Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Écritures et expériences du monde social dans la France du XIXe siècle

Judith Lyon-Caen
p. 251-253

Texte intégral

Judith Lyon-Caen, maître de conférences

Les usages sociaux de la littérature au XIXe siècle

1Pour cette première année de séminaire, nous avons voulu d’abord définir les problèmes et les démarches d’un questionnement historien sur les usages de la littérature. Dans un temps liminaire et historiographique, nous nous sommes arrêtés sur cette spécificité de l’histoire sociale et culturelle de la France du XIXe siècle, qui recourt si volontiers à la littérature. À tel point que le réel qui s’agit d’approcher, en histoire sociale particulièrement, est sans doute tout aussi informé par le roman réaliste que par les classifications produites par la Statistique générale de la France : promouvoir une histoire sociale réflexive impose de faire sur cette production littéraire le même retour critique que celui qui a été mené sur l’histoire des gestes statistiques.

2Il s’agit donc de promouvoir un recours plus contrôlé aux textes littéraires en histoire en l’inscrivant dans une histoire plus longue des usages sociaux de la littérature. Nous sommes alors revenus sur une première expérience de recherche visant à rendre compte de la réception et des appropriations des romans de Balzac et d’Eugène Sue dans la France des années 1830 et 1840, avant de proposer une réflexion sur l’« imaginaire social » dans ses relations avec la production littéraire des premières décennies du XIXe siècle. Nous avons souhaité nous intéresser, de manière restreinte, à un moment, autour de 1830, où la littérature, dans ses conditions concrètes de production et de publication, contribue à proposer un ensemble de représentations textuelles et iconographiques de la société : un « imagier » social, en quelque sorte. Nous avons, dans cette perspective, évoqué les relations entre production littéraire et presse dans les premières décennies du XIXe siècle, la vogue de l’« étude de mœurs » et l’essor des tableaux de mœurs collectifs et illustrés après 1830. Ces grandes séries « panoramiques » promettent de rendre la société plus lisible en la découpant en types sociaux et moraux.

3De la littérature panoramique, nous sommes passés à une autre caractéristique de la production écrite des années 1830 et 1840 en nous intéressant aux liens entre écriture littéraire et écriture de l’enquête sociale. Les années 1840 sont en effet caractérisées par une forte densification de l’observation sociale, portée par des travaux demeurés « classiques » pour les historiens, comme l’enquête de Villermé (1840). Partant du constat que les séries panoramiques publient aussi bien des esquisses de types « amusants » que des extraits d’enquêtes sociales, nous avons voulu interroger les partages entre écriture littéraire et observation sociale dessinés dans les enquêtes elles-mêmes. Nous avons ainsi mis en évidence une très grande perplexité des observateurs à l’égard de l’écriture la mieux apte à rendre compte du « pittoresque de l’extrême misère » (Buret), perplexité que nous avons reliée aux interrogations sur les modalités d’une représentation efficace et autonome de la condition ouvrière dans la presse ouvrière et socialiste de l’époque.

4Les relations entre littérature, journalisme et observation sociale ont également donné lieu à une étude de cas, autour de l’itinéraire de Louis Reybaud. Plus largement, nous avons tâché de présenter les sources et les questions d’une histoire des lectures et des usages de la presse au XIXe siècle, dans le cadre d’un travail collectif sur la civilisation du journal au XIXe siècle. Nous avons également déplacé la réflexion sur les relations entre « sciences sociales » et littérature en nous intéressant aux études criminologiques sur la suggestion littéraire du crime à la fin du XIXe siècle.

5Nous avons enfin voulu reprendre la question des usages de la littérature sur le versant de ses appropriations singulières. Nous sommes ici revenus sur les formulations de la mobilité sociale dans les lettres aux écrivains et sur les inquiétudes concernant les effets « déclassants » de la lecture des romans. Nous nous sommes donc efforcés de définir un terrain qui associerait, d’une part, la recension et l’analyse de la production écrite concernant les relations entre littérature et mobilité sociale (en particulier la littérature « édifiante », religieuse ou non, visant à encourager la stabilité sociale), et, d’autre part, l’étude d’itinéraires d’écrivants et des formes multiples de l’ambition littéraire au XIXe siècle. C’est ainsi que nous avons rencontré une question qui nous est apparue comme majeure, qui est celle du suicide des écrivains ou des aspirants écrivains au XIXe siècle ; c’est ainsi également qu’une seconde question, connexe, nous est apparue, qui concerne la multiplication au XIXe siècle de crimes désignés comme « littéraires » ou « romantiques », doubles suicides et crimes attribués à l’influence de la littérature, crimes du déclassement, crimes d’aspirants écrivains, crimes propres à inspirer des œuvres littéraires. Nous avons consacré à cette question, en collaboration avec Jacqueline Carroy, Marc Renneville et le GRIHL, une première journée d’études (mai 2007), prélude à de plus amples explorations.

Publications

  • Avec S. Aprile, « Introduction » à « La Bourgeoisie : mythes, identités, pratiques », sous la dir. de S. Aprile, M. Charpy et J. Lyon-Caen, Revue d’histoire du XIXe siècle, 34, 2007-1, p. 7-16.
  • « Une histoire de l’imaginaire social par le livre en France au premier dix-neuvième siècle », Revue de synthèse. L’histoire par le livre (XVIe-XXe siècle), nouv. sér., 1-2, 2007, p. 165-180.
  • « Louis Reybaud, panoramiste », Romantisme. L’œuvre-monde au XIXe siècle, 136, 2007, p. 27-38.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Judith Lyon-Caen, « Écritures et expériences du monde social dans la France du XIXe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 251-253.

Référence électronique

Judith Lyon-Caen, « Écritures et expériences du monde social dans la France du XIXe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18664

Haut de page

Auteur

Judith Lyon-Caen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals