Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Économie et société dans le monde romain

Jean Andreau
p. 279-280

Texte intégral

Jean Andreau, directeur d’études

Les inscriptions de la vie quotidienne (instrumentum) dans la Méditerranée orientale romaine

1Nous avons successivement abordé trois sujets différents, et l’unique thème annoncé dans le Programme des enseignements n’a été traité qu’au cours du second semestre de l’année. À l’occasion d’une conférence que j’ai faite à l’Università Cattolica de Milan, nous avons d’abord traité des actions juridiques ayant trait à l’intervention des esclaves gestionnaires dans la vie économique ; l’action de peculio (dans le cas où l’esclave gère, dans son propre intérêt, des biens que lui a confiés son maître) ; la préposition (il agit sur l’ordre du maître, et dans l’intérêt direct du maître) ; et aussi d’autres actions moins familières aux historiens (par exemple la tributoria). Le but de ces séances était de mieux comprendre les relations et les médiations entre la norme juridique et les réalités sociales et économiques.

2Le reste de l’année a été consacré à l’instrumentum domesticum (c’est-à-dire l’ensemble des outils, instruments et objets de la vie quotidienne, qu’ils soient fabriqués en terre cuite, en métal, en verre, etc.), et à l’épigraphie de cet instrumentum (aux inscriptions que portent certains de ces objets). C’est une documentation austère, et le commentaire des marques et inscriptions peintes présente de nombreuses petites difficultés, mais il est important que des étudiants de master et de thèse qui s’intéressent à l’économie antique la connaissent. Ce séminaire est un des rares endroits où l’on traite très fréquemment de l’instrumentum.

3Il a été question, comme en 2005-2006, des briques et tuiles fabriquées dans la région de Rome entre le Ier et le IIIe siècle apr. J.-C, et qui portent des marques imprimées dans l’argile avant cuisson. L’un des principaux problèmes qu’elles posent porte sur l’organisation des briqueteries-tuileries : quels étaient les rapports entre les propriétaires des terres où elles se trouvaient et les exploitants ou chefs d’ateliers (conventionnellement appelés les officinatores) ? concluaient-ils des contrats de location, et, si oui, de quel type de location ? comment les propriétaires et les exploitants étaient-ils rémunérés ? Nous nous sommes consacrés à ces questions et il me semble être parvenu à quelques conclusions nouvelles et convaincantes.

4Dans la dernière partie de l’année, nous sommes passés à l’instrumentum trouvé ou produit dans la partie orientale de l’Empire romain. Après une introduction bibliographique, il a surtout été question d’amphores, et plus particulièrement d’amphores à vin dont la datation est comprise entre le Ier siècle av. J.-C. et le IVe siècle apr. J.-C. : rapports entre les amphores grecques et les amphores italiques ; importations de vins italiens en Orient et importations de vins orientaux en Italie ; provenance géographique des commerçants maritimes ; imitations d’amphores italiques, par exemple en Égypte, etc. Les amphores produites en Méditerranée orientale à l’époque romaine, quoique moins bien connues, pour l’instant, que celles de Méditerranée occidentale, ont fait récemment l’objet de solides études typologiques et chronologiques.

5Comme d’habitude, nous avons eu le plaisir d’écouter plusieurs conférences et exposés. Maurizio Bettini (Université de Sienne), invité de l’École au mois de mars 2007, a présenté deux conférences dans le cadre du séminaire, sur un sujet passionnant (et qui nous a éloignés de nos préoccupations économiques) : le chant des oiseaux, et les représentations auxquelles il donnait lieu dans l’Antiquité gréco-romaine. Nous avons entendu plusieurs autres conférences de haut niveau : celle de Pascal Arnaud (Université de Nice) sur le Cabotage ; celle de François Lerouxel, membre de l’École française de Rome, et qui a fréquenté plusieurs années ce séminaire, sur « La rédaction et l’enregistrement des contrats privés en Égypte romaine et ses conséquences en matière financière » ; celle de Marta Garcia Morcillo (Université de Dresde) sur les « Ventes aux enchères privées », auxquelles elle a consacré sa thèse de doctorat, maintenant soutenue et publiée ; et celle d’Hélène Dessales sur ses recherches relatives à l’approvisionnement en eau de Pompéi et des villes d’Italie. Merci à tous ces orateurs pour leurs très stimulantes contributions.

Publications

  • « La mauvaise réputation des publicains », Le Monde de la Bible, 172, juillet-août 2006, p. 28-31.
  • « À Rome, tous les esclaves ne sont pas des Ben Hur ! », Historia, 717, septembre 2006, p. 22-30.
  • « Negocios y relaciones sociales al final de la República romana y en el Alto Imperio », dans Hijos de Mercurio, Banqueros, prestamistas, usureros y transacciones comerciales en el mundo mediterráneo, sous la dir. de A. Pérez Jiménez et G. Cruz Andreotti, Madrid, Ediciones Clásicas & Málaga, Distribución Editorial, 2006, p. 177-194.
  • « Le prix du blé en Sicile et à Antioche de Pisidie (AE 1925, 126b) », dans La Sicile de Cicéron, Lectures des Verrines, sous la dir. de J. Dubouloz et S. Pittia, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2007, p. 111-125.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Andreau, « Économie et société dans le monde romain », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 279-280.

Référence électronique

Jean Andreau, « Économie et société dans le monde romain », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18683

Haut de page

Auteur

Jean Andreau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals