Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Études sur la société grecque moderne et contemporaine

Yannis Tsiomis
p. 283-285

Texte intégral

Yannis Tsiomis, directeur d’études

État-nation et ville capitale : Athènes, Berlin, Munich, Paris et la formation du modèle néoclassique urbain

1Le séminaire de cette année a exploré deux axes : 1) les ruptures et les continuités suite à la formation du territoire de l’État-nation, par rapport au territoire antérieur de la Grèce, comme province de l’Empire ottoman ; 2) l’implication de l’urbanisme néoclassique entendu comme outil technique mais aussi stratégique pour former les villes nouvelles.

2Le premier axe a permis d’étudier l’introduction des lois – véritable innovation et rupture - concernant la formation et la gestion du territoire. L’étude exhaustive de la loi du 4 avril 1833 a en effet révélé l’ampleur des transformations et mutations voulues par le législateur. Les nouveaux découpages administratifs, les nouvelles attributions des compétences entre l’État et les municipalités pour la gestion de l’espace, la définition de la ville, la programmation des nouveaux équipements publics ont été analysés en tant que témoignages de cette rupture.

3L’étude des textes du régent Georg Ludwig Maurer, ensuite, dans Le peuple grec (Das griechische Volk), a permis d’approfondir les stratégies politiques à travers la transformation de l’espace. En ce sens, on a pu se rendre compte des limites de cette volonté de mutation, dans la mesure où le régent, d’une part, exprime des doutes sur l’efficacité absolue de la loi pour assurer la mutation, et, d’autre part, en tant que juriste chevronné du droit coutumier, exprime la volonté de maintenir en partie la gestion de l’espace telle que léguée par la tradition, sous l’Empire ottoman. L’ensemble de ces textes ont par ailleurs incité à réfléchir sur une certaine dissociation, mais aussi confusion, entre territoire de l’État, bien délimité dans ses frontières, et « espace national », extensible dans son étendue « partout où il y a des Grecs ». L’évidence des raisons idéologiques, mais aussi politiques, de cette ambiguïté a été mise en rapport avec le concept même d’État nation.

4Le second axe a concerné l’étude de l’urbanisme néoclassique comme outil technique, mais aussi stratégique pour former les villes nouvelles. En tant qu’outil technique il a nécessité l’introduction de nouvelles compétences (celles de l’architecte, de l’ingénieur, du topographe, etc.) pour assurer l’art urbain et la technique du tracé urbain. En tant qu’outil stratégique, la nouvelle forme de l’urbanisme néoclassique a servi comme moyen pratique, visible pour transformer la forme urbaine de la période ottomane. L’étude de la réception du nouveau modèle par les habitants, les hésitations et protestations ont permis d’approfondir le couple rupture/continuité à propos des mutations spatiales.

5Les interventions des invités ainsi que des doctorants ont permis de poursuivre la réflexion engagée dans le séminaire : Vilma Hastaoglou (professeur à l’Université de Thessalonique), « Les villes nouvelles en Grèce au XIXe siècle » ; Athina Vitopoulou (Université de Thessalonique), « Les transformations de l’espace urbain en Grèce : le cas de Thessalonique » ; Panayotis Tournikiotis (professeur à l’École polytechnique d’Athènes) « L’œuvre de l’urbaniste Constantin Doxiadis » ; Eléonora Vratskidou, « La création de l’École des Arts d’Athènes au XIXe siècle » ; Jordi Balesta, « Inerties et mutations du paysage rural et périurbain grec. Approche photographique ».

6Participation à des colloques : Université La Sapienza, Rome, « Sites archéologiques et aménagement » (mai 2007). Conférence « Le site archéologique dans la ville consolidée ». Cité internationale universitaire de Paris à l’occasion des soixante-dix ans de la Fondation hellénique, conférence : « Styles régional, néoclassique, international : l’éclectisme en œuvre au XXe siècle ». Colloque « Échelles et temporalités du projet urbain », ministères de l’Équipement et de la Culture, Cité de l’architecture (mai 2007), organisateur du colloque, conférence introductive.

Publications

  • Avec V. Ziegler, Anatomie de projets urbains. Bordeaux, Lyon, Rennes, Strasbourg, Paris, Éditions de La Villette, 2007, 216 p.
  • Le Corbusier. Les conférences de Rio, 1936, introduction, notes et établissement du texte, Paris, Flammarion, 2006, 192 p.
  • Échelles et temporalités du projet urbain, sous la dir. Y. Tsiomis, Paris, J.-M. Place, 2007, 180 p.
  • « Athènes 1833 : la guerre pour la capitale de l’État-nation », dans Études Balkaniques, sous la dir. de L. Pressouyre, Paris, 2006, p. 173-177 (« Cahiers Pierre Belon », 12-2005).
  • « Le droit à la ville-cité du XVIIe au XXIe siècle. Glissements sémantiques et Idéologiques », (grec/anglais) dans Elelev, Revue du département « Communication et Médias », Université d’Athènes, sous la dir. de P. Rigoupoulou, Athènes, Polytropon, 2007, p. 187-199.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yannis Tsiomis, « Études sur la société grecque moderne et contemporaine », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 283-285.

Référence électronique

Yannis Tsiomis, « Études sur la société grecque moderne et contemporaine », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18688

Haut de page

Auteur

Yannis Tsiomis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals