Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Archéologie et orientalisme : lieux communs

François Lissarrague et François Pouillon
p. 346-347

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

François Lissarrague et François Pouillon, directeurs d’études

1Suivant le caractère exploratoire que l’on a voulu donner à ce séminaire, on a poursuivi cette année l’interrogation sur les jeux réciproques qui traversent les disciplines de l’orientalisme et de l’archéologie, ou qui, plus largement, font interférer Antiquité et Orient en miroirs réciproques.

2Un premier axe de notre enquête concerne le domaine de la peinture et l’histoire des représentations. D’emblée, nous avions pris pour cible Jean-Léon Gérôme. Nous sommes remontés cette année jusqu’à Ingres, et pas seulement pour se plonger dans le Bain turc, à l’occasion de l’exposition sur « Ingres et l’Antique », tenue à Arles et Montauban. L’examen des procédures d’accumulation documentaire, de redistribution des éléments iconographiques, de construction d’un imaginaire archéologique très hétéroclite, ouvre de riches perspectives à cette recherche. À l’autre bout du siècle, nous nous sommes arrêtés sur l’œuvre d’Alma-Tadema et sa recherche d’une Antiquité intimiste, dans un espace toujours fragmenté, où jeux de citations et changements d’échelle travaillent une Antiquité lascive et oisive qui s’orientalise via l’Égypte, mais une Égypte romaine. Enfin nous avons tenté de sauver Leconte du Noüy, dont le dossier a été enrichi grâce à une exposition, « From Homer to the Harem », au Dahesh Museum de New York : celui qui fut l’un des plus brillants disciples de Gérôme rebat et pousse à la limite la thématique construite par ses prédécesseurs, en oubliant au passage la dimension documentaire de sa quête. Retour aux fondamentaux, grâce à Shaw Smith (Davidson College, Caroline du Nord) reprenant pour nous à rebours le dossier Delacroix qui, pour rester le plus fascinant des explorateurs de l’Orient, demeure pour bonne part un classique à la recherche éperdue d’une nouvelle Athènes.

3Du côté des savants, après avoir fait, grâce à Ève Gran-Aymerich (Institut de France), un retour sur l’interférence entre recherches archéologiques et « politique orientale » de la France au XIXe siècle, plusieurs figures ont fait l’objet de présentations analytiques : Franz Cumont, l’inventeur des religions orientales dans l’Empire romain par Corinne Bonnet (Université Toulouse-II), qui a assuré l’édition de sa correspondance ; Émile Masqueray, dont l’œuvre majeure sur le système social de l’Algérie se place à la croisée de l’ethnographie kabyle et du modèle fustélien de la cité antique, par Claude Lefébure (CNRS) ; Henri Lhote, fameux découvreur des fresques du Tassili, par Monique Vérité (BNF) qui prépare une monographie sur cet auteur ambigu.

4Grâce à Éloi Ficquet, nous avons évoqué la politique de l’archéologie versant sud à travers les questions de la restitution par l’Italie de l’obélisque d’Axoum, jadis transporté en pièces d’Éthiopie à Rome. Last but not least, Clémentine Gutron (doctorante) a analysé les usages conjoints que Flaubert fit en amateur de l’érudition archéologique et d’un voyage en Tunisie pour l’élaboration de son légendaire Salammbô.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Lissarrague et François Pouillon, « Archéologie et orientalisme : lieux communs », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 346-347.

Référence électronique

François Lissarrague et François Pouillon, « Archéologie et orientalisme : lieux communs », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 17 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18742

Haut de page

Auteurs

François Lissarrague

Articles du même auteur

François Pouillon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals