Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Histoire comparée des noblesses européennes, XVIe-XVIIIe siècle

Jean Boutier
p. 291-292

Texte intégral

Jean Boutier, directeur d’études

1Au premier semestre, le séminaire a prolongé les réflexions méthodologiques amorcées l’année dernière à l’attention des étudiants de master, autour d’une large introduction à la démarche historienne, grâce notamment à la lecture de textes fondamentaux et à l’examen critique de recherches en cours en histoire socioculturelle de l’Europe moderne d’une part, autour des usages historiens de la comparaison d’autre part. Cette dernière séquence s’est appuyée sur une relecture de certains travaux de macrosociologie américaine, pour les confronter aux réalisations plus récentes concernant les formes et les modalités des circulations culturelles dans l’aire européenne à l’époque moderne. Des études plus précises ont été consacrées aux usages du vocabulaire social (Fanny Cosandey) ou à la formulation et à l’usage des lois somptuaires en Italie, et plus largement en Europe (Anna Bellavitis, Université Paris-X).

2Le second semestre a prolongé le travail amorcé en collaboration avec Dominique Taurisson (CNRS, SHADYC) en 2004-2005, autour des formes et des espaces de la communication savante dans l’Europe des XVIIe et XVIIIe siècles. Il a repris l’analyse de ce qu’a pu être la « République des Lettres », à partir des modes d’existence et d’utilisation d’une société virtuelle. Cette « République des Lettres » a été examinée à partir de points d’observation géo-politiquement distants et distincts, qu’il s’agisse de vastes territoires comme l’Italie ou l’Espagne (Cécile Mary Trojani, Université de Toulouse-II) ou de lieux considérés à l’époque comme centraux, tels Rome (Antonella Romano, Institut universitaire européen, Fiesole) ou Édimbourg (Stéphane Van Damme, CNRS, Oxford). La notion de « capitale intellectuelle » a pu ainsi être confrontée à celle de « capitale musicale » (Emmanuel Pedler). La notion de « République des Lettres » a enfin été soumise à l’épreuve de pratiques savantes diverses, comme l’enregistrement des visiteurs de sa maison par le Nîmois Jean-François Séguier, pratique considérée comme une « écriture ordinaire » (Emmanuelle Chapron, Université Aix-Marseille-I), la philologie antique au XVIIe siècle (Dinah Ribard) ou l’élaboration d’un langage scientifique commun dans l’activité descriptive au XVIIIe siècle (Marc Ratcliff, Université de Genève). Dans beaucoup de ces cas, la notion de « République des Lettres » fait inutilement écran à la compréhension ; elle apparaît d’avantage comme une ressource discursive, utilisée pour certaines opérations de communication intellectuelle, plutôt qu’un outil d’analyse sociologique des formes de la communication savante dans l’Europe moderne.

3Divers séminaires et interventions consacrés à l’analyse comparée des formes de l’éducation nobiliaire et aux usages politiques des images princières ont été présentés à l’Université de Fribourg-en-Brisgau (Allemagne), de Florence (Faculté de sciences politiques ; Institut hollandais d’histoire de l’art) et à la Scuola normale superiore de Pise ; à l’approche comparée des cartographies urbaines à Reading (Angleterre) ; aux formes nouvelles de circulations imprimées à partir des journaux révolutionnaires en Italie (Aix-en-Provence) ; à des questions d’historiographie italienne (Université de Pise).

Publications

  • « Stephanus Baluzius Tutelensis ». Étienne Baluze (1630-1718). Un savant tullois dans la France de Louis XIV, Tulle, Éditions de la Rue Mémoire, 2007, 114 p.
  • « Giovanni Lami, un "letterato" italien dans l’Europe de la République des Lettres », dans L’Accademia degli Agiati nel Settecento europeo. Irradiazioni culturali, sous la dir. de G. Cantarutti et S. Ferrari, Milan, Franco Angeli, 2007, p. 35-51.
  • « L’espace résidentiel de la noblesse florentine (XVIe-XVIIIe siècle) », dans Living in the city. Elites and their residences, sous la dir. de J. Dune et P. Janssens, Louvain, Brepols, 2007, p. 255-283.
  • « La noblesse à l’épreuve des mots. Réflexions franco-italiennes sur le vocabulaire social des historiens des élites de l’Ancien Régime européen », dans Le parole che noi usiamo, sous la dir. de M. Fantoni et A. Quondam, Rome, Bulzoni, 2007, p. 155-172.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Boutier, « Histoire comparée des noblesses européennes, XVIe-XVIIIe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 291-292.

Référence électronique

Jean Boutier, « Histoire comparée des noblesses européennes, XVIe-XVIIIe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18693

Haut de page

Auteur

Jean Boutier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals