Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Modèles politiques et frontières culturelles dans l’Islam méditerranéen

Jocelyne Dakhlia
p. 343-344

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Jocelyne Dakhlia, directrice d’études

Genre et politique en Islam

1Le séminaire a été conçu selon deux axes, l’un historique et l’autre anthropologique et plus actuel, ouvert également à des approches sociologiques. Dans la première perspective, nous avons centré l’analyse sur la question des homosocialités et des homosexualités féminines. Diverses études récentes, en effet, ont été consacrées à la question de l’homoérotisme masculin dans le monde islamique et au grand tournant de la « naissance » de l’homosexuel à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, laissant dans l’ombre la question des liens homoérotiques entre femmes. De manière générale, le maintien de cet angle mort est expliqué, dans ces analyses, soit par la déficience des sources (problème non spécifique au monde islamique), soit par le postulat d’évidence d’une symétrie entre les homoérotismes masculin et féminin. Un autre argument, plus rare, est celui du caractère particulièrement subversif de cette question et de ses possibles retombées répressives (mais la question des amours entre femmes fait Irruption à l’heure actuelle dans le cham littéraire du monde arabe, y compris en Arabie Saoudite).

2La moitié des séances du séminaire, notamment au premier semestre, ont donc été consacrées à la question des sources documentaires concernant les amours entre femmes dans l’histoire islamique. Il apparaît schématiquement que les sources arabes documentent de manière moins laconique qu’on aurait pu le supposer cette question si sensible, tout au moins pour les périodes médiévales. Ces sources sont fréquemment médicales et elles interprètent alors le lesbianisme comme une forme de dérèglement assimilable à l’onanisme. Mais la question est aussi traitée sur un mode plus ludique, sinon permissif, dans la littérature de divertissement de l’adab, et notamment dans Les délices des cœurs de Tifachi. Contrairement au traitement qu’elles réservent aux hommes, dans leurs rapports homoérotiques, ces sources arabes médiévales tendent à envisager les lesbiennes comme une catégorie à part, la tentation du sihâq n’étant jamais décrite comme une tentation au fond naturelle à toute femme et passablement excusable (à la différence des attirances homoérotiques entre hommes ou pour des éphèbes).

3Cette perspective est radicalement différente de celle que commencent à mettre en œuvre les sources européennes de l’époque moderne, lesquelles brodent à l’envi sur le thème du lesbianisme au harem. Ce motif connaît un développement considérable dans ce moment, soit de manière explicite soit sur un mode plus allusif, et il a pour argument la nécessaire frustration sexuelle des femmes dans l’enceinte du harem. Cette frustration est tantôt expliquée par la polygamie, tantôt par les penchants des hommes pour d’autres hommes et tantôt par le fait de la réclusion lui-même. Une profonde disqualification virile des hommes de l’Islam se fait jour dans ce moment, dans la littérature européenne sur l’Orient, et il apparaît que la pensée réformiste islamique du tournant du XIXe siècle et du XXe siècle reprend bon nombre de ces arguments. Certains de ses penseurs formalisent notamment le lien entre réclusion des femmes et homosexualités masculines.

4Le second axe du séminaire a été consacré à la question du genre de l’ethnologue, du genre dans l’enquête, et à la question des affects dans l’enquête proprement dite. Tant à partir d’ouvrages ethnologiques (et notamment le livre de Lila Abu Lughod, Veiled sentiments) que d’analyses de terrains effectués par des doctorants, nous nous sommes interrogés sur la manière dont le genre de l’enquêteur infléchit l’enquête et sur la fiction d’une neutralité affective ou érotique dans le processus de l’enquête lui-même (dans le monde arabe). Une autre partie de cette réflexion a été plus spécialement consacrée aux enquêtes sur le voile féminin, notamment à partir du livre de Hinde Taarji, Les voilées de l’islam, 1991 (sur lequel est revenu son auteure dans le cadre du séminaire) et à la question de l’émergence d’un « féminisme islamique », féminisme sous le voile en quelque sorte.

Publications

  • « Ligne de fuite. Impostures et reconstructions identitaires en Méditerranée musulmane à l’époque moderne », dans Gens de passage en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne. Procédures de contrôle et d’identifications, sous la dir. de W. Kaiser et C. Moatti, Paris, Maisonneuve & Larose-MMSH (« L’atelier méditerranéen »), 2007, p. 427-458.
  • « Harem : ce que les femmes, recluses, font entre elles », Clio, Histoire, femmes et sociétés, 26, 2007, p. 61-87.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jocelyne Dakhlia, « Modèles politiques et frontières culturelles dans l’Islam méditerranéen », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 343-344.

Référence électronique

Jocelyne Dakhlia, « Modèles politiques et frontières culturelles dans l’Islam méditerranéen », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18740

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals