Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Histoire religieuse du XIXe siècle

Philippe Boutry et Dominique Julia
p. 292-294

Texte intégral

Philippe Boutry, directeur d’études
Dominique Julia, directeur de recherche emèrite au CNRS

Religion et Révolution française : mémoire, histoire et mythe (XVIIIe-XIXe siècles).

1Quatre séances ont été consacrées à l’histoire religieuse de la Révolution française. Isabelle Brian (Université Paris-I/CARE) a présenté, dans le cadre du travail de grande ampleur qu’elle prépare sur la prédication à Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles, le dossier de « La prédication à l’aube de la Révolution française » ; elle a en particulier montré comment le genre connaît un brusque aggiornamento dans les premières années de la Révolution dans la continuité d’une mutation engagée dès les secondes Lumières privilégiant les thématiques morales ; elle met aussi en valeur les transformations du profil des prédicateurs et du mode de réception des auditeurs. Paul Chopelin (Université Lyon-III), dans le sillage de sa récente thèse de doctorat sur « Ville patriote et ville martyre : une histoire religieuse de Lyon pendant la Révolution (1788-1805) », a étudié « Les victimes ecclésiastiques de la Révolution française à Lyon » ; il a relevé les difficultés inhérentes à un recensement et surtout à une catégorisation des victimes, liées aux incertitudes sur leurs choix ecclésiologiques (réfractaires ou constitutionnels) et politiques (notamment lors du siège de la ville par l’armée de la Convention). Plus généralement, la contribution de Stéphane Baciocchi (CARE) et de Philippe Boutry sur « Les victimes ecclésiastiques de la Révolution française » s’est efforcée de poser à l’échelle nationale l’ensemble des questions méthodologiques et problématiques de l’enquête qu’ils ont entreprise à nouveaux frais, afin d’étudier l’ensemble du phénomène de la violence révolutionnaire à l’encontre du clergé catholique, sur le plan quantitatif et prosopographique, judiciaire et politique, religieux, culturel et anthropologique. Dominique Julia a livré quelques conclusions de la vaste enquête qu’il conduit depuis plusieurs années, en collaboration avec Stéphane Baciocchi, sur l’éphémère École normale supérieure de l’an III, en étudiant « Le public ecclésiastique de l’École normale supérieure de l’an III et l’abdication des lettres de prêtrise » ; il a notamment dessiné, à travers un prisme de sources à la fois administratives, révolutionnaires et ecclésiastiques, des itinéraires individuels complexes et les stratégies d’adaptation ou de dissimulation qu’ils impliquent de la part des acteurs.

2Quatre autres séances ont été plus particulièrement centrées sur la mémoire religieuse de la Révolution française. L’exposé le plus ample est celui que Véronique Alémany (Musée national de la Marine) a consacré, dans la continuité de sa récente thèse de doctorat sur les « Survivances jansénistes aux XIXe et XXe siècles à travers les archives de Perpétue de Marsac, vicomtesse d’Aurelle de Paladines, dernière Solitaire de Port-Royal (1845-1932), à La mémoire janséniste de la "dernière solitaire de Port-Royal" » ; elle a montré, à partir des livres et des documents conservés au musée des Granges de Port-Royal, comment Perpétue de Marsac a su à la fois opérer la récapitulation mémorielle de cinq à six générations jansénistes issues du milieu parlementaire toulousain et mettre une vie marquée par une grande austérité spirituelle au service du « néo-jansénisme » d’Augustin Gazier. Hélène Becquet (Université Paris-I) a, dans le cadre de sa future thèse de doctorat, présenté avec beaucoup de justesse « Madame Royale et la mémoire de la Révolution française » en montrant comment la fille de Louis XVI et de Marie-Antoinette, seule rescapée du Temple, a été muée en « icône », au risque de voir dissoudre sa mémoire propre de la Révolution dans un discours contre-révolutionnaire. Sylvain Milbach (Université de Chambéry) a étudié dans toutes ses nuances « Le comte de Montalembert ou le catholicisme libéral sous l’ombre de la Révolution » : pour le principal interprète du libéralisme catholique au milieu du XIXe siècle, « la révolution de 1789, telle qu’elle s’est faite, n’a été qu’une sanglante inutilité » ; mais il sait, à l’occasion, faire évoluer sa pensée au gré des milieux intellectuels et des conjonctures politiques. Philippe Boutry a enfin abordé « Les historiens de l’Action française et la Révolution » et s’est efforcé de montrer comment Maurras et l’historiographie d’Action française, en refusant d’intégrer l’événement révolutionnaire dans la continuité d’une histoire nationale, se sont privés de certaines des clefs d’une intelligence politique de la France contemporaine.

Publications

  • Des économies et des hommes. Mélanges offerts à Albert Broder. Textes réunis par F. Bourillon, P. Boutry, A. Encrevé et B. Touchelay, Université Paris-XII/Institut Jean-Baptiste Say, et Bordeaux, Éditions Bière, 2006, 499 p. « Les circonstances atténuantes. Droit, morale et société au lendemain de la Révolution française », p. 431-452.
  • « De la sociologie religieuse à l’histoire sociale des religions », Le mouvement social, 215, 2, 2006, p. 3-8.
  • « Dieu », dans Histoire des droites en France, t. 3, Sensibilités, sous la dir. de J.-F. Sirinelli, Paris, Gallimard (« Tel »), 20062, p. 209-249.
  • Avec A.-R. Michel, « La Religion », dans Histoire des droites en France, op. cit., p. 647-695.
  • « Actes et paroles de Victor Hugo », dans Un lieu pour les livres. Extraits d’une mémoire, sous la dir. de Sophie Barluet, Paris, Centre national du livre, 2006, 33.
  • « Léon XIII et l’histoire », dans Le pontificat de Léon XIII. Renaissances du Saint-Siège ?, Études réunies par P. Levillain et J.-M. Ticchi, Rome, Collection de l’École française de Rome 368, 2006, p. 35-53.
  • « Jean-Marie-Baptiste Vianney, curé d’Ars (1786-1859) » et « Un catholicisme intransigeant : le "moment" Pie IX », dans Histoire du christianisme, sous la dir. d’A. Corbin, Paris, Le Seuil, 2007, p. 388-391 et p. 410-414.
  • « Les conférences ecclésiastiques au XIXe siècle », dans « Les associations de prêtres en France du Moyen Âge à l’époque contemporaine », actes du colloque organisé les 15, 16 et 17 septembre 2005 par la Société d’histoire religieuse de la France et le Centre d’histoire « Espaces et Cultures » (Université Clermont-Ferrand-II), Revue d’histoire de l’Église de France, XCIII, 1, 2007, p. 51 -69.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Boutry et Dominique Julia, « Histoire religieuse du XIXe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 292-294.

Référence électronique

Philippe Boutry et Dominique Julia, « Histoire religieuse du XIXe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18694

Haut de page

Auteurs

Philippe Boutry

Articles du même auteur

Dominique Julia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals