Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Archéologie

Néolithisation et premières sociétés rurales

Jean Guilaine
p. 125-128

Entrées d’index

Index thématique :

Archéologie
Haut de page

Texte intégral

Jean Guilaine, directeur d’études

Stèles anthropomorphes et statues-menhirs

1Nous avons poursuivi les leçons, amorcées les années précédentes, sur les diverses écoles européennes de statues-menhirs et de stèles anthropomorphes.

2Dans la péninsule Ibérique, l’art prédolménique et dolménique en place, dès le Ve millénaire et matérialisé par des stèles ou des piliers peints ou gravés d’ornements schématiques (crosses, zigzags, soleils, anthropomorphes), constitue une sorte de substrat sur le long terme et dont les motifs se retrouvent sur les stèles du IIIe millénaire. Dans la région de Badajoz-Caceres, se développe un groupe original de monuments sur lesquels sont gravés une tête ovale cerclée d’arceaux (coiffure, colliers), des bras et des mains filiformes, une ceinture. Une seule de ces stèles est armée (Hernan Perez VI) d’une hallebarde, peut-être rajoutée secondairement. Un autre ensemble occidental, très dépouillé, se caractérise par des monuments sculptés valorisant exclusivement le visage inscrit dans un espace cintré : Crato, Montcorvo, Santa Luzia, etc. Ces unités se rapprochent de certaines stèles est-languedociennes. Dans le Nord-Ouest, peut-être inspirées des monuments précédents, des stèles se signalent par un cartouche rectangulaire, à partie supérieure en arceau, dans lequel figurent diverses bandes à motifs géométriques : Sejos, Tabuyo del Monte. Le bloc gravé de Peña Tu (Asturies), appartenant au même ensemble, porte un poignard ou une épée courte de type campaniforme. La stèle d’Asquerosa, en Andalousie, constitue une version non décorée des stèles provençales de type Puyvert. À côté de stèles isolées, plusieurs monuments se concentrent parfois sur des aires cérémonielles (Cabeço da Mina, Portugal).

3L’ensemble le plus imposant de stèles et de statues-menhirs se situe dans le sud de la France. Si l’on excepte trois stèles du Comtat Venaissin qui présentent des affinités avec quelques œuvres du nord-est ibérique (cf. Peña Tu, Sejos), il est possible de distinguer trois groupes distincts. Une trentaine de monuments ont été mis au jour en Provence occidentale (Vaucluse, Bouches-du-Rhône, Var). Ce sont de petites stèles rectangulaires ou trapézoïdales. L’essentiel de l’ornementation se concentre sur un visage quadrangulaire avec bourrelet orbitaire et nez en relief, encadré par une sorte de coiffure ou de résille, peut-être une cape. On attribue ces monuments à la fin du néolithique moyen ou au tout début du néolithique final, autour de - 3500.

4Un deuxième groupe, le plus abondant – environ 150 unités de 1 m à 4,5 m de hauteur – mais aussi le plus original, s’égrène entre le Tarn et l’Agout. Il comporte des monuments sculptés en Rouergue, ou gravés dans la région de Lacaune et de Saint-Pons. Y sont notamment figurés des caractères anatomiques (yeux, nez, bras, mains), des vêtements et des attributs. C’est le seul groupe européen dans lequel les sujets sont figurés assis, trônant, jambes pendantes. Une codification rigide du genre est attestée. Les femmes sont connotées par des caractères anatomiques (seins) et par des parures (colliers, pendeloques). Les hommes se signalent par un curieux « objet » triangulaire tenu par un baudrier et disposé en oblique sur la poitrine. Arme ? Attribut d’autorité ? Ce groupe semble antérieur aux ensembles nord-italiens à poignard de cuivre de type Remedello. Il pourrait se rattacher au néolithique final, vers 3300-2900 avant notre ère.

5C’est à la même époque, même si l’usage en a été perpétué, qu’il faut certainement rattacher un ensemble de monuments du Languedoc oriental : stèles à motif « en tête de chouette » des garrigues montpelliéraines mais, surtout, monuments plus grands du Gard et de l’Ardèche. Ceux-ci présentent quelques traits particuliers : bras convergeant vers le ventre ou allongés et amorçant un retour vertical vers la poitrine, plastron rectangulaire, « objet » dont la boucle porte parfois un ardillon et, surtout, crosse qui semble être ici un emblème de pouvoir.

6Quelques stèles de Bretagne et des îles Anglo-Normandes associent des traits féminins (seins, colliers) à un cou et à une tête plutôt phalliques.

7Longtemps ces stèles et statues ont été interprétées comme des divinités. Nous y voyons plutôt des personnages-blasons : ancêtres, réels ou mythiques, ou figurations de sujets charismatiques dans lesquels se reconnaissaient des sortes de clans ou de familles élargies. En ce sens, il n’est pas étonnant que l’émergence des statues-menhirs coïncide avec celle des tombes collectives du néolithique final (dolmens méridionaux, hypogées, grottes sépulcrales). Dans ce contexte, la statue devient un signe identitaire fort pour un groupe social ou familial. C’est pourquoi le déclin des statues-menhirs accompagne de fait celui des organisations sociales communautaires lorsque, dans le courant du chalcolithique, s’amorce un retour vers l’individu et vers des familles réduites, au détriment notamment des monuments funéraires collectifs. Les statues sont aussi une façon de traduire un code social bien cadré avec par exemple, dans un milieu encore rural, le thème idéologique du mâle « en armes », sorte de prototype du guerrier qui ne deviendra que bien plus tard, pas avant la fin de l’âge du bronze, un acteur « à plein-temps » de la société.

Préhistoire et protohistoire de la France... et d’ailleurs

8Le séminaire a pour partie constitué un prolongement du cours. Ana Lucia Ferraz Sa Viana a fait le point sur ses recherches sur les menhirs décorés du Portugal. Ses travaux portent notamment sur certains éléments ornés des cromlechs lusitaniens, dont la décoration possède des crosses et des cupules, objets qui ont des parallèles dans le registre archéologique matériel des IVe et IIIe millénaires.

9Michel Maille a présenté l’état de ses travaux en Rouergue : réalisation d’un corpus, enrichi grâce à des récentes découvertes, méthodologie d’enregistrement des monuments, essai de contextualisation archéologique.

10Par ailleurs, Laurent Juhel a donné un exposé sur ses recherches sur le néolithique de La Hague (Manche) en détaillant tout particulièrement sa fouille de l’abri de la Jupinerie fréquenté surtout au néolithique moyen. Il a soulevé notamment la question du temps – occupation unique ou répétitive ? –, thématique fréquente dans l’interprétation des occupations de grottes ou d’abris.

11Sandra Cancel a brossé une esquisse de ses recherches sur l’archéologie et l’ethnologie de l’île de la Gomera (îles Canaries) et tenté d’approcher les processus ayant conduit à son peuplement et à sa culture.

12Dans le cadre du XVe congrès de l’Union internationale des sciences préhistoriques et protohistoriques (Lisbonne, septembre 2006), organisation du colloque : « Rythms and causalities of anthropisation dynamic in Europe between 6500 and 500 BC : Sociocultural and/or climatic assumptions » (en collaboration avec L. Carozza, D. Galop, M. Magny). Communication : « Neolithisation and environment : a Mediterranean perspective » (en collaboration avec J.-F. Berger).

Publications

  • Dir., Le Chalcolithique et la construction des inégalités, séminaire du Collège de France, Paris, Errance, 2007, t. 1, Le continent européen, 228 p., 115 ill. ; t. 2. Proche et Moyen-Orient, Amérique, Afrique, 138 p., 68 ill.
  • Avec P. Van Berg, dir., 2006, La néolithisation/The Neolithisation process, acts of XIVth UISPP Congress, Université de Liège, 2001, Oxford, BAR International, series 1520, 2006, 85 p., 33 fig.
  • Avec Y. Coppens, dir., Le Sacre de l’Homme. Homo Sapiens invente les civilisations, Flammarion/France 2, 2007, 164 p., 162 fig.
  • « Historiographie, néolithisation et insularité : le cas de Chypre », dans Mythos. La préhistoire égéenne du XIXe au XXIe siècle après J.-C, sous la dir. de P. Darcque, M. Fotiadis et O. Polychronopoulou, Bulletin de correspondance hellénique, suppl. 46, 2006, p. 268-278, 2 fig.
  • « Le phénomène dolménique en Méditerranée nord-occidentale/Megalithic Monuments in the North-Western Mediterranean », dans Origine et développement du mégalithisme de l’Ouest de l’Europe, sous la dir. de R. Jousseaume, L. Laporte et C. Scarre, Musée des Tumulus de Bougon (Deux-Sèvres), I, 2006, p. 253-282, 4 fig.
  • « Préhistoire de l’autochtonie, préhistoire européenne », dans Hommes et passé des Causses. Hommage à Georges Costantini, sous la dir. de J. Gascó, F. Leyge et Ph. Gruat, Centre d’anthropologie/Musée de Millau, Archives d’écologie préhistorique, 2006, p. 415-419.
  • « Die Ausbreitung der neolitischen Lebensweise in Mittelmeerraum », dans Vor 12000 Jahren in Anatolien. Die âltesten Monumente der Menschheit, sous la dir. de C. Lichter, Karlsruhe, Badisches Landesmuseum, 2007, p. 166-176. 15 fig.
  • Avec F. Briois, « Shillourokambos et la néolithisation de Chypre : quelques réflexions », Mayurqa, 30, Palma, Universitat de les Illes Balears, 2005, p. 15-32, 6 fig.
  • Avec F. Briois, « Shillourokambos and the Neolithization of Cyprus: Somes refections », Eurasian Prehistory, Harvard, 4, 1-2, 2006, p. 159-175, 8 fig.
  • Avec F. Briois et al., « Shillourokambos (Parreklisha, Chypre) », Bulletin de Correspondance hellénique, 127, 2003, p. 564-573, 8 fig.
  • Avec S. Harter-Lailheugue, F. Le Mort, J.-D. Vigne, A. Le Brun, F. Bouchet, « Premières données parasitologiques sur les populations humaines précéramiques chypriotes (VIIIe et VIIe millénaires av. J.-C.) », Paléorient, 31, 2005, p. 43-54, 8 fig.
  • Avec C. Manen, F. Convertini, D. Binder, A. Beeching, F. Briois, L. Bruxelles, I. Senepart, Premiers résultats du projet ACR « Productions céramiques des premières sociétés paysannes ». L’exemple des faciès impressa du sud de la France, 6e Rencontres méridionales de préhistoire récente, ADRAHP-PSO, 2006, p. 233-246, 8 fig.

Filmographie

  • Conseiller scientifique, avec Y. Coppens, du docu-fiction : Le Sacre de l’Homme. Homo Sapiens invente les Civilisations, film de 90 minutes de J. Malaterre, production Boréales/France 2.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Guilaine, « Néolithisation et premières sociétés rurales », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 125-128.

Référence électronique

Jean Guilaine, « Néolithisation et premières sociétés rurales », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18559

Haut de page

Auteur

Jean Guilaine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals