Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations des Amériques

Connaissance et appropriation de l’espace en Amérique ibérique, XVIe-XVIIe siècles

Geneviève Tranchand
p. 176-177

Texte intégral

Geneviève Tranchand, maître de conférences des Universités

La notion de distance : une approche géographique et sociale

1Plusieurs approches de la notion de distance ont été abordées, à la lumière de textes corrélatifs. La diversité des chroniques sur la découverte et la conquête du Nouveau Monde, les lettres et rapports adressés dans la première moitié du XVIe siècle aux souverains espagnols concernant leurs nouveaux territoires d’outre-mer sont là pour rappeler que localisations géographiques et relations sociales s’expriment, toutes deux, en termes de distance et que, à travers la représentation que ces documents offrent de l’espace, identité et pouvoir sont aussi convoqués.

2Dès le XIe siècle, l’Occident fait preuve d’une alacrité économique qu’il dirige vers de grandes entreprises de découverte. Jusqu’alors tributaires des routes du Levant, et désireux d’en lever les contraintes, Espagnols et Portugais – ici, il s’agira essentiellement des Espagnols – s’emparent des progrès de la navigation et s’engagent dans la recherche de nouvelles voies d’échange. Entre le monde d’où ils viennent et celui vers lequel ils vont, la route, maritime ou terrestre, structure un espace non connu à l’intérieur duquel fabriquer des repères constitue la préoccupation première : organiser une distance qui, tendant vers l’infini, ne permet qu’une évaluation à l’estime. Comment représenter une distance quand c’est tout un territoire qui est à découvrir ?

3Pour corriger cette imprécision, les référents se multiplient : « islas y tierra firme », « partes y provincias », « tierras y regiones » sont les termes couplés les plus récurrents pour désigner ce que l’on n’ose pas encore appeler un continent. Régions après régions, l’espace péruvien entre dans l’histoire de l’Espagne et les territoires conquis sont synonymes de prestige grandi : « mucho merecia Cortés que tanta tierra ganó », concluait Lôpez de Gómara dans La conquista de México.

4Et puis, il y a les liens sociaux qui usent d’autres circuits : solidarités, alliances, cohésion du groupe et, ce qui semble leur être contraire, les stratégies individuelles. Mais, en fonction de l’échelle choisie, existe-t-il vraiment une discontinuité entre ces comportements ou n’y aurait-il pas plutôt différentes échelles de distance ? Porteuse de rêves ou de quotidienneté, la distance s’inscrit entre un lieu et son horizon, entre ipséité et altérité. D’un rivage à l’autre, la notion de distance varie en fonction de l’expérience que chacun a de son environnement, en fonction aussi de la description que chacun en donne. D’un auteur à l’autre, le récit diffère et l’on devine que le statut ou le mérite de l’énonciateur n’y est pas étranger, chacun ayant un rôle social au sein d’une hiérarchie, quelle qu’elle soit.

5Enfin, le séminaire a bénéficié de la contribution ponctuelle apportée par Valérie Legrand, étudiante, sur le thème « La littérature orale chantée : un soubassement théorique pour aborder et modeler le rapport à l’autre dans les Andes péruviennes ». S’appuyant sur la structure poétique de deux huaynos, elle en explore la construction qu’elle organise en paires sémantiques, où référents quotidiens et poétiques opèrent un renforcement du mot et de l’idée. Destinés aux jeunes gens, ces chants suggèrent une adéquation entre lieux symboliques et liens parentaux, qui introduit la question du choix préférentiel des alliances matrimoniales et sa forte connexion avec la perception de l’espace.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geneviève Tranchand, « Connaissance et appropriation de l’espace en Amérique ibérique, XVIe-XVIIe siècles », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 176-177.

Référence électronique

Geneviève Tranchand, « Connaissance et appropriation de l’espace en Amérique ibérique, XVIe-XVIIe siècles », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18600

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals