Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Histoire culturelle du monde byzantin, néo-hellénique et sud-est européen

Paolo Odorico
p. 281-282

Texte intégral

Paolo Odorico, directeur d’études

Sources littéraires versus sources historiques

1Nous nous sommes penchés sur la figure de l’intellectuel à Byzance comme producteur de textes littéraires, et nous nous sommes interrogés sur le rôle de l’écrivain dans ses rapports avec la société ainsi que sur les différentes techniques littéraires utilisées pour transmettre le message dont chaque texte est porteur. La première partie a été dédiée à l’étude de deux recueils de nature totalement différente : les synaxaires, lus pendant l’office et voulus par l’autorité civile et ecclésiastique, conservaient la mémoire historique et proposaient aux fidèles les modèles de sainteté à suivre ; les Patria Constantinoupoleos, recueil du VIIIe siècle décrivant les statues de Constantinople, posent le problème d’un éventuel rapport avec le débat autour des images qui caractérise l’époque.

2Bien que de nature différente, le Traité des offices du Pseudo-Kodinos nous interroge sur le rapport de l’intellectuel avec la cour : c’est le sujet traité par Ruth Macridès (Université de Birmingham), professeur invitée.

3Le cérémonial dans l’Empire byzantin, qui fait partie intégrante des pratiques du gouvernement, nous est connu par des descriptions narratives et par de brèves oraisons, ainsi que, et surtout, par trois traités qui datent respectivement de la fin du IXe, du Xe et du XIVe siècle. à la différence des deux premiers, le troisième traité, anonyme et sans titre, connu comme Traité des offices du Pseudo-Kodinos, n’a pas fait l’objet d’études particulières, et il n’a été pris en compte que dans des notes de bas de page dans des études sur les vêtements et la hiérarchie à la Cour : cela est probablement dû à sa date de rédaction tardive, durant une période de guerre civile, de contraction de l’Empire et de déclin politique. Les séminaires sur les traités des offices ont eu pour but de désenclaver ce texte, de montrer comment il est redevable de textes et de pratiques plus anciennes et quel est son apport pour la connaissance de l’Empire et de la cour à l’époque des Paléologues.

4L’intervention de Silvia Ronchey (Université de Sienne), professeur invitée, est étroitement liée à la figure de l’intellectuel : « Clandestinité du savoir. Enseignement, pouvoir et censure dans "l’âge d’or" de Byzance ». Partant de l’hypothèse que l’enseignement « universitaire » byzantin avait une dimension rétrécie, presque privée, et qu’il était réservé à un cercle très restreint d’élèves, élus, non sur la base de la classe sociale ou de conditions économiques mais en fonction de la formation et du savoir de ses membres, destinés à transmettre l’héritage du passé, nous avons souligné le caractère presque ésotérique de ces modalités de transmission et donc de l’enseignement lui-même, qu’il s’agisse d’arguments proprement philosophiques, ou de thèmes exclusivement littéraires. Nous avons vu que l’enseignement supérieur byzantin a garanti, en secret et par des stratagèmes connus de peu d’adeptes, la survivance de textes littéraires (narratifs, rhétoriques, poétiques, hymnographiques) écrits par des auteurs considérés comme hérétiques ou frappés de damnatio memoriae pour des raisons politiques : cela a été le cas notamment de Jean le Grammairien. Nous avons en particulier étudié les pratiques savantes d’Eustathe de Thessalonique.

5L’intervention de Paris Gounaridis (Université de Volos), professeur invité, est toujours axée sur les rapports de l’intellectuel à la société : « Entre la vie en jouissance et la vie en contemplation. La société byzantine au XIVe siècle ». Le XIVe siècle byzantin, particulièrement dans sa première moitié, est une époque contradictoire, pendant laquelle se sont déroulées deux guerres civiles et une révolte « communiste », le mouvement des zélotes de Thessalonique. C’est une période de floraison intellectuelle, qui a son équivalent dans l’art, qualifiée par l’historiographie de « renaissance des Paléologues ». Mais c’est aussi l’époque où commence la cristallisation de la réaction des ecclésiastiques face à la sécularisation, qui s’exprime par un mouvement ascétique, l’« hésychasme ». Les séminaires ont porté sur la floraison intellectuelle de cette période et particulièrement sur les deux façons de considérer les faits sociaux qui se sont affrontés : la vie en jouissance, en quête de vertu civile, à la recherche d’une éthique et de propositions politiques nouvelles, et la vie en contemplation, caractérisée par une volonté de retour à la tradition et la recherche de la pratique d’un idéal ascétique.

6Dans le cadre de l’étude sur la production littéraire au Moyen Âge, se place le congrès « Le corps impur et ses représentations dans les littératures médiévales » que nous avons organisé à Gênes du 10 au 12 mai 2007.

Publication

  • L’écriture de la mémoire. La littérarité de l’historiographie. Actes du IIIe colloque international philologique « EPMHNEIA », Nicosie, 6-7-8 mai 2004, sous la dir. de P. Odorico, P. A. Agapitos, M. Hinterberger, École des hautes études en sciences sociales, 2006, 377 p., (« Dossiers byzantins », 6).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paolo Odorico, « Histoire culturelle du monde byzantin, néo-hellénique et sud-est européen », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 281-282.

Référence électronique

Paolo Odorico, « Histoire culturelle du monde byzantin, néo-hellénique et sud-est européen », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18685

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals