Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Figures du pouvoir, rapports de parenté et sexualité

Maurice Godelier
p. 355

Texte intégral

Maurice Godelier, directeur d’études

Mythes et rites associés à l’exercice du pouvoir

1Le séminaire a été consacré à l’exploration de l’hypothèse qui avait servi de fil conducteur en 2005-2006, à savoir que les rapports sociaux, qui ont la capacité de rassembler un certain nombre de groupes humains et d’individus en un tout qui forme une société, sont ce qu’en Occident on appelle des rapports politico-religieux. À partir d’un certain nombre d’exemples de sociétés mélanésiennes, polynésiennes et de documents relevant de l’histoire antique de la Chine et de l’Égypte il est apparu qu’à chaque fois ce sont des rapports de ce type qui avaient permis la naissance et le maintien, pour un certain temps, de ces sociétés. Il nous fallait préciser ce qui, au sein des rapports politique et religieux, pouvait faire naître ces ensembles sociaux. La réponse fut à chaque fois que des groupes humains instituaient une forme ou une autre de souveraineté sur un territoire, ses ressources et éventuellement les groupes humains qui l’occupaient déjà.

2S’il était relativement facile de démontrer que ce n’étaient pas des rapports de parenté, et encore moins des formes de famille, qui avaient capacité d’unir des individus et des groupes en une société, la question se posait autrement lorsqu’on abordait le rôle des rapports et des activités économiques dans la fabrication des sociétés. Il semble assez évident que ces rapports et ces activités jouent un rôle de plus en plus important dans l’établissement et le maintien d’une société lorsque celle-ci est organisée selon une hiérarchie de castes, d’ordres ou de classes. Mais là encore ce n’est pas l’économie qui explique ces divisions, c’est l’existence de ces divisions qui structurent les rapports économiques. L’exemple de l’Inde des castes précoloniale en apportait la preuve.

3Le séminaire a ouvert un chantier sur l’importance des rites dans l’établissement du pouvoir politique et religieux. Bien entendu la vision confucéenne de l’importance des rites dans la bonne marche de la société chinoise antique et du respect dû à l’État en fut la première illustration.

Publication

  • « Qu’est-ce qui fait une société ? », Sciences humaines, Grands Dossiers, n° 5, « L’origine des religions », p. 66-70.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurice Godelier, « Figures du pouvoir, rapports de parenté et sexualité », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 355.

Référence électronique

Maurice Godelier, « Figures du pouvoir, rapports de parenté et sexualité », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18748

Haut de page

Auteur

Maurice Godelier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals