Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde ibérique

Histoire et anthropologie du monde hispanique

Wolfgang Kaiser, Jean-Frédéric Schaub, Bernard Vincent, Jordi Canal, Enric Porqueres i Gené et Jean-Paul Zuñiga
p. 304-306

Texte intégral

Wolfgang Kaiser, Jean-Frédéric Schaub, Bernard Vincent, directeurs d’études
Jordi Canal, Enric Porqueres i Gené, Jean-Paul Zuñiga, maîtres de conférences

1Le séminaire d’histoire et anthropologie du monde hispanique est un espace tant de recherche que de rencontre et d’information. Les activités ont été méthodologiques et thématiques.

2Des interventions de type méthodologique ont constitué le fil rouge de cette année. Nation, naturel, étranger, originaires sont autant de catégories passées en revue par les interventions d’Alain Hugon (les étrangers dans les révoltes du XVIIe siècle), Thomas Glesener, (la « nation flamande » dans l’armée espagnole du XVIIIe siècle) José Maria Imizcoz, (les élites sociales du Baztan [Navarre]), Igor Pérez Tostado (les Irlandais et la Monarchie hispanique) Ces discussions ont préparé l’une des dernières interventions de l’année, celle de l’anthropologue Carolyn Boyd (les manuels scolaires et l’« identité » nationale espagnole).

3Interventions thématiques.

4Histoire sociale. Réseaux et clientèles sont abordés par quatre intervenants. C’est le cas d’Antonio Urquizar (pratique du collectionnisme dans l’Espagne des Lumières) ou encore José Luis Betran, (clientèles politico-religieuses catalanes et canonisations). José Luis Villanova, montre le rôle des réseaux savants à travers l’étude des sociétés géographiques espagnoles. Les réseaux sont également la grille de Bernard Vincent dans son analyse de la sociabilité intellectuelle de Fernand Braudel en Espagne, telle qu’elle apparaît à travers le témoignage des archives de Simancas.

5Les thématiques juridiques (deux interventions). Elles mettent toutes l’accent sur la distance séparant la lettre de la loi de son utilisation sociale. Dario Barriera montre les mécanismes d’appropriation et de réinterprétation par les justiciables du Rio de la Plata au XVIIIe siècle, des normes et des règles juridiques. Alejandro Tortolero, grâce aux sources juridiques, fait une approche de la conflictualité, et de son architecture changeante, dans les campagnes du Mexique central, depuis le milieu du XVIIIe siècle jusqu’aux années 1920.

6La question du lien étroit unissant la question politique et la religion au sein de la monarchie catholique et du Brésil du milieu du XVIIIe siècle est le fil conducteur de trois interventions (Étienne Bourdeu, Guiomar de Grammont, Amparo Lopez Arandia), qui posent toutes la question de l’expression politique de la mission transcendante des monarchies ibériques.

7L’histoire économique (cinq interventions) : Sandrine Victor, à travers l’étude des sources comptables de la fabrique épiscopale de Gérone, redessine le monde du travail, notamment féminin, présent dans toutes les activités, y compris celles exigeant une grande force physique ; Juan Gelabert, analyse les rapports entre politique et guerre au tournant des XVIe et XVIIe siècles, et montre comment la notion de libre commerce peut devenir un outil de légitimation politique ; partant du constat de la faillite économique de la monarchie, Francisco Andujar analyse quant à lui la vénalité des charges comme une redéfinition des prérogatives royales ; enfin, Ronny Viales et Fernando Martinez, utilisent des sources de nature fiscale pour répondre à des questionnements plus larges. Ronny Viales, grâce à l’analyse des groupes admis au bénéfice de l’aide sociale, par l’Église puis l’État, en Amérique centrale du XVIe au XXe siècle, montre l’importance des critères culturels dans la définition de la pauvreté. Fernando Martinez montre l’étendue de l’impact du premier franquisme, qui touchait l’ensemble du corps social, grâce à l’étude de la documentation produite par les tribunaux chargés d’appliquer des peines pécuniaires aux opposants au régime franquiste.

8Trois interventions se situent au croisement de l’histoire et l’anthropologie. Armando Alberola a proposé les potentialités historiques du récit biographique comme révélateur de l’interaction entre un individu et son moment historique (Jorge Juan au XVIIIe siècle). Joan Prat a proposé une méthode anthropologique pour appréhender les différentes cristallisations historiques de l’individualité. Isabel Morant, reprenant ce rapport complexe entre individualité et norme sociale, a montré comment écrire une « autre » histoire du mariage à partir d’une grille d’analyse soucieuse des comportements normés, en fonction du genre notamment. Ce dernier thème a marqué la fin de nos travaux pour l’année 2006-2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Wolfgang Kaiser, Jean-Frédéric Schaub, Bernard Vincent, Jordi Canal, Enric Porqueres i Gené et Jean-Paul Zuñiga, « Histoire et anthropologie du monde hispanique », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 304-306.

Référence électronique

Wolfgang Kaiser, Jean-Frédéric Schaub, Bernard Vincent, Jordi Canal, Enric Porqueres i Gené et Jean-Paul Zuñiga, « Histoire et anthropologie du monde hispanique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18704

Haut de page

Auteurs

Wolfgang Kaiser

Articles du même auteur

Jean-Frédéric Schaub

Articles du même auteur

Bernard Vincent

Articles du même auteur

Jordi Canal

Articles du même auteur

Enric Porqueres i Gené

Articles du même auteur

Jean-Paul Zuñiga

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals