Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre de recherche sur l’Amérique préhispanique – CRAP

Aïcha Bachir Bacha
p. 590-591

Texte intégral

Aïcha Bachir Bacha, ingénieur de recherche

Dynamiques préhispaniques dans le sud du Pérou (500 av. J.-C.-500 ap. J.-C.)

1Le séminaire s’est inscrit dans nos recherches sur les sociétés préhispaniques de la côte sud du Pérou. Au cours de cette année, nous avons abordé la culture Nasca. Notre approche de cette société dite sans écriture s’est démarquée de la traditionnelle archéologie de l’objet qui privilégie les études typologiques et stylistiques, notamment celles de la céramique. De cette perspective essentiellement attachée à la sériation, est née une séquence chronologique relative qui ne se révèle pas toujours en accord avec la réalité qu’offrent les données archéologiques.

2Le but de ce séminaire étant de restituer l’histoire des anciens Nasca, nous nous sommes donc attachée à étudier et à interpréter l’ensemble de la culture matérielle mise au jour dans différents contextes (monuments cérémoniels, tombes, habitat, etc.) en la confrontant avec l’analyse de l’organisation territoriale des anciens établissements Nasca (sites cérémoniels, civico-cérémoniels, habitationnels, géoglyphes et canaux d’irrigation). On a ainsi pu transcrire l’évolution de la culture Nasca en la fondant sur de véritables faits sociaux.

3Méthodologiquement, nous sommes partis des résultats des fouilles les plus récentes ; les autres paramètres tels que l’iconographie des objets de musée et les chroniques ont aidé à confirmer et à consolider l’interprétation.

4L’analyse de la culture matérielle a démontré que, dès la première période (50 av. J.-C.-450 ap. J.-C.), les Nasca détiennent une organisation sociale complexe ; ils connaissent des hiérarchies Internes et territoriales qui peuvent se refléter dans le fonctionnement et l’organisation du centre politico-cérémoniel de Cahuachi dont dépendait un réseau d’établissements secondaires. L’architecture monumentale, le traitement funéraire socialement différencié, l’existence d’un commerce d’objets de luxe et un système de communication symbolique institutionnalisé à travers un code iconique installent un écart notable avec le modèle des chefferies « atomisées ».

5Cerner la fonction du site de Cahuachi a permis d’écarter l’hypothèse de l’usage périodique et exclusivement cérémoniel du plus grand établissement Nasca. En confrontant les données archéologiques à celles des chroniques, il s’est avéré que la conception du centre cérémoniel « vacio » ou « aislado » peut s’appliquer à des lieux sacrés tels que des collines, des montagnes ou des pampas mais pas à des emplacements à architecture publique monumentale comme c’est le cas de Cahuachi.

6Quant au caractère purement théocratique du gouvernement, il est à réexaminer. Les contextes archéologiques indiquent que le guerrier y tenait dès l’origine une place de choix. En raison de la codification symbolique propre à cette aire culturelle, l’iconographie ne l’a pas toujours repérée mais les fouilles l’attestent. Il faut donc envisager au sommet de l’État Nasca une dualité sociopolitique où prêtres et guerriers seraient intégrés dans une complémentarité. L’émergence explicite du guerrier dans l’iconographie viendra après le déclin de Cahuachi (450 -650 ap. J.-C). En effet, l’abandon de ce site n’interrompra pas l’essor de la culture Nasca. La société demeurera organisée sur les bases antérieures mais le pouvoir politique se repositionnera autour de nouveaux centres régionaux.

7Enfin, nous avons entamé une réflexion sur une méthode d’analyse du corpus iconographique Nasca qui se poursuivra l’année prochaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aïcha Bachir Bacha, « Centre de recherche sur l’Amérique préhispanique – CRAP », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 590-591.

Référence électronique

Aïcha Bachir Bacha, « Centre de recherche sur l’Amérique préhispanique – CRAP », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18494

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals