables » que l’on se sauve, et non par l’étude des ouvrages médicaux.

3En comparant le texte traduit avec des écrits analogues en chinois, nous avons pu une fois de plus mettre en évidence les chausse-trappes qui attendaient les traducteurs jésuites et comment ils y ont fait face, au prix d’acrobaties conceptuelles et de choix forcés.

4J.-B. Pettier, étudiant en master, a fait un exposé sur l’ouvrage de Frank Dikötter, Sex, culture and modernity in China.

Yoshio Abé

Anthropologie comparée d’une céréale asiatique majeure : le riz

5Après avoir abordé en 2003-2004 l’ethnobotanique et l’agro-botanique du riz asiatique et en 2004-2005 la première phase de la technologie préindustrielle du riz pratiquée à travers le monde : systèmes de riziculture, contrôle hydraulique de la rizière, préparation du sol, etc., le séminaire de l’année 2005-2006 a été consacré à l’enseignement sur la dernière phase de cette technologie : moisson, égrenage (battage) et mondage (décorticage et blanchiment). Dans l’optique pluridisciplinaire, chacune de ces opérations a été définie ; différentes techniques et différents instruments ont été présentés avec des images et des photos. Au cours de cet enseignement, ont été indiqués des points d’observation et d’analyse, ainsi que les raisons pour lesquelles ils sont importants. A été également montrée la manière pertinente et efficace d’interpréter des textes ethnographiques et historiques et des iconographies.

6Une séance a été consacrée au thème de « Techniques de récolte et de préparation culinaire des riz sauvages et d’autres plantes de la tribu Oryzée ».

7De plus, le 21 mars 2006, Florence Strigler de l’Institut français pour la nutrition a accordé une conférence intitulée : « Composition biochimique et valeur nutritionnelle du riz », thème extrêmement important pour aborder les questions des modes de consommation du riz et de la vie alimentaire de l’humanité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Obringer et Yoshio Abé, « Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine – CECMC », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 581-582.

Référence électronique

Frédéric Obringer et Yoshio Abé, « Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine – CECMC », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 17 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18487

Haut de page

Auteurs

Frédéric Obringer

Articles du même auteur

Yoshio Abé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals