Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Problèmes généraux

Méthodes statistiques pour l’histoire

Michel Demonet
p. 137-138

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Michel Demonet, maître de conférences

1Ce séminaire se proposait d’exposer les techniques quantitatives les plus courantes à l’occasion de la présentation des résultats de l’enquête réalisée avec Patrice Bourdelais sur le peuplement du Creusot de 1836 à la fin du XIXe siècle.

2Bien que très classique, la documentation utilisée – listes nominatives des recensements, actes de naissances, de mariages et de décès –, pose néanmoins des problèmes de saisie informatique, de codage et de vérification de sa cohérence interne, problèmes que nous avons abordés de manière générale. Se pose également la question du couplage des sources nominatives qui autorise, au-delà de listes nombreuses mais chacune pauvre en informations, la création de nouvelles sources beaucoup plus riches, permettant, entre autres, le suivi au cours du temps, des parcours individuels.

3À partir de 1836, date du rachat de l’usine du Creusot par Adolphe et Eugène Schneider, la croissance de la ville est extrêmement rapide jusqu’en 1870. Mais, le fait que les recensements n’aient lieu que tous les cinq ans oblige, pour établir une chronologie fine, à recourir à l’évolution de l’effectif des individus employés par l’entreprise, à celles des nombres de mariages, de naissances et de décès. On assiste également, au cours de la période allant de 1836 à la fin du siècle, à de profondes modifications de la structure par sexes et âges de la population : très atypique au cours de la période de forte expansion, elle tend, après 1870, à se rapprocher de la moyenne nationale. Cette expansion n’a, évidemment, été possible que grâce à l’arrivée massive de migrants. La composition de la ville se modifie donc constamment suivant l’ancienneté de la présence dans la ville. D’autre part, si les recensements ne fournissent que rarement (en 1872 et 1876) le département de naissance des habitants, les actes de décès et de mariages portent pratiquement toujours l’indication de la commune de naissance, ce qui autorise une étude fine de l’origine des migrants.

4Les étrangers sont rares, en dehors des Italiens à partir de 1872 – et encore en 1876 ne sont-ils qu’environ cinq cents –, ce qui n’exclut pas la présence de quelques familles étrangères implantées très tôt dans la ville, qui s’intègrent relativement bien.

5L’étude de cette évolution globale a permis d’aborder les techniques graphiques les plus courantes : courbes, histogrammes – dont les pyramides des âges –, cartes, graphiques triangulaires, etc. et également les principaux indices statistiques. Nous avons, en outre, présenté les techniques d’analyse des données – analyses factorielles et classifications automatiques – dont nous avons fait un large usage dans cette enquête.

6La mortalité au Creusot a mérité de lui consacrer un temps important. Cette ville, en particulier dans les périodes de croissance paroxysmique, connaît une situation parmi les plus mortifères à cette époque en France, puis, lorsque son expansion s’arrête après les événements liés à la commune, un rapprochement progressif avec la moyenne française. Pour ce faire, nous avons introduit la notion de table de mortalité et de saisonnalité des décès, leurs modes de calcul et de représentations graphiques habituelles. Nous avons aussi exposé les résultats de l’étude, réalisée également avec Patrice Bourdelais, sur la mortalité des villes françaises en 1861, mettant en valeur à la fois les mauvaises conditions urbaines comparées à celles de l’ensemble du pays, la situation particulièrement catastrophique du Creusot qui situe la ville parmi les plus meurtrières, et également la part importante que représente dans cette conjoncture le nombre élevé de décès entre un et quatre ans et secondairement entre cinq et neuf ans.

7Enfin, nous avons abordé le problème des structures familiales avec la comparaison des « familles reconstituées » au Creusot au XIXe siècle et en France actuellement : si, de nos jours, le divorce explique le grand nombre des ruptures d’unions, à l’époque c’est la mortalité qui a des conséquences analogues et la fréquence des familles reconstituées est du même ordre de grandeur qu’actuellement.

8La présentation de cette enquête se poursuivra l’an prochain : étude de la structure des ménages ; de la nuptialité, de la fécondité et début de la présentation des évolutions sociales et professionnelles, mises en valeur grâce au couplage des sources nominatives.

Publication

  • Avec P. Bourdelais, « Familles monoparentales et recomposées : veuvage et remariage au Creusot (1836-1866) », Histoire des familles, de la démographie et des comportements, en hommage à Jean-Pierre Bardet, sous la dir. de J.-P. Poussou et I, Robin-Roméro, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2007, p. 359-368.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Demonet, « Méthodes statistiques pour l’histoire », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 137-138.

Référence électronique

Michel Demonet, « Méthodes statistiques pour l’histoire », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18566

Haut de page

Auteur

Michel Demonet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals