Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire sociale des pouvoirs politiques

Robert Descimon
p. 265-266

Texte intégral

Robert Descimon, directeur d’études

Oligarchie et noblesse de robe à Paris (XVIe-XVIIIe siècle) (avec Laurence Croq, maître de conférences à l’Université Paris-X, Nicolas Lyon-Caen, École des chartes, Mathieu Marraud, ingénieur d’études et Jacques Bottin et Isabelle Vérité, CNRS)

1Le séminaire a continué à explorer la sociologie des élites parisiennes des XVIe et XVIIe siècles.

2Une première séquence, avec Jacques Bottin et Isabelle Vérité (Institut d’histoire moderne et contemporaine, CNRS), a concerné les marchands de Paris aux XVIe et XVIIe siècles autour de la question du change, d’une part, et de celle du commerce des draps et de la teinturerie, d’autre part. La composition du tribunal consulaire a aussi été étudiée. Katia Béguin (Université Paris-I) a, de son côté, abordé la question essentielle des rentes sur l’Hôtel de Ville, fondement traditionnel de la richesse « bourgeoise ».

3Une deuxième séquence a été consacrée à la reproduction sociale au sein de la noblesse de robe : Simone Geoffroy-Poisson a traité de la jurisprudence attachée à la transmission de l’office (que des arrêts célèbres ont rendu un « propre » masculin peu susceptible d’entrer dans la communauté conjugale) ; avec Christian Jouhaud et Cécile Soudan, dans la perspective de l’édition de la Vie du garde des Sceaux Michel de Marillac par Nicolas Lefèvre de Lezeau, l’histoire « vraie » de la famille Marillac a été confrontée au travail hagiographique réalisé autour de la figure de Marillac, le perdant contre Richelieu de la Journée des Dupes (10 novembre 1630). La question de la transmission en ligne collatérale et de la transmission en ligne directe dans la robe a aussi été abordée en liaison avec les structures de la parenté dans ce milieu social. Le rôle des pratiques généalogiques a été évoqué par Camille Le Fauconnier (élève à l’École des chartes) à propos de l’attribution, dans les années 1750, d’une seconde épouse imaginaire (et homonyme de la première) au secrétaire d’État et créature de Richelieu François Sublet de Noyers.

4Une troisième séquence (Laurence Croq, Mathieu Marraud, Nicolas Lyon-Caen et Robert Descimon) a été consacrée à la sociologie de l’échevinage parisien du XVIe au XVIIIe siècle. Le fonctionnement social de l’institution a-t-il varié au cours de la période ? Comment les anciens lignages de l’oligarchie municipale (les héritiers) se sont-ils maintenus ? Quelle place ont occupé les « hommes nouveaux » (les pionniers) ? Quelles étaient les formes d’intégration de ces derniers ? Quelles fonctions sociales jouait l’échevinage ? Cette fonction a-t-elle évolué ? Ces réflexions se sont accompagnées d’une analyse du rôle tenu par les corps (au premier rang, les Six Corps des marchands) au sein de l’Hôtel de Ville. Ces questions seront reprises l’année prochaine.

5Une quatrième séquence avec Claire Dolan (Université Laval à Québec, directrice d’études invitée) a été dédiée au monde de la pratique, de la postulation et des procureurs. La vénalité des charges et des pratiques de procureur au parlement de Paris (XVIIe et XVIIIe siècles) a été décrite. Claire Dolan a montré que l’activité des procureurs était un métier, plutôt qu’une position sociale, et elle a étudié le rôle des communautés à Aix, Grenoble et Toulouse. La défense du métier s’exprime de plus en plus par un exclusivisme qui pourchasse les praticiens et les solliciteurs qui ne sont pas détenteurs d’office formé. La figure de Gabriel Cayron, procureur de Toulouse et auteur d’un Parfait praticien françois (1611, 1630, 1645) a permis de dégager les idées-forces de ce praticien qui se fit docteur, avocat et juriste savant, et donna une synthèse étonnante de l’organisation de l’État et de la justice au début du XVIIe siècle à travers une image originale, celle de la main étendue. Une vision « praticienne » de l’État ?

6Les conclusions de cette année de séminaire ont permis de dégager les problématiques qui seront abordées prioritairement l’an prochain.

Publications

  • « Les de Thou au miroir des archives notariales du XVIe siècle. Les chemins de la haute robe », Jacques Auguste de Thou. Écritures et condition robine, Cahiers V. L. Saulnier 24, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2007, p. 13-35.
  • « Don de transmission, indisponibilité et constitution des lignages au sein de la bourgeoisie parisienne au XVIIe siècle », Hypothèses 2006. Travaux de l’École doctorale d’histoire, (Journée « Biens de tous, biens de personne. Approches historiques et juridiques de l’indisponibilité », organisée par K. Béguin), Paris, Publications de la Sorbonne, 2006, p. 413-422.
  • « L’exemplarité sociale des Historiettes de Tallemant des Réaux », colloque tenu les 3 et 4 mars 2006 à l’Université de Dijon, Construire l’exemplarité, sous la dir. de L. Giavarini, http://http./​/www.fabula.org/​colloques/​documents367.php.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robert Descimon, « Histoire sociale des pouvoirs politiques », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 265-266.

Référence électronique

Robert Descimon, « Histoire sociale des pouvoirs politiques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 17 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18671

Haut de page

Auteur

Robert Descimon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals