Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Pratiques spirituelles, régimes discursifs et rapports sociaux à l’époque moderne, XVIe-XVIIIe siècle

Pierre-Antoine Fabre
p. 331-333

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Pierre-Antoine Fabre, directeur d’études

1Pourquoi la fin du XVIe et le XVIIe siècle sont-ils le temps du développement singulier d’une littérature spirituelle, qui ne se confond ni avec le discours philosophique ni avec le discours théologique, ni avec les institutions religieuses, qui entretient un rapport particulier avec le modèle de la conversation et avec la circulation manuscrite, qui s’ouvre aussi bien sur la sphère des conduites privées que sur celle de l’action publique ? Comment réfléchir l’histoire de la spiritualité moderne dans le champ des sciences sociales, à partir de l’hypothèse que seule cette démarche peut rendre possible de saisir la singularité et de concevoir l’ensemble des mitoyennetés et des effets de cette littérature ?

2Les premières séances du séminaire ont été consacrées à l’ouverture d’une nouvelle enquête sur l’œuvre manuscrite et les dessins d’un jésuite napolitain, Giulio Mancinelli (1537-1618), sur lequel une première enquête a été menée immédiatement après sa mort dans la perspective d’un procès en béatification, puis abandonnée. Nous nous sommes interrogés sur les raisons de cet abandon, entre les années vingt et soixante du XVIIe siècle, avec deux principales hypothèses, l’une portant sur le paradoxal enchantement (par le filtre de visions, de grâces, de charmes mystiques incessants) d’une activité apostolique largement engagée dans la modernité de son temps, un paradoxe vivant au début du siècle puis qui devient opaque et, en quelque sorte, sombre du côté de la folie ; l’autre portant sur la fonction de l’illustration, commanditée par Mancinelli lui-même, de ses récits autobiographiques, qui confère à l’image, là aussi, un mystère quelques décennies plus tard dissipé. Vision et image, leur lien profond et leur solidarité historique précise, ont ainsi pu être redécouvertes, dans le prolongement de recherches précédentes sur la première culture visuelle de la Compagnie de Jésus dans la seconde moitié du XVIe siècle.

3Nous nous sommes ensuite interrogés (en collaboration avec Muriel Pic, attachée de recherche à l’École) à une recherche en trois temps sur l’écriture spirituelle entre l’époque moderne et l’époque contemporaine, d’abord par des textes, à partir des travaux de Muriel Pic sur les rapports de l’expérience religieuse et de l’expérience littéraire dans le premier XXe siècle (chez Paul Claudel et Pierre Jean Jouve en particulier), ensuite par l’approche, en compagnie de Georges Didi-Huberman, de la question de la survivance (à partir de son dernier livre, L’image ouverte), enfin, en compagnie du dramaturge Valere Novarina, par une réflexion sur la théâtralité et la citation comme lieux d’une référence religieuse, ou comme conducteurs d’une réflexion du religieux comme système de référence. Ces trois séances, dont la conception est largement redevable à l’engagement des recherches de Muriel Pic sur ces trois terrains, nous ont permis de poursuivre l’élaboration d’une compréhension de la mobilité du champ « spirituel » sur l’arc du temps, et, par voie de conséquence, de multiplier des points de vue critiques sur la notion de sécularisation, qui hante toute perspective de recherche sur la spiritualité « contemporaine ».

4Le séminaire a en outre bénéficié des contributions de Frédéric Cousinié (Institut national d’histoire de l’art), qui nous a présenté ses derniers travaux sur la méditation visuelle au XVIIe siècle, et de Sabina Pavone (Université de Bari), pour ses recherches sur la Compagnie de Jésus sous le généralat de Claudio Acquaviva (en particulier à partir de l’enquête De detrimentis, naguère désignée par Michel de Certeau comme un objet de recherche capital pour l’intelligence de la « crise de croissance » de l’institution jésuite dans les premières années du XVIIe siècle).

5J’ai enfin présenté au séminaire, qui avait été le lieu de leurs premières ébauches, les derniers résultats de mes travaux sur le Journal des motions intérieures d’Ignace de Loyola, publié en 2007.

Publications

  • Édition critique et commentaire du manuscrit autographe d’Ignace de Loyola, Journal des motions intérieures, Bruxelles, Lessius, 2007, 288 p.
  • Avec B. Vincent, Missions religieuses modernes. Notre lieu est le monde, Rome, École française de Rome (Collection de l’École Française de Rome, 376). 2007, 410 p.
  • Avec P. Gruson et M. Leclerc-Olive, Le sujet absolu, Grenoble, Jérôme Milton, 2007, 296 p.
  • « Présentation du peintre. Louis Marin et Philippe de Champaigne », dans Philippe de Champaigne, Lille, RMN, 2007, p. 65-67.
  • « Un désir antérieur. Les premiers jésuites des Philippines et leurs Indipetae (1580-1605) », dans Missions religieuses modernes..., op. cit.
  • « Une crise Institutionnelle : l’affaire Rodrigues dans la correspondance croisée des fondateurs de la Compagnie de Jésus », dans Missions religieuses modernes..., op. cit.
  • « Présentation », dans Missions religieuses modernes..., op. cit.
  • « L’Image possible. Réflexions sur le défaut d’Illustration dans les écrits prescriptifs et défensifs sur l’Image au XVIe siècle », Leuven, Emblemata sacra, 2007, p. 229-251.
  • « Le XVIIe siècle, champ de bataille historiographique », dans Le sujet absolu, op. cit.
  • « Espace mystique et espace politique : la décision ignatienne », ibid.
  • « Conclusions », dans Port-Royal et l’École française de spiritualité, Chroniques de Port-Royal, 2007, p. 149-157.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Antoine Fabre, « Pratiques spirituelles, régimes discursifs et rapports sociaux à l’époque moderne, XVIe-XVIIIe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 331-333.

Référence électronique

Pierre-Antoine Fabre, « Pratiques spirituelles, régimes discursifs et rapports sociaux à l’époque moderne, XVIe-XVIIIe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18731

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals