Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Études allemandes

État et sciences sociales

Morgane Labbé
p. 302

Texte intégral

Morgane Labbé, maîtresse de conférences

Administration, sciences de l’État et construction de la nation en Europe centrale (du XIXe siècle à la Seconde Guerre mondiale)

1À la suite des précédents séminaires, cet enseignement a poursuivi la recherche que je mène depuis plusieurs années, sur les liens entre construction des États nationaux, sciences de l’État et administration en Europe centrale et orientale. Il tente en particulier d’articuler les deux approches d’histoire des sciences et du politique, pour comprendre comment se mettent en place des administrations et des sciences destinées à composer un pouvoir sur les populations qui passe par des grandeurs et des catégories savantes objectivées. Cette année, deux directions ont été davantage travaillées. La première prolonge le travail mené sur les cartes et les statistiques des nationalités qui apparaissent au bénéfice des mouvements politiques autour de 1848. Le passage d’informations locales et hétérogènes, à leur mise en forme dans les généralités que sont des catégories nationales, d’un côté ; les premières réflexions démographiques, d’un autre côté, sont des changements qui se produisent longtemps dans des espaces séparés, qui conduisent seulement à la fin du XIXe siècle, à définir la nationalité comme fait de population. Le séminaire a aussi traité, dans une seconde direction, d’une question plus propre à l’histoire de l’administration, qui est l’émergence, dans les États allemands au XIXe siècle, de sciences et de curriculum destinés à former des administrateurs. Projet réformateur, puisqu’il supposait que ni le mérite, ni l’origine aristocratique ne suffisaient à former un bon administrateur, mais que ce savoir s’acquérait dans une formation théorisée et enseignée. Le projet de former les serviteurs de l’État par l’université, par une formation qui ne soit pas exclusivement juridique, mais qui passe par des savoirs comme la statistique ou l’économie politique, nourrissait de longues controverses et stimulait des projets concurrents entre modèle universitaire et école spécialisée. Le Bureau prussien de statistique proposa ainsi, pendant toute la seconde moitié du XIXe siècle, une formation à la statistique, modèle qui inspira des entreprises similaires à l’étranger. Par le biais de l’histoire de ce séminaire, nous pouvons ainsi saisir la statistique dans une ambition de gouvernement, qui est d’indexer des décisions et des interventions sur le nombre et la mesure.

Publications

  • « Le Séminaire de statistique du Bureau prussien de statistique (1862-1900). Former les administrateurs à la statistique », Journ@l électronique d’histoire des probabilités et de la statistique, 2, 2, décembre 2006, 29 p.
  • « Die Grenzen der deutschen Nation : Raum der Karte, Statistik, Erzählung », dans Die Grenze als Raum, Erfahrung und Konstruktion. Deutschland, Frankreich und Polen vom 17. bis 20. Jahrhundert, sous la dir. de E. François, J. Seifarth, B. Struck, Francfort, Campus Verlag, 2007, p. 293-319.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Morgane Labbé, « État et sciences sociales », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 302.

Référence électronique

Morgane Labbé, « État et sciences sociales », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18701

Haut de page

Auteur

Morgane Labbé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals