Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Études allemandes

Herméneutique et traditions savantes

Heinz Wismann
p. 300-301

Texte intégral

Heinz Wismann, directeur d’études

Théories de la connaissance historique : comment penser l’histoire universelle ?

1Dans le prolongement des analyses consacrées à l’impact des philosophies gnostiques de l’histoire sur l’épistémologique, plus ou moins explicite, des sciences sociohistoriques, il s’agissait d’examiner les principaux modèles d’une histoire universelle qui ont été élaborés dans l’horizon de la pensée antique, moderne et contemporaine. Le but était non seulement de péhodiser les différentes approches, mais de parvenir à une typologie des options théoriques, susceptible d’éclairer les conflits d’interprétation qui nourrissent les débats actuels. De fait, à la demande des participants, nous sommes assez rapidement passés sur le modèle cyclique reproduisant l’onto-cosmologie antique et le modèle linéaire apparaissant avec l’histoire chrétienne du salut, dont la transposition dans les histoires rationalistes du progrès s’accompagne de la résurgence du modèle gnostique d’une histoire du déclin orientée vers la révolution salvatrice, pour approfondir le modèle criticiste d’une histoire ouverte, proposé par Kant et précisé tout au long du XIXe siècle par les recherches néokantiennes (le modèle messianique au sens strict, ainsi que ses reprises contemporaines, restant réservé au séminaire de l’année suivante). Or, comme les travaux les plus poussés ont vu le jour dans l’École de Heidelberg, fondée par Wilhelm Windelband (1848-1915), nous nous sommes concentrés sur l’œuvre de son dernier représentant, Heinrich Rickert (1863-1936). En partant de son essai sur « Les quatre modes de "l’universel" dans l’histoire » (paru en traduction française dans la Revue de synthèse historique, 2, 1901, p. 121-140), nous avons lu de près la troisième édition de Die Probleme der Geschichtsphilosophie, Heidelberg 1934 (trad. française Toulouse, 1998), qui développe la contribution aux Mélanges offerts à Kuno Fischer de 1904. Cela nous a permis de reconstruire le « système des valeurs » placé par Rickert, qui écarte successivement l’historiographie purement cumulative à la Ranke et les modèles évolutionnistes empruntés aux sciences de la nature (en particulier au darwinisme), au cœur de l’ensemble des réalisations historiques possibles. Étant donné que toute valeur réalisée prend la forme d’une « totalité inachevée », d’une « particularité achevée » ou encore d’une « totalité achevée », les réalisations historiques peuvent se ranger, conformément à la distinction kantienne entre raison théorique et raison pratique, dans deux ordres séparés. Dans l’ordre théorique, la totalité inachevée est représentée par les réalisations « logiques » de la science, la particularité achevée, par les réalisations esthétiques de l’art (les œuvres) et la totalité achevée, par les versions panthéistes de la religion. Dans l’ordre pratique, la totalité inachevée se réalise dans l’éducation des personnes (culture), la particularité achevée, dans l’union amoureuse des individus, et la totalité achevée, dans les religions monothéistes. Cette organisation du monde historique dérivant du système des valeurs est par principe ouverte et destinée à permettre une évaluation critique des réalisations de l’humanité au cours de son histoire. L’absence de clôture du processus ainsi mis en perspective est attestée par l’évaluation autocritique de la philosophie, qui trouve sa place à la jonction du second niveau de l’ordre théorique (art) et du second niveau de l’ordre pratique (amour). En tant qu’« amour de la connaissance » (philo-sophia), elle reste appelée à se dépasser, sur le mode de « l’enfantement », dans les œuvres qui se succèdent dans le temps.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Heinz Wismann, « Herméneutique et traditions savantes », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 300-301.

Référence électronique

Heinz Wismann, « Herméneutique et traditions savantes », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18700

Haut de page

Auteur

Heinz Wismann

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals