Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Asie

Origines et évolution des techniques administratives dans la Chine impériale

Christian Lamouroux et Pierre-Étienne Will
p. 187-188

Texte intégral

Christian Lamouroux et Pierre-Étienne Will, directeurs d’études

1Le séminaire a porté sur l’histoire comparée de la pensée économique des Song aux Qing. Ce thème très général a été abordé à partir de la notion de marché telle qu’elle a été utilisée au début des années 1990 dans la sinologie américaine, tentée de présenter la force structurante du marché comme une réalité sociale universelle. Ainsi, aux yeux de Robert Hymes, l’utilisation des mécanismes du profit et des prix, des règles de l’offre et de la demande par les responsables de la lutte contre la famine, tels que les expose un texte normatif comme le Jiuhuang huomin shu au tout début du XIIIe siècle, traduirait l’existence d’une sensibilité quasi libérale chez les fonctionnaires. En revenant sur ce texte, nous avons montré qu’il se cantonne à une tradition attestée dans les chapitres réunis au Guanzi dès les Han. Pour cette tradition, l’échange n’est pas un jeu mutuellement profitable, et l’intervention de la puissance publique permet seule de rétablir l’équilibre rompu, en particulier lors des disettes. Notre approche du marché s’est poursuivie par une présentation synthétique des échanges entre les historiens et économistes chinois qui, depuis les années 1980, débattent régulièrement des relations entre l’« économie de marché » et les « marchés traditionnels ». L’unanimité s’est faite entre eux autour du rôle crucial de l’État dans l’organisation des marchés, plusieurs auteurs concluant que les fonctionnaires, soucieux avant tout d’ajuster et de partager les ressources, voyaient dans les règles « économiques » une part de l’arsenal administratif sans être jamais enclins à accorder un rôle social prépondérant aux « acteurs économiques », tels que les consommateurs urbains, les marchands et les producteurs. La lecture de plusieurs pièces d’archives datant du XVIIIe siècle a permis d’observer au plus près la fixation par ces fonctionnaires des prix des grains au Guangdong et au Shaanxi. Ces documents permettent d’entrevoir les relations complexes, souvent suspectes, que ces fonctionnaires entretenaient avec les intermédiaires patentés par les bureaux.

2Nous sommes alors revenus sur la question plus générale des prix, à partir de la synthèse proposée par Wang Shengduo en 2003 pour la dynastie des Song. Nous avons été attentifs aux facteurs qui compliquent l’analyse conduite par les contemporains eux-mêmes sur les prix : en plus des problèmes universels que représentent le caractère saisonnier des échanges, l’existence d’écarts de production entre les régions ou encore les déséquilibres provoqués par l’intervention massive de l’administration, nous avons insisté sur la complexité engendrée par la multiplicité des étalons et des types de monnaies. Après avoir illustré ces difficultés grâce à différents textes – mémoires de fonctionnaires, « notes au fil du pinceau », mais aussi problèmes mathématiques –, nous avons repris la proposition de Wang de distinguer entre les prix de marché, les tarifs des marchés publics et les tarifs fiscaux. Alors que sur les marchés publics il existe une procédure de négociation des tarifs décadaires (shigu) avec les corps de métiers et les guildes, les tarifs fiscaux (zheshuijia) qui fixent les prix en monnaie d’un prélèvement en nature sont complétés par un système de prix, le zhebianjia, qui permet à l’administration de prélever en fonction de ses besoins un produit pour un autre, selon un tarif ponctuel dont les autorités locales sont régulièrement suspectées d’abuser.

3Les difficultés rencontrées dans la lecture des sources nous ont conduits à insister sur le problème des différents types de monnaies. Grâce à la lecture systématique des principales sources nous sommes revenus sur quelques questions fondamentales : la définition de la ligature comme unité de compte, les conditions qui entourent la naissance du premier papier-monnaie en 1024, la coexistence des monnaies de fer et de bronze à partir de 1040, l’apparition de plusieurs zones monétaires associant le fer et le papier sous les Song du Sud. La pensée monétaire semble alors se construire entre le dynamisme de la création monétaire par les marchands et les désordres engendrés par la mise en œuvre de politiques pragmatiques, destinées à faire face à des situations d’urgence comme la guerre ou l’évasion des monnaies métalliques.

4Christian Lamouroux a également animé une séance du séminaire commun de Joël Thoraval et Anne Cheng sur le thème « La question du marché et des marchés dans l’histoire prémoderne de la Chine ».

Publications

5Voir sous les noms des directeurs d’études.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Lamouroux et Pierre-Étienne Will, « Origines et évolution des techniques administratives dans la Chine impériale », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 187-188.

Référence électronique

Christian Lamouroux et Pierre-Étienne Will, « Origines et évolution des techniques administratives dans la Chine impériale », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18612

Haut de page

Auteurs

Christian Lamouroux

Articles du même auteur

Pierre-Étienne Will

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals