Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Études allemandes

Histoire socioculturelle des relations franco-allemandes, XIXe-XXe siècles

Michael Werner
p. 299-300

Texte intégral

Michael Werner, directeur d’études

Historiographies franco-allemandes et transferts culturels

1Pendant l’année 2006-2007, nous avons continué l’enquête sur l’histoire croisée de l’Allemagne et de la France pendant la première moitié du XXe siècle. Un premier bloc de séances a été consacré à un rappel des grands problèmes méthodologiques. Nous avons successivement évoqué les rapports entre approches comparatives, études de transfert et histoire croisée, la question des temporalités et des régimes d’historicité, le spatial turn et la gestion de la dimension spatiale dans des travaux d’histoire, enfin les problèmes propres d’une historiographie transnationale. Par la suite, nous avons concentré l’enquête sur deux terrains connexes, particulièrement riches, d’une histoire croisée : les projets de réorganisation de l’espace urbain et les relations entre architecture, industrie et arts décoratifs. Les dynamiques observées sur ces deux champs trouvent leurs origines dans les mouvements réformateurs du début du siècle. Nous nous sommes intéressés, d’un côté, à la naissance et aux activités du Deutscher Werkbund qui a réuni créateurs, stylistes et industriels dans une organisation à l’impact politique, économique et culturel considérable, et, de l’autre, au mouvement des cités-jardins. Dans la mesure où les deux projets sont, par ailleurs, inspirés par des expériences anglaises, le mouvement Arts and Crafts et l’idée de la Garden-City de Howard, il était possible d’inclure une réflexion sur des constellations triangulaires dissymétriques qui offraient des pistes de recherche à la fois à des approches comparatives et à des études de transfert. Plus spécialement, nous avons exploré l’histoire du Werkbund à travers, d’une part, l’étude des milieux socio-économiques et artistiques porteurs et, de l’autre, une grille d’analyse questionnant les rapports entre artisanat et industrie, standardisation et création individuelle, enfin pensée de l’habitat et conception des objets de la vie quotidienne (Design et Warenkunde). Parallèlement, nous avons étudié les manifestations publiques du Werkbund, en particulier les expositions spécifiques qui se sont tenues à Berlin, Munich, Stuttgart, Vienne et Paris. Une deuxième série de séances a porté sur les cités-jardins, que nous avons analysées à travers des réalisations concrètes en Allemagne et en France, tout en circonscrivant les débats techniques et socioculturels qui ont façonné le mouvement. Une troisième série enfin a été consacrée au Bauhaus, à la manière dont il a restructuré les thématiques issues du Werkbund, ainsi qu’à sa réception en France, en Palestine et aux États-Unis. Ici aussi, nous avons mis en avant l’imbrication étroite entre pensée de l’espace urbain, projets architecturaux et travail sur les objets et les pratiques des usagers. Martin Urmann (Humboldt-Universität Berlin), Lucian Hölscher (Ruhr-Universität Bochum), Iris Schröder (Humboldt-Universität Berlin), Sara Iglesias-Munoz ont animé des séances en cours d’année. Qu’ils en soient remerciés ici.

2Par ailleurs, j’ai assuré au premier semestre, en collaboration avec Yves Cohen, Nancy Green et Kapil Ray, un séminaire de master sur « Histoire et historiographie transnationale ». Enfin nous avons poursuivi, avec Christophe Duhamelle, Alexandre Escudier, Wolfgang Kaiser, Christine Lebeau, Pierre Monnet et Patrice Veit le séminaire de recherche collectif « Les mots de l’histoire » consacré à l’analyse des relations entre les mots des « sources » et les catégories historiographiques étudiées à partir des traditions de recherche française et allemande.

Publications

  • Politiques et usages de la langue en Europe, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2007, 258 p.
  • « Im Zwischenfeld von Politik und Wissenschaft. Zur Untersuchung institutionellen und personenbezogenen Handelns in den deutsch-französischen Wissenschaft- und Kulturbeziehungen des 20. Jahrhunderts », dans Deutsch-französische Kultur- und Wissenschaftsbeziehungen im 20. Jahrhundert, sous la dir. de U. Pfeil, Munich, Oldenbourg, 2007, p. 271-285.
  • « Philosophie und Praxis der Adapter. Zu den Voraussetzungen des Brückenschlagens », dans Verbundenheiten. Rudolf von Thadden zum 75. Geburtstag, sous la dir. de M. Hildermeier et al., Göttingen, Wallstein, 2007, p. 182-185.
  • « La Germanie de Tacite », dans Mémoires allemandes, sous la dir. de É. François et H. Schulze, Paris, Gallimard, 2007, p. 37-58.
  • Ideologische Bindungen als Ein- und Ausschlussfaktoren bei Migrantengruppen : Deutsche Emigranten In Frankreich während der ersten Hälfte des 19. Jahrhunderts, dans Europa der Zugehörigkeiten. Integrationswege zwischen Ein- und Auswanderung, sous la dir. de R. von Thadden, S. Kaudelka, T. Serrier, Göttingen, Wallstein, p. 49-58.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michael Werner, « Histoire socioculturelle des relations franco-allemandes, XIXe-XXe siècles », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 299-300.

Référence électronique

Michael Werner, « Histoire socioculturelle des relations franco-allemandes, XIXe-XXe siècles », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18699

Haut de page

Auteur

Michael Werner

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals