Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Asie

Histoire de la Corée moderne

Alain Delissen
p. 197-198

Texte intégral

1Alain Delissen, directeur d’études

Études coréennes/Han’gukhak : Séoul années 20 et la Bibliographie coréenne

2Le titre l’indique : dans son année d’inauguration, ce séminaire a pris le parti d’une géométrie compliquée. On préfère la dire exceptionnelle, exploratoire et programmatique.

31) Pour partie, il a poursuivi l’enquête des années antérieures en ouvrant un nouveau chapitre sur l’histoire sociale du Séoul colonial des années 1920. On a tenté d’y prendre la mesure du hiatus qui oppose deux textes consacrés à la capitale, dans le magazine Kaebyeok [Genèses] de juin 1924 d’une part, dans la revue Pyeolgeon’gon [Un monde étrange] de septembre 1929 d’autre part. De l’un à l’autre, c’est moins la ville et le moment qui changent que le regard. Porteur d’une vision et d’un projet politique, le tableau urbain de 1929 se révèle plus « intérieur » – plus centré sur la société urbaine coréenne, moins sur l’impérialisme japonais – que son prédécesseur d’un lustre. D’où une plus grande attention portée aux acteurs sociaux, à leur dénomination et à leur différenciation, à leurs pratiques quotidiennes dans l’espace public. Elle pose l’urbanité séoulite nouvelle contre le reste « provincial » du pays et institue la ville comme lieu de tensions multiples, mobiles, illisibles. À déchiffrer.

42) En contrepoint, le séminaire a posé les jalons d’une réflexion sur les liens entre l’aire culturelle « Corée » et les « Études coréennes ». On y a décrit une conjoncture animée par une double dynamique. Sur le plan intellectuel et idéologique, l’objet Corée se voit désormais « dé-sud-coréanisé ». Il enveloppe de plus vastes territoires, depuis la Corée du Nord jusqu’à la diaspora en passant par des frontières plus immatérielles – couples mixtes, binationaux, adoptés. Sur un autre plan, plus institutionnel et hégémonique, la diplomatie culturelle ou les universités sud-coréennes mondialisées tentent de s’approprier ces « nouveaux mondes coréens ».

5Ces jeux de puissance influent sur un domaine d’études qu’il est difficile de décrire comme un champ. Les « Études coréennes » renvoient en effet à des institutions étanches, à un espace de savoirs divisé en nations, en domaines de langues (coréen contre anglais), en blocs d’influence (face au bipôle Corée du Sud/États-Unis, les isolats nord-coréen, japonais, européen).

6Certaine circulation relie ces pôles. Elle dépend d’un petit nombre de personnes, de lieux et de circuits d’échange dont la mécanique reste à démonter. L’assemblage des compétences (discipline et bilinguisme coréen-anglais), les lieux d’interface (Hawaii comme place centrale), les rythmes différenciés de l’échange (temps court des colloques, temps moyen des échanges de références, temps long des traductions) constituent les premiers éléments de cette géo-socio-histoire des Études coréennes. Arnaud Nanta est intervenu sur ce thème en proposant deux exposés sur les institutions locales du savoir colonial japonais (les missions ethno-archéologiques et l’Université impériale de Keijô).

73) C’est naturellement qu’un troisième thème, consacré aux livres dans les études coréennes s’est esquissé. En cette année anniversaire des relations franco-coréenne, Maurice Courant (1865-1935) et sa monumentale Bibliographie coréenne de 1894 s’imposaient. Pour intrigante que soit la figure – peu étudiée – du diplomate-savant dans l’histoire des premiers contacts, pour impressionnante que soit en volume une œuvre bâtie sur deux petites années de terrain coréen, pour précoce qu’ait été la traduction de Courant (en anglais, en japonais), son influence durable – les 4 000 fiches de son catalogue ont été traduites en coréen en 1994 – ne relève pas de la simple révérence patrimoniale. Comme le prouvent d’autres textes tels le remarquable Répertoire historique de l’administration coréenne, il y a un génie discret de Maurice Courant. S’il consiste d’abord à déceler l’originale vivacité coréenne derrière la façade sévère des formes sinisées, il voit et comprend bien au-delà. Ainsi lira-t-on là une authentique histoire socioculturelle de la Corée classique derrière le catalogue recomposé d’une bibliothèque imaginaire. Ainsi lira-t-on ici, sous couvert de nomenclature étatique, une véritable histoire sociale repérant les hiérarchies et fonctionnements réels de « la matière administrée ». D’une manière, l’œuvre de ce précurseur reste encore à déployer...

Publications

  • « La Nouvelle bataille des Falaises rouges - À propos du Manuel commun Chine-Corée-Japon », Vingtième siècle, 94, avril-juin 2007, p. 57-71.
  • « Essai – Sup’il/P’i ch’ôndûk », Tan’gun, Pratiques sociales des Coréens, 2007, p. 239-243.
  • « Libérations de l’image en Corée », dans Dictionnaire mondial des images, sous la dir. de L. Gervereau, Paris, Nouveau monde Éditions, 2006, p. 249-251.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Delissen, « Histoire de la Corée moderne », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 197-198.

Référence électronique

Alain Delissen, « Histoire de la Corée moderne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18619

Haut de page

Auteur

Alain Delissen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals