Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Laboratoire d’anthropologie sociale – LAS

Barbara Glowczewski
p. 605-606

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Barbara Glowczewski, directrice de recherche au CNRS

Anthropologie des réseaux : colères globales, créations locales

1Le séminaire a réuni, de mars à mai, de vingt à cinquante personnes pour onze séances. La douzième programmée la semaine d’occupation de l’amphithéâtre a été reportée à l’année prochaine. Nous cherchions à mettre en valeur la créativité locale de communautés victimes de la colonisation ou d’une globalisation dont la violence suscite la colère.

2Six séances australiennes. Barbara Glowczewski a situé sa recherche « Mort en garde à vue, émeutes et bal à Palm Island : une réserve de punition en Australie » (mars) dans le cadre d’un réseau international sur l’anthropologie de la perception. Elle a analysé le contexte d’une émeute provoquée par la mort d’un Aborigène retrouvé les côtes brisées et le foie percé dans sa cellule moins d’une heure après son arrestation pour ivresse. L’observation des audiences d’enquête et des témoins à charge, suivies au tribunal de Townsville tout au long de l’année 2005 lui a permis de disséquer des contradictions appuyées d’images tournées par des Aborigènes, des journalistes ou le chercheur.

3Maia Ponsonnet, jeune docteur en philosophie (Université Paris-VIII) a questionné l’impact d’une entreprise d’écotourisme à laquelle elle a participé sur plusieurs années : « Tourisme et réappropriation culturelle : le cas de Bodeidei Camp en Centre Arnhem » (mars). La discussion animée par Philippe Simay (LAS) a dégagé la spécificité de l’anthropologie de terrain par rapport à la philosophie. Jessica De Largy Healy, doctorante en cotutelle (Université de Melbourne/EHESS) de retour de dix-huit mois de terrain sur l’île Galiwin’ku, a analysé un montage de mille photos montrant la manière dont les Yolngu utilisent la caméra, les photos d’archives et l’ordinateur pour continuer leur vie rituelle : « Les médiateurs de la Loi : gestion du savoir et nouvelles technologies en Terre d’Arnhem » (mai). Le professeur Franca Tamisari (Université de Queensland/Université Ca’Foscari de Venise) a présenté en film, un festival des années 1990 dans une communauté voisine, où les Aborigènes s’approprient diverses formes musicales, dont le hip hop : « Follow these footprints to the place of the charcoal embers. Embracing difference through performance in a local festival at Milingimbi » (mai). Géraldine Le Roux, doctorante en cotutelle (EHESS/Université de Queensland) a exposé sa recherche et sa collaboration avec des artistes urbains dont certains qu’elle a fait accueillir en résidence dans une exposition organisée au Château de Saint-Auvent en août 2005 et filmé par Dominique Masson : « Violences et vérités. Pour une nouvelle esthétique de l’art aborigène contemporain » (mai). À la dernière séance (mai), deux chercheuses en études littéraires analysèrent la manière dont les écrivains aborigènes réfléchissent à leur histoire et identité : « La colère créatrice d’aboriginalité » par Vanessa Castejon (CRIDAS, Université Paris-XIII) « Sens et non-sens du “tout-monde” dans la littérature aborigène contemporaine » par Estelle Castro (Université Paris-III/Université de Queensland).

4Trois exposés permirent de comparer d’autres régions du monde. Lorenzo Brutti (CNRS-musée du Quai Branly) décrivit trois cas mélanésiens et un dans l’île de Pâques : « La réinvention du rituel “traditionnel” de mariage rapa nui (pascuan) comme revendication autochtone d’une identité culturelle : à propos du film Keva et Delphine » (mars). Dimitri Karadimas (LAS/CNRS), à partir de ces données sur les Indiens Mirana, montra des exemples d’animaux et de plantes qui « imitent » d’autres espèces dans leurs stratégies de survie : « Perception, description, tradition : en quoi une théorie de l’image est-elle explicative des créations culturelles ? ». Dominique Samson Normand de Chambourg, doctorant à l’INaLCO, traducteur de plusieurs livres autochtones, présenta un film tourné chez les Nenets et son terrain de Sibérie « Les Khantys, les Mansis et le grand homme russe à la tête et au ventre de fer » (avril).

5La comparaison s’est aussi étendue aux victimes de la guerre. Steve Ringel, doctorant, intervenant depuis des années pour une ONG dans plusieurs camps d’urgence, exposa les difficultés de survie des réfugiés du Darfour : « Oppositions de désirs et de croyances dans le secteur de l’aide humanitaire : les camps de réfugiés du HCR à l’Est du Tchad » (avril). La discussion animée par Gérard Jorland fut resituée dans un contexte plus global avec la séance du Professeur Mariella Pandolfi (Université de Montréal) : « Guerres : L’ethnographie désorientée » (mai).

6Les dix étudiants inscrits en master ont validé cet enseignement par une assiduité systématique ainsi qu’une synthèse de deux pages de l’ensemble du séminaire. La compréhension semble avoir été excellente et source de nouvelles perspectives.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Barbara Glowczewski, « Laboratoire d’anthropologie sociale – LAS », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 605-606.

Référence électronique

Barbara Glowczewski, « Laboratoire d’anthropologie sociale – LAS », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18524

Haut de page

Auteur

Barbara Glowczewski

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals