Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Le travail intellectuel : histoire (1600-1900)

Dinah Ribard
p. 255-256

Texte intégral

Dinah Ribard, maître de conférences

Savoirs, métiers, écritures

1Le séminaire, cette année, s’est organisé autour de deux groupes de séances. Le premier a été consacré à différentes formes de prise en charge (charitable, administrative) des pauvres, dans le but de revenir sur un lieu bien identifié par les approches de l’histoire du social sous l’angle intellectuel. Il s’agissait d’exposer aux questions produites par une réflexion en termes de travail intellectuel un ensemble d’objets historiques caractérisés par leur air de famille : la mise en place de moyens d’identification des populations et de contrôle des déplacements des individus, l’émergence de savoirs du social dans le cadre de l’assistance, autrement dit la rationalisation de l’exercice du pouvoir sur la société ou, dans un autre lexique, sa disciplinarisation. L’étude d’une grande campagne de charité (1651-1652), de plusieurs épisodes de l’histoire de l’Hôpital Général et des aléas du privilège de l’évêque d’Orléans (délivrer les prisonniers lors de son entrée dans la ville) au XVIIIe siècle a aussi permis de tester la capacité de l’histoire du travail intellectuel à se tenir à l’écart de l’historiographie des transitions et des modernisations. Les « relations charitables » de 1651-1652, qui donnent à lire des méthodes de comptage des pauvres et d’assistance à grande échelle en même temps que des descriptions tragiques des effets de la famine, ont particulièrement nourri l’interrogation sur la robustesse de l’échelle rendue nécessaire par le choix d’étudier le travail intellectuel, celle du travail lui-même.

2Le second ensemble de séances a ouvert une réflexion sur l’enseignement du droit et le travail politique sur la discipline juridique dans la seconde moitié du XVIIe et au XVIIIe siècle autour de la figure de Robert-Joseph Pothier (1699-1772), le « père du Code civil », professeur de droit français à Orléans et auteur de nombreux traités de droit français. L’un d’eux, le Traité du contrat de louage, a permis un premier croisement entre cette réflexion et la question du travail. Les réformes de la faculté de droit de l’Université de Paris à partir des années 1650, le vif débat historiographique sur la création des chaires de droit français et l’activité d’Étienne Baluze au Collège Royal, où il occupe à partir de 1689 une chaire de droit canon, ont donné les moyens de définir un certain nombre d’autres pistes qui seront suivies l’an prochain.

3Les séances sur Pothier et sur Baluze visaient aussi à continuer à proposer des analyses de trajectoires de savants dans ce séminaire ; l’érudit protestant Tanneguy Le Fèvre (1615-1672), professeur à Saumur après avoir travaillé à l’Imprimerie Royale, a fait l’objet d’une autre de ces analyses, qui ont toutes permis de réinterroger la notion de travail intellectuel subversif. Enfin, le terrain des arts et métiers n’a pas non plus été abandonné cette année. Deux séances ont été consacrées à l’art du tailleur, notamment dans sa mise en écriture dans le cadre de l’entreprise de Description des arts et métiers menée par l’Académie des sciences, et on s’est intéressé aux projets visant à faire de l’Hôpital Général une manufacture, ainsi qu’au commentaire de l’Ordonnance du commerce de 1673 par un collègue de Pothier à Orléans, Daniel Jousse.

Publications

  • « Un artisan exemplaire ? Henry Buch et les frères cordonniers et tailleurs », Construire l’exemplarité, URL : http://www.fabula.org/​colloques/​document330.php.
  • Avec N. Schapira, « À la recherche des écritures protestataires dans la France du XVIIe siècle. Du répertoire à l’action », Genèses, 64, septembre 2006, p. 146-162.
  • « La Fontaine ou le savoir exhibé », dans « La Fontaine, poète savant », sous la dir. de G. Peureux, Le Fablier, 17, 2006, p. 13-20.
  • « Belles-lettres et philosophie à l’Académie : parler du savoir, parler du pouvoir dans les éloges académiques », dans Bonnes lettres/Belles lettres, actes des colloques du Centre d’études et de recherches Éditer/Interpréter de l’Université de Rouen (26 et 27 avril 2000, 6 et 7 février 2003), sous la dir. de C. Poulouin et J.-C. Arnould, Paris, Champion, 2006, p. 343-361.
  • « Les Lumières avant les Lumières ? Historiographie de l’opinion publique et discours d’auteurs (dix-septième siècle) », Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 2006-12, p. 65-74.
  • Avec N. Schapira, dir., « L’histoire par le livre (XVIIe-XXe siècle) », Revue de synthèse, 2007, 6e série, t. 128, 1-2. Présentation, « Histoire du livre, histoire par le livre », p. 19-25.
  • « Livres, pouvoir et théorie. Comptabilité et noblesse en France à la fin du XVIIe siècle », ibid., p. 97-122.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dinah Ribard, « Le travail intellectuel : histoire (1600-1900) », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 255-256.

Référence électronique

Dinah Ribard, « Le travail intellectuel : histoire (1600-1900) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18667

Haut de page

Auteur

Dinah Ribard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals