Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Histoire symbolique des sociétés européennes

Michel Pastoureau
p. 324-325

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Michel Pastoureau, directeur d’études suppléant

Le jeu d’échecs médiéval

1L’Europe n’a pas inventé le jeu d’échecs. Celui-ci est né dans le nord de l’Inde vers le VIe siècle de notre ère et s’est rapidement diffusé vers la Chine et vers l’Iran, avant de pénétrer dans les pays du Proche-Orient et du Bassin méditerranéen. Ce sont les Arabes qui l’ont transmis à l’Occident chrétien aux environs de l’an mille. Les occidentaux durent alors repenser presque entièrement le jeu, qui ne correspondait ni à leur conception de la société et des activités guerrières, ni à leurs systèmes de valeurs et leurs modes de sensibilité. Furent ainsi modifiés, au fil des décennies, la nature et la marche des pièces, leur hiérarchie sur l’échiquier, la couleur de chaque camp et le déroulement même de la partie. Dans le jeu d’échecs occidental, l’essentiel n’était pas alors de gagner mais de jouer, à l’image de la guerre féodale dont le but n’est pas de vaincre l’adversaire mais de le combattre.

2Le séminaire, régulièrement suivi par une cinquantaine d’étudiants et d’auditeurs, a surtout porté sur ces transformations du jeu en Europe occidentale du XIe au XIVe siècle. Sans négliger les aspects techniques et archéologiques, il a mis l’accent sur les enjeux sociaux et symboliques d’un jeu qui fut à la fois le reflet et le modèle de la société aristocratique du Moyen Âge central.

3Le directeur d’études a fait une trentaine de conférences dans plusieurs universités, musées, bibliothèques et institutions françaises ou étrangères. Il a siégé dans différents jurys (doctorats, habilitations, thèses de l’École des chartes, concours de recrutement au CNRS). Il a assuré son enseignement régulier à l’EPHE et à l’École des chartes, et donné différents cours au Muséum national d’histoire naturelle ainsi qu’à l’Université de Lausanne. Il a reçu le Grand Prix du livre médiéval pour son ouvrage L’ours. Histoire d’un roi déchu (Paris, Seuil, 2007).

Publications

  • Entretiens avec D. Simonnet, Le petit livre des couleurs, Paris, éditions du Panama, 2005, 108 p.
  • Les chevaliers de la Table Ronde, Annecy, Éditions du Gui, 2006, 296 p.
  • Armoriai des chevaliers de la Table Ronde, Paris, Le Léopard d’or, 2006, 236 p.
  • L’ours. Histoire d’un roi déchu, Paris, Seuil, 2007, 432 p.
  • « Le doigt dans la cire. Cent mille empreintes digitales médiévales », dans « La peau humaine », sous la dir. de A. Paravicini Bagliani, Micrologus. Natura, scienze e società medievali, XIII, t. I, 2005, p. 331-344.
  • « Le son du cor dans l’image médiévale (XIIe-XIVe s.) », dans Les représentations de la musique au Moyen Âge, sous la dir. de M. Clouzot et C. Laloue, Paris, Cité de la Musique, 2005, p. 85-102.
  • « Un éléphant énigmatique au XIIIe siècle », dans De la pierre au parchemin. Mélanges d’histoire savoyarde à la mémoire de Gérard Détraz, sous la dir. de L. Perilliat, Annecy, Académie salésienne, 2007, p. 11-21.
  • « Le nom mis en images : les armoiries parlantes (XIIe-XVIIe s.) », dans Lecture, représentations, citation. L’image comme texte, l’image comme signe (XIe-XVIIe s.), sous la dir. de C. Heck, Villeneuve d’Ascq, Université Charles-de-Gaulle – Lille-Mi, 2007, p. 69-115.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Pastoureau, « Histoire symbolique des sociétés européennes », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 324-325.

Référence électronique

Michel Pastoureau, « Histoire symbolique des sociétés européennes », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18726

Haut de page

Auteur

Michel Pastoureau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals