Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Problèmes généraux

Histoire sociale et histoire de la santé du XVIIIe au XIXe siècle

Jean-Pierre Goubert
p. 143-144

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Jean-Pierre Goubert, maître de conférences

Les composantes sociales de la santé publique. Une esquisse comparatiste

1Le séminaire s’est fixé pour objectif d’analyser les composantes non médicales du domaine de la santé publique non seulement dans la « longue durée » française (XVIIIe-XXIe siècle), mais aussi à travers quelques études de cas en ce qui concerne plusieurs pays situés dans les Amériques (Antilles françaises, Brésil, Équateur) et au Proche-Orient (Syrie). De la sorte, il a été procédé à une étude des composantes sociales et culturelles de la santé et des manières d’habiter en France et au Brésil, autrefois et aujourd’hui, dans leurs relations avec des cultures, des traditions et des innovations matérielles et mentales. Elle a permis de saisir les caractères originaux de trajectoires distinctes en fonction des temporalités, des courants migratoires et des attitudes devant la naissance, la vie et la mort, eu égard à l’évolution des sociétés, des liens sociaux et familiaux et des technologies mises en place selon les modes de développement, à la fois dans la diachronie et dans la synchronie.

2Une comparaison a été esquissée entre la France et le Brésil en ce qui concerne l’habitat, les populations et leurs cultures de « l’habiter ». Dans cette perspective, Elaine Pedreira Rabinovich et Jean-Pierre Goubert se sont attachés à démontrer les singularités et les similitudes entre les sem casa (sans logis) en Île-de-France et à Sâo Paulo au tournant des XXe et XXIe siècles. De façon analogue, ils se sont proposés de comparer, mutatis mutandis, les caractères d’un quilombo paulistano (un village de descendants d’esclaves noirs brésiliens situé dans l’État de Sâo Paulo), avec les traits distinctifs de certains grands ensembles des banlieues dites sensibles de la Seine-Saint-Denis.

3Un deuxième domaine de recherche a été abordé : celui des disponibilités en eau douce et potable dans trois pays différents : la France, la Syrie et l’Équateur (exposés de J.-R Goubert, d’Ahmad Abdul-Karim et d’Ariette Meyer). La mise à disposition d’une eau saine (naturelle ou traitée à grands frais en France) a démontré, si besoin est encore, le fossé qui sépare le groupe des pays matériellement développés des pays en voie de développement ou bien émergents. Trois études de terrain (région de Dérik en Syrie du Nord, quartiers populaires et tavelas au Brésil et en Équateur – peuplés de Noirs, de Métis, d’Indiens notamment –), et l’analyse biochimique des eaux polluées tout comme les statistiques démosanitaires disponibles, ont démontré l’impact des conditions socioéconomiques sur le niveau sanitaire et sur les maladies endémo-épidémiques observées.

4Troisième domaine de recherche et de réflexion : la santé des enfants selon le type de pays concerné, la structure de la famille et les modèles culturels en vigueur en ce qui concerne l’exercice des médecines et les normes éthiques, éducatives et sociales appliquées aux enfants trouvés à la fin du XIXe siècle à Salvador de Bahia (exposé de Roberta Borrione). Dans cette perspective, on s’est attaché à promouvoir un axe de recherche encore trop peu développé : celui des relations entre famille et santé, dès lors que la première constitue un pilier de la construction de la santé, en particulier par le truchement de la consommation alimentaire. À ce propos, l’exposé de Jeanny Lombion sur la Guadeloupe et la Martinique (1950-2000) a démontré comment s’entrechoquent des traditions qui s’estompent, une dépendance (alimentaire) qui s’accroît par rapport à l’Hexagone et à l’Union européenne et une postmodernité de type néolibéral qui impose un mode unique de consommer.

5Enfin, on s’est intéressé aux dénombrements des aveugles de naissance ou bien devenus tels, à leur prise en charge par les discours officiels, à leurs conditions de vie et de travail et à leurs revendications (exposé de Remi Rémondière).

6Dans le cadre de la coopération franco-brésilienne qu’il assure depuis onze ans, Jean-Pierre Goubert a effectué dix-huit heures de séminaire (DEA et doctorat, postdoctorat) au département de psychologie sociale de l’Université de Sâo Paulo, en tant que professeur invité (mai-avril 2007).

Publications

  • « Historia do corpo : os principais eixos da pesquisa en Historia da Saúde (France, 1970-2000) », Revista brasileira de crescimento e desenvolvimento humano, 16, 21, janvier/avril 2006, p. 97-102.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Goubert, « Histoire sociale et histoire de la santé du XVIIIe au XIXe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 143-144.

Référence électronique

Jean-Pierre Goubert, « Histoire sociale et histoire de la santé du XVIIIe au XIXe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18570

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Goubert

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals