Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Histoire moderne et contemporaine des pays méditerranéens

Maurice Aymard, Jean-Yves Grenier, Gilles Postel-Vinay et Alessandro Stanziani
p. 286-288

Texte intégral

Maurice Aymard, directeur d’études

Économie et société du monde méditerranéen, XVe-XXe siècle

1Soixante ans après la soutenance de la thèse de Fernand Braudel (1947), la Méditerranée conserve son statut de laboratoire des sciences sociales. Elle a depuis longtemps cessé d’être la propriété exclusive des géographes et des historiens : tour à tour anthropologues, sociologues, politologues, économistes en ont fait l’un de leurs terrains privilégiés, dont ils se sont servis pour tester un certain nombre de leurs hypothèses. De celles-ci, la clef commune a été celle de la différence culturelle, inscrite dans une durée très longue, aux limites de l’histoire immobile, et aggravée au cours des trois ou quatre derniers siècles, et notamment entre le XIXe et le XXe siècle, par l’accumulation des écarts (présentés comme autant de retards) entre le monde méditerranéen et une Europe du Nord-Ouest désormais tournée vers l’Atlantique. Par opposition à une Méditerranée dont la tradition scolaire et universitaire avait fait le berceau de l’histoire de l’Europe, la Méditerranée est ainsi devenue « l’autre de l’Europe », le témoin et le lieu d’une autre histoire.

2Cette mutation s’est, durant les toutes dernières décennies, accompagnée d’une autre, encore en cours : la multiplication des recherches de terrain et d’archives dans tout l’espace de la Méditerranée, et en particulier sur la rive sud, puis l’émergence et l’affirmation internationale, dans les pays de la même rive sud et de l’Europe du Sud-Est, de communautés scientifiques décidées à prendre en charge l’étude de leurs propres sociétés, ont élargi à l’ensemble du monde méditerranéen le champ de nos connaissances, de nos points d’observation, et des regards que nous pouvons porter sur lui. Elles se sont accompagnées d’un certain déplacement de l’intérêt vers les deux derniers siècles. Ce nouveau paysage intellectuel contribue à expliquer le dynamisme, mais aussi le foisonnement des recherches récentes, parmi lesquelles le but du séminaire est d’abord de proposer à la fois une information et une évaluation critique. Trois directions ont été privilégiées au cours de cette année.

3La première a été celle des réseaux, croisée avec celles des minorités actives, à travers le thème des Port Jews. Cette expression, calquée sur celle des Court Jews, s’est trouvée placée, depuis son lancement à la fin des années 1990, au cœur d’un débat international particulièrement actif, où se croisaient étude de cas et tentatives de modélisation, ambitions de la world history et thématiques propres à l’historiographie juive, notamment celles de la modernisation et de la tradition, et réflexions sur le rôle des ports, où coexistent des minorités ethniques et religieuses différentes, à la fois fortement organisées en communautés et conduites, pour les nécessités du commerce, à créer entre elles des rapports de coopération et d’échange.

4La deuxième a été celle de la dynamique de longue durée des rapports entre économies locales et économie internationale animée par la circulation des hommes, des animaux et des produits. Longtemps marquée par les discussions sur les oppositions entre économie « naturelle » et monétarisation, qui suggéraient des trajectoires unidirectionnelles, de l’autoconsommation et du troc vers la monnaie, la spécialisation et l’échange organisé et généralisé, cette thématique s’est trouvée profondément renouvelée par les études concernant les migrations ou les rapports de genre : celles-ci montrent que, loin de se succéder, ces oppositions traversent à chaque époque les sociétés, et y créent de multiples tensions internes.

5La troisième piste suivie a été celle de la place que le monde méditerranéen peut aujourd’hui occuper dans l’écriture d’une histoire plurielle de l’Europe.

Maurice Aymard, Jean-Yves Grenier, Gilles Postel-Vinay, directeurs d’études
Alessandro Stanziani, chargé de recherche au CNRS

Critique de l’économie historique

6Le séminaire a été consacré pour la seconde année consécutive à l’entreprise. Deux perspectives ont été privilégiées.

7La première porte sur certaines caractéristiques qui contribuent à définir l’entreprise, à commencer par le cadre juridique qui en assure la durée : celui-ci peut être analysé pour son inégale aptitude à migrer et à être adapté et adopté ailleurs (Ron Harris, Université de Tel Aviv), ou à partir de l’histoire comparée de sa très grande diversité de pays à pays (Jean-Laurent Rosenthal, Caltech), ou encore à partir de ses contenus et de ses limites. Ainsi est-ce le champ même de l’entreprise qui évolue lorsque se modifie, par exemple, la définition juridique et fiscale du fonds de commerce et, avec elle, les modalités de transmission des boutiques, des restaurants, des magasins ou encore des hôtels et des cabinets professionnels. Or la notion de fonds de commerce change avec le temps et, avec elle, la façon de fixer un prix des éléments immatériels du capital, ou, plus généralement, son périmètre même, selon que le fonds inclue les stocks et les « murs de boutique », ou également les brevets, la marque et l’enseigne commerciale, la clientèle et la confiance (A. Stanziani).

8La même question se pose si l’on s’interroge sur les transformations des modalités de formation de la main-d’œuvre qualifiée, comme l’Illustre l’exemple du déplacement des frontières de l’apprentissage. Entre le XVIIe et le XIXe siècle, les parties impliquées dans le contrat changent (maître-parents-apprenti-corporation versus entreprise-employeur-apprenti-établissement d’enseignement) ; les contreparties de l’enseignement (logement ou salaire de l’apprenti, paiement du maître versus avantages fiscaux pour l’entreprise...) ; et jusqu’à l’objectif du contrat. Le but reste toujours, certes, d’apprendre un métier. Mais il s’est agi d’abord de former un futur maître (ou petit entrepreneur), puis un ouvrier (par opposition à un manœuvre - plus tard, un « ouvrier qualifié ») voire un diplômé dont le destin sera lié au niveau de ce diplôme (Claire Lemercier, IHMC-CNRS).

9La seconde perspective concerne des expériences extra-européennes. Un premier exemple est l’essor des entreprises d’assurance vie aux États-Unis (Pap N’Diaye, EHESS). L’histoire de l’industrial life insurance, depuis son essor dans les années 1870, permet de mettre en question certaines idées reçues sur le lien entre le développement de la grande entreprise et la modernisation du management aux États-Unis. Un second exemple a concerné les entreprises chinoises entre le début et la fin du XXe siècle (Gilles Guiheux, Université de Marne-la-Vallée). La caractéristique majeure est que, selon l’expression de Jean-Pierre Cabestan, la Chine est un État de lois mais pas un État de droit. Gilles Guiheux montre ainsi que les entreprises et les entrepreneurs se caractérisent moins par leurs produits ou leur forme juridique (d’ailleurs très changeante) que par leur capacité à mobiliser un réseau d’associés ou de financeurs (des amis - en particulier ceux acquis au travers de l’armée - et, plus encore, de la famille). Il est de ce fait difficile de fixer des frontières nettes à l’entreprise, même si aujourd’hui le réseau familial ne suffit plus et si d’autres questions se posent, à commencer par le recrutement des cadres et des ingénieurs et l’accès aux méthodes de management et aux technologies modernes. L’Afrique constitue le troisième terrain d’investigation, avec une question centrale : pourquoi y a-t-il eu si peu d’entrepreneurs en Afrique, non seulement avant, mais aussi après la colonisation ? À partir de l’exemple du Sénégal et du Kenya, Jean Copans (Université Paris-V) insiste sur les obstacles qui s’opposent à la formation d’un capital local mais aussi sur l’incapacité des États africains à créer un marché national stable et suffisamment protégé. Un dernier exemple a été celui de l’entreprise russe depuis le début des années 1990 qui a été abordée sous l’angle particulier de la protection sociale (Cécile Lefèvre, CERCEC-INED). L’entreprise soviétique prenait en charge le plus souvent une part importante de la protection et de l’aide dont bénéficiaient ses salariés. Malgré la transition vers le « capitalisme », cette responsabilité s’est perpétuée, surtout après le krach de 1998. C’est en fait une condition essentielle, encore aujourd’hui, pour l’insertion de l’entreprise dans le tissu local, et c’est aussi un moyen indispensable pour entretenir la relation, si forte en Russie, entre économie et politique.

10Envisagée de ces différents points de vue, l’entreprise apparaît donc comme un remarquable thème d’enquête, dont l’étude ouvre la voie à de multiples comparaisons entre les époques, les lieux, les sociétés et les civilisations, mais aussi à des coopérations fructueuses et novatrices entre les différentes sciences sociales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurice Aymard, Jean-Yves Grenier, Gilles Postel-Vinay et Alessandro Stanziani, « Histoire moderne et contemporaine des pays méditerranéens », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 286-288.

Référence électronique

Maurice Aymard, Jean-Yves Grenier, Gilles Postel-Vinay et Alessandro Stanziani, « Histoire moderne et contemporaine des pays méditerranéens », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18690

Haut de page

Auteurs

Maurice Aymard

Articles du même auteur

Jean-Yves Grenier

Articles du même auteur

Gilles Postel-Vinay

Articles du même auteur

Alessandro Stanziani

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals