Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Études juives

Histoire, idées, cultures et sociétés des mondes juifs traditionnels

Sylvie Anne Goldberg
p. 296-297

Texte intégral

Sylvie Anne Goldberg, directrice d’études

Historicité et temporalité

1Cette année, le séminaire s’est concentré sur l’examen de questions précises touchant à la fois à l’historicité et à la temporalité des sources historiographiques qui sont à la base du travail historique. La réflexion générale s’est articulée dans un premier temps autour de la période des Croisades. Après avoir examiné les profondes reformulations mentales, sociales, et religieuses provoquées par ces mouvements de masse, et notamment, la transformation de la place de Jérusalem et de la Terre sainte dans l’eschatologie chrétienne, nous avons parallèlement observé, pour ce qui concerne l’histoire des juifs, la rupture historique qu’elles avaient provoquée. Amorce d’un processus de dégradation tant des relations sociales existant entre juifs et chrétiens que des rencontres théologiques entre fidèles des deux religions, ce processus s’achèvera par les grandes expulsions des juifs de la plupart des grandes villes de l’Europe du Nord, entre le XIVe et le XVe siècle qui recomposeront complètement la géographie juive.

2Dans un second temps, nous avons poursuivi l’examen de cette période charnière par la lecture des sources qui en relatent ou décrivent les événements. Ces chroniques des Croisades, issues tant du monde juif que du monde chrétien, ont permis d’aborder directement certains problèmes particuliers posés par les récits rédigés a posteriori par des témoins indirects, de deuxième voire énième main, ou appartenant à des générations postérieures aux événements décrits. Les chroniques hébraïques des croisades retracent les faits tragiques qui ont accompagné les croisades, tout autant qu’elles illustrent un « moment » singulier dans les expressions juives à l’égard de la position du martyr et du suicide effectué « pour la sanctification du Nom divin », qui n’a jamais plus - pour autant que nos sources en témoignent - été reconduit dans l’histoire des attitudes juives devant la mort et l’au-delà. Ces lectures, qui nous ont permis d’aborder, en considérant leur élaboration narrative, la notion de « genre littéraire » propre à l’histoire, ont ainsi débouché sur une approche plus générale de la production de l’historiographie juive récente. En effet, ces chroniques hébraïques, découvertes à la fin du XIXe siècle, relues et analysées tout au long du XXe et jusque dans les approches les plus récentes de l’histoire juive, s’insèrent dans des schémas qui articulent et illustrent les diverses approches historiographiques des chercheurs.

3Ces questions cruciales ont ensuite pu être développées et élargies à d’autres contextes par les interventions de Michael Brenner (Université de Munich), « Construction and deconstruction of the Jewish nation in modem historiography », qui a présenté ses travaux sur l’historiographie juive dans le cadre de la problématique posée par le binôme « découverte » et « construction » tel qu’il a été utilisé par les historiens juifs des XIXe et XXe siècles. Ada Rapoport-Albert (University College, Londres), « Female bodies-male soul. Ascetiscism, mysticism and gender in the Jewish Tradition », pour sa part, a présenté, dans le cadre de ses travaux sur le hassidisme, une problématique identique, touchant, cette fois, à la question du « genre », à travers l’invention du rôle et de la place des femmes dans le mouvement hassidique, par les reformulations des textes hagiographiques au XXe siècle.

4Par ailleurs, j’ai eu l’occasion de présenter quelques avancées de mes travaux à Bucarest, Tel-Aviv, Jérusalem et Montpellier ; d’enseigner à l’Université d’Irvine-Californie ainsi que de coordonner la journée d’étude annuelle de coopération avec l’Université hébraïque de Jérusalem, organisée avec le Forum européen, intitulée Issues in Aesthetics : Images and Representation, à laquelle ont participé, pour l’École, Brigitte Derlon, Danièle Cohn, François Lissarague, et Giovanni Careri.

Publications

  • Éditrice de l’ensemble des entrées concernant la France, dans Encyclopaedia Judaica, 2e édition, 22 volumes, sous la dir. de F. Skolnik, Jérusalem, Macmillan Reference USA & Keter Publishing, 2007.
  • Rédactrice notamment des entrées : « Hevra Kadisha », vol. 9, p. 81-82 ; « Jewish Studies », vol. 11, p. 324-326 ; « Morin Edgar », vol. 14, p. 491-492 ; « Ouaknin Marc Alain », vol. 15, p. 546-547 ; « Vidal-Naquet Pierre », vol. 20, p. 516-517 ; « Zafrani, Haim », vol. 21, p. 443.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Anne Goldberg, « Histoire, idées, cultures et sociétés des mondes juifs traditionnels », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 296-297.

Référence électronique

Sylvie Anne Goldberg, « Histoire, idées, cultures et sociétés des mondes juifs traditionnels », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18697

Haut de page

Auteur

Sylvie Anne Goldberg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals