Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Problèmes généraux

Savoirs religieux et genèse des sciences humaines

Maurice Olender
p. 144-145

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Maurice Olender, maître de conférences

Race et érudition. De quelques dimensions culturelles du racisme (XIXe-XXe siècles)

1Pour cerner quelques aspects de la raciologie dans l’univers académique du XIXe siècle, nous avons choisi de lire des textes de savants qui ont interrogé, critiqué ou invalidé les sciences de la race à leur époque. À cet égard, le cas de James Darmesteter, professeur de langue et littérature de la Perse au Collège de France, est exemplaire. Tout en rappelant que « cette théorie des races fit faire de puissants progrès à la science », Darmesteter souligne, en 1883, onze ans avant l’arrestation du capitaine Dreyfus, « le danger social contenu dans ce mot de race » ; et que « la science, en subdivisant les races et les instincts de race, subdivise aussi les haines ». Pour montrer comment opère la notion de race, comment elle essentialise ce qu’elle caractérise et ce qu’elle véhicule « d’irréductible », Darmesteter l’oppose à l’idée d’un « choc des traditions ». Face à cette conception qui suppose mobilité, histoire et confrontations politiques entre sociétés, la science des races gomme toute forme d’historicité pour donner lieu à une guerre raciale « inévitable et éternelle ». Ce n’est pas uniquement la conception de l’histoire qui s’annule ici, c’est l’humanité qui se métamorphose en zoo lorsque s’affrontent non « plus deux hommes, mais deux vertébrés d’ordre différent ». Darmesteter lance alors à ses lecteurs ; « L’esprit historique est une belle chose : mais il est plus facile d’abuser du mot que d’user de la chose. »

2L’affirmation dogmatique de « l’immobilité » de certains peuples, le thème de l’absence de toute mobilité historique ont pu être repérés notamment dans des dossiers de philologie comparée, de linguistique (sans oublier les mises en garde de Saussure) et dans des pratiques de l’archéologie. Ces questions ont été développées lors de conférences faites au colloque sur « Le naturalisme linguistique » de la Société d’histoire et d’épistémologie des sciences du langage (Paris-VII-ENS LSH Lyon), à l’Académie des sciences sociales de Pékin, au Amherst College (Mass.), à la New York University et au Humanities Center de Harvard, à Cambridge (Massachusetts). Nos séminaires ont été enrichis par les interventions de Marlène Laruelle (Centre d’études des mondes russes), Vincent Duclert, Jean-Pierre Legendre (Metz) et Laurent Olivier (Saint-Germain-en-Laye), Claudine Vidal (CNRS) et Bogumil Jewsiewicki (Université Laval, Québec).

Publications

  • « Mot, monnaie et démocratie : lieux communs de l’intime », dans Origines du langage. Une encyclopédie poétique, sous la dir. d’O. Pot, Le genre humain, 45-46, Seuil, 2007, p. 523-549 (suivi d’un « échange » avec J. Starobinski, p. 551-555).
  • « Les mots voyageurs », dans Les royaumes intermédiaires. Autour de J.-B. Pontalis, Colloque de Cerisy-la-Salle, Folio essais, Gallimard, 2007, p. 399-415 et p. 492-497.
  • Les Langues du Paradis, traduit en arabe par G. Suleiman, Beyrouth, Arab Organization for Translation, 2007.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurice Olender, « Savoirs religieux et genèse des sciences humaines », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 144-145.

Référence électronique

Maurice Olender, « Savoirs religieux et genèse des sciences humaines », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18571

Haut de page

Auteur

Maurice Olender

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals