Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Afrique

Histoire et mémoire en Afrique orientale et centre-orientale

José Kagabo
p. 171-172

Texte intégral

José Kagabo, maître de conférences

Traquer la vérité, revisiter l’histoire

1Poursuivant un travail d’enquête sur les sources qui alimentent l’écriture en cours de l’histoire du génocide commis au Rwanda en 1994, le séminaire de cette année s’est attaché à l’examen d’un sujet de controverses et de polémique assez brûlante : qui a abattu l’avion qui transportait le président de la République rwandaise et son homologue du Burundi, prenant ainsi la responsabilité de déclencher le génocide ?

2Diverses enquêtes ont été menées : par des journalistes essayistes, par des magistrats – aussi bien au plan international que dans des juridictions nationales –, par des instances parlementaires. Résultat : un corpus divers et varié de matériaux sur lesquels il est apparu opportun de fonder une réflexion méthodologique pour évaluer l’apport de ce type d’investigation dans le cadre d’un travail d’historien.

3D’abord l’intrigue de l’histoire. Un ou plusieurs commanditaires fomentent l’attentat, qu’exécute un petit groupe d’agents. Puis on cherche le(s) responsable(s) à partir d’une question simple et classique : à qui profite le crime ?

4Des enquêtes menées en France en particulier ces dernières années ont déjà tiré une conclusion dont les conséquences bouleversent les idées fortes qui jusqu’à ce jour fondaient le savoir considéré généralement comme acquis. Selon ces enquêtes, les Tutsi, alors pris pour cible du génocide, auraient, par la décision du chef du mouvement armé effectivement en majorité constitué par ces derniers, été sciemment précipité leur propre extermination. Et les Hutu, assignés au rôle de « bourreaux », n’auraient enfin de compte que réagi à une provocation et par colère « populaire ». De cette causalité, qui semble interdire toute autre recherche sur l’histoire et le processus qui mène par des voies tortueuses (y compris celles qui ne se laissent pas voir directement), on tire une dernière conclusion : l’histoire du génocide, telle que de nombreux auteurs (aussi bien universitaires que journalistes, même des récits de témoins oculaires) ont tenté et s’efforcent encore de l’écrire, serait tout entière à réviser.

5Vaste programme, et immense défi. Dès lors même qu’il s’agit d’un débat qui a eu droit de cité dans le monde universitaire, il nous a semblé utile d’en étudier les différents contours : les présupposés des enquêtes qui invitent à cette révision, les procédures d’investigation mises en œuvre, les différents matériaux et autres sources d’information mobilisés pour construire les divers types de récits qui en définitive n’en constituent qu’un.

6Les participants au séminaire se sont réparti les travaux à analyser : enquêtes parlementaires (Assemblée nationale en France, Sénat en Belgique), rapports d’organisations internationales (ONU, OUA) et d’association de défense des droits de l’homme (African Human Rights, Human Rights Watch), enquêtes judiciaires (surtout celle du juge Bruguière en France), récits de témoins (en particulier le témoin clé du juge Bruguière).

7Sont intervenus dans les diverses séances du séminaire des étudiants et des chercheurs d’horizons différents (anthropologues, sociologues de la preuve et du témoignage, historiens et politologues). Ces échanges, fructueux dans leur principe interdisciplinaire et du point de vue de la confrontation méthodologique, doivent se poursuivre ces prochaines années.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

José Kagabo, « Histoire et mémoire en Afrique orientale et centre-orientale », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 171-172.

Référence électronique

José Kagabo, « Histoire et mémoire en Afrique orientale et centre-orientale », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18594

Haut de page

Auteur

José Kagabo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals