Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Problèmes généraux

Entreprise et travail en Europe occidentale et aux États-Unis aux XIXe et XXe siècles

p. 138-140

Résumé

Patrick Fridenson

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Patrick Fridenson, directeur d’études

Histoire de la grande entreprise : Renault de 1939 à 1975

1Une grande partie du séminaire a été consacrée à la discussion intensive du compte rendu écrit des recherches effectuées par le directeur d’études pendant de nombreuses années sur ce sujet à partir d’archives, de sources imprimées et d’entretiens. Les participants du séminaire ont ainsi mis à l’épreuve sur le cas de la firme Renault (toujours relié à ses fournisseurs, ses clients et ses concurrents, jamais séparé de ses différentes relations avec l’État) les problématiques générales défendues dans le séminaire sur l’entreprise, le marché et l’État. Ils ont également discuté les implications de cette enquête pour renouveler l’interprétation de l’histoire de la France contemporaine : elle permet en effet d’analyser les tentatives successives de traduction par les différents acteurs économiques, sociaux et politiques du projet de civilisation proposé par la Résistance dans la France dite des Trente Glorieuses, elle-même incitée à changer par la décolonisation, l’intégration européenne et la mondialisation.

2Une première partie de l’enquête a été intitulée « Du privé au public (1939-1951) ». Ce passage s’explique d’abord par la contrainte de guerre (septembre 1939-juin 1940) et ensuite par l’adaptation de la direction générale à l’Occupation allemande et à Vichy. Il se traduit par la nationalisation de Renault et par l’ancrage progressif de la nouvelle institution ainsi créée sur tous les types de marchés et de réseaux sociaux. Une deuxième partie a été intitulée « La priorité à l’automobile (1952-1962) ». L’accent a été mis sur le fait que le projet public d’abondance et de démocratisation a désormais besoin pour être poursuivi d’une profonde révision dans trois directions presque concomitantes : l’accroissement d’un effort de production recentré sur voitures et poids lourds, la stabilisation des relations de la direction générale avec un personnel à la fois accru et renouvelé, le renforcement de la pénétration des marchés. Une troisième partie a été intitulée « La mutation en un groupe multinational diversifié (1962-1975) ». Celle-ci passe par la construction d’une gamme diversifiée et la stabilisation des différents risques à une double échelle : nationale et internationale. Mais le mouvement de mai-juin 68, l’accentuation de la libération des échanges et enfin le choc pétrolier amènent une ultime redéfinition du projet initial : la tentative de trouver de nouvelles dynamiques autour d’une diversification accrue. Mais l’histoire est toujours en mouvement : la trajectoire effective de Renault et de beaucoup d’autres grandes firmes n’a pas du tout été celle que les décideurs de 1973-1975 appelaient de leurs vœux, ce qui a induit de profondes ruptures par rapport au projet qui avait dominé la société.

3D’autres séances ont porté sur des thèmes liés, mais extérieurs à l’enquête sur Renault, grâce à la discussion de travaux d’invités étrangers. Hartmut Berghoff, directeur d’études associé à la Maison des sciences de l’Homme, a analysé l’introduction et les transformations du marketing dans les entreprises allemandes au XXe siècle. Takeshi Abe, directeur d’études associé, a exposé les stratégies de diversification des entreprises au Japon à partir du cas de l’entreprise de filature de coton Kanebo. Puis dans un deuxième séminaire il a présenté ses vues sur technologie, organisation et concentration dans le développement de l’industrie cotonnière moderne au Japon. Charles S. Maier, directeur d’études associé, a présenté en deux séances les hypothèses au cœur de son nouveau projet de recherches : « Vers une histoire des territoires ». Il a d’abord esquissé la construction des espaces politiques à l’époque moderne et contemporaine. Il a ensuite traité de « Terre et territoire : rapports entre marché, État et politique ; les ressources de l’étendue ». Le troisième volet de cette enquête « Vers un post-territoire. Du territoire en tant que champ d’énergies à l’imaginaire de réseau » a été exposé dans le séminaire d’Yves Cohen après avoir été introduit dans le présent séminaire.

Publications

  • Avec D. Veillon, « Introduction », dans La mode des sixties. L’entrée dans la modernité, sous la dir. de D. Veillon et M. Ruffat, Paris, Autrement, 2007, p. 4-13.
  • « Conclusion », dans Les territoires de l’industrie en Europe (1750-2000). Entreprises, régulations et trajectoires, sous la dir. de J.-C. Daumas, P. Lamard et L. Tissot, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2007, p. 423-440.
  • « Le renforcement de la compétitivité à l’ordre du jour : les entreprises françaises depuis 25 ans », dans Postes d’Europe XVIIIe-XXe siècle. Jalons d’une histoire comparée, sous la dir. de M. Le Roux, Paris, Comité pour l’histoire de la Poste, 2007, p. 433-448.
  • « The strengthening of competitiveness on the agenda: French corporations over the last 25 years », dans Post Offices of Europe 18th-21st Century. A Comparative History, sous la dir. de M. Le Roux, Paris, Comité pour l’histoire de la Poste, 2007, p. 431-445.
  • « Les cadres et l’organisation de l’entreprise : Renault, 1945-1985 », dans Renault sur Seine. Hommes et lieux de mémoires de l’industrie automobile, sous la dir. de J. Costa-Lascoux, G. Dreyfus-Armand, E. Témime, Paris, La Découverte, 2007, p. 113-133.
  • « Postface », dans Stratégies d’entreprise et action publique dans l’Europe intégrée (1950-1980). Affrontement et apprentissage des acteurs, sous la dir. de M. Moguen-Toursel, Bruxelles, P.I.E. Peter Lang, 2007, p. 255-266.
  • « Transforming public enterprise in France », dans Transforming public enterprise in Europe and North America. Networks, integration and transnationalisation, sous la dir. de J. Clifton, F. Comin et D. Diaz-Fuentes, Houndmills, Palgrave Macmillan, 2007, p. 65-76.
  • « Tourisme et libéralisme (1942) », Entreprises et Histoire, 47, juin 2007, p. 127-129.
  • « Préface », dans Usinor-Arcelor, du local au global..., E. Godelier, Paris, Hermès-Lavoisier, 2006, p. 15-19.
  • « Pierre Dreyfus », dans Célébrations nationales 2007, sous la dir. de D. Neirinck, Paris, Direction des archives de France, 2006, p. 228-230 et 281.
  • Avec A. Straus, « Jean Bouvier », dans Le Maitron. Dictionnaire biographique mouvement ouvrier mouvement social. De la Seconde Guerre mondiale à mai 1968, t. II, sous la dir. de C. Pennetier, Paris, L’Atelier, 2006, p. 326-329.
  • « L’héritage d’Alfred D. Chandler », Revue française de gestion, juin-juillet 2007, p. 7-8.
  • « La réception des travaux d’Eric Hobsbawm en France : quelques précisions », Revue d’histoire moderne et contemporaine, janvier-mars 2007, p. 5
  • « Vingt ans d’histoire des entreprises : les dynamiques d’un domaine de recherche », Cahiers d’histoire de l’aluminium, été 2006, p. 14-26.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Entreprise et travail en Europe occidentale et aux États-Unis aux XIXe et XXe siècles », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 138-140.

Référence électronique

« Entreprise et travail en Europe occidentale et aux États-Unis aux XIXe et XXe siècles », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18567

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals