Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Groupe de recherche interdisciplinaire sur l’histoire du littéraire

Christian Jouhaud, Jean-Pierre Cavaillé et Dinah Ribard
p. 250-251

Texte intégral

Christian Jouhaud, directeur d’études
Jean-Pierre Cavaillé, Dinah Ribard, maîtres de conférences

Écriture et action (XVIe-XIXe siècle)

1La perspective de l’achèvement de notre enquête consacrée à la question des rapports entre écriture et action nous a conduits, d’une part, à resserrer cette année les présentations en séminaire sur les objets travaillés par les auteurs du livre collectif en cours d’élaboration, d’autre part à solliciter des intervenants extérieurs au Grihl dont les recherches étaient susceptibles d’apporter un éclairage différent sur les problématiques de l’action, soit par leur écart chronologique, soit par leurs arrière-plans théoriques.

2C’est ainsi que Kate Tunstall (Université d’Oxford) a exposé sa manière d’envisager le croisement entre action de l’écriture et action de la peinture à la fin du XVIIe siècle, qu’Eckart Birnstiel (Université de Toulouse-II) a présenté le manuscrit du protestant cévenol Jean Valat dans la perspective du décalage entre actions du temps de la persécution ou de l’exil et écriture du Refuge qui unifie le sens des actions accomplies. Martine Grinberg a évoqué une forme d’écriture spécifique, celle des coutumes dans la France du XVIe siècle, occasion de poser le problème de la pensée de l’action dans l’écriture juridique et les pratiques professionnelles des jurisconsultes. Mireille Corbier (CNRS) a, quant à elle, offert à notre réflexion le cas de la Rome antique, en présentant ses recherches, rassemblées dans un livre récent consacré aux écritures exposées. Trois autres conférenciers invités se sont employés à tourner des objets et des analyses élaborés dans une autre perspective vers notre problématique : Gisèle Sapiro (CNRS) sur la construction d’un habitus critique sous la Restauration, Gregory Brown (Université de Las Vegas) sur l’historiographie du soi et le problème de la modernité, Jean-Pierre Van Elslande (Université de Neuchâtel) sur les constructions littéraires d’une histoire de l’enfance aux XVIe et XVIIe siècles.

3Deux séances ont, par ailleurs, été consacrées par des membres du Grihl (Alain Cantillon, Jean-Pierre Cavaillé, Laurence Giavarini, Dinah Ribard, Nicolas Schapira) aux perspectives théoriques ouvertes par deux ouvrages récents ainsi mis en discussion : celui dirigé par Sandra Laugier, Éthique, littérature, vie humaine et celui de Laurent Thévenot, L’Action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement. Christian Jouhaud a proposé une mise au point sur écriture polémique et action à partir du commentaire de la thèse récemment soutenue de Tatiana Baranova-Debbagi centrée sur les écrits diffamatoires pendant les guerres de Religion, Myriam Tsimbidy a présenté ses travaux sur le cardinal de Retz polémiste, tandis qu’Alain Cantillon évoquait les conflits et controverses autour des Provinciales.

4Plusieurs dossiers en cours d’achèvement ont été offerts à la discussion du séminaire : Alain Cantillon autour de Pascal (écrits et actions de précarité, lieux de l’énonciation), Jean-Pierre Cavaillé sur l’engagement lettré dans l’affaire Galilée, Laurence Giavarini sur la distance et l’action dans et autour de l’Astrée, Xenia von Tippelskirch sur les pratiques d’écriture au sein des mouvements mystiques de la fin du XVIIe siècle, Alain Viala sur la censure et l’action d’écriture en 1665. Deux doctorantes sont également intervenues dans ce cadre : Mathilde Bernard sur les actions d’écriture dans l’édification de la Saint-Barthélemy en événement et Jeanne-Marie Hostiou sur écriture et action dans la querelle des théâtres (1680-1715).

5Enfin, une séance intitulée « action des écrits, action des livres » a accueilli pour une présentation et un débat les auteurs du numéro de la Revue de synthèse (2007, 1-2, « L’histoire par le livre, XVIe-XXe siècle ») dirigé par Dinah Ribard et Nicolas Schapira, et une autre a été élargie à la dimension d’une demi-journée d’études autour du travail de Judith Lyon-Caen, Jacqueline Carroy et Marc Renneville sur les crimes littéraires au XIXe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Jouhaud, Jean-Pierre Cavaillé et Dinah Ribard, « Groupe de recherche interdisciplinaire sur l’histoire du littéraire », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 250-251.

Référence électronique

Christian Jouhaud, Jean-Pierre Cavaillé et Dinah Ribard, « Groupe de recherche interdisciplinaire sur l’histoire du littéraire », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18663

Haut de page

Auteurs

Christian Jouhaud

Articles du même auteur

Jean-Pierre Cavaillé

Articles du même auteur

Dinah Ribard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals