Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie politique et morale

Didier Fassin, Jonathan Friedman et Jackie Assayag
p. 367-370

Texte intégral

Didier Fassin, directeur d’études

Les nouvelles frontières des sociétés contemporaines

1Dans le cadre d’une anthropologie politique et morale définie au cours des années précédentes, le séminaire a porté plus particulièrement cette année sur les nouvelles formes de problématisation des rapports entre altérité et inégalité dans les sociétés contemporaines. La question de la frontière, en tant que limite extérieure de la communauté et du territoire de la nation – ou d’ensembles plus vastes, notamment européen –, et en tant que ligne interne à la société -avec l’introduction d’une question raciale au sein de la question sociale –, a servi de fil conducteur à l’analyse. Les travaux empiriques exposés concernaient donc, dans une perspective internationale associant histoire, sociologie et anthropologie, aussi bien les nouvelles politiques de l’immigration et de l’asile que les nouveaux enjeux autour des minorités.

2Après une séance introductive problématisant la notion de frontière dans une perspective à la fois linguistique et ethnographique (« Topographie morale de la frontière »), deux séances ont été consacrées à la question du déni de reconnaissance de ces frontières, d’abord de façon théorique en discutant ces deux termes à la lumière de l’analyse freudienne (« Psychologie politique de la dénégation »), ensuite à travers l’exemple de la première enquête nationale sur les discriminations (« Ce que ne pas nommer veut dire »). Plusieurs invités ont apporté des éclairages complémentaires sur les frontières. Éric Fassin, professeur agrégé à l’École normale supérieure, a discuté les relations entre frontières sexuelles et raciales, en France et aux États-Unis. Pap Ndiaye, maître de conférences à l’EHESS, a présenté ses travaux récents sur la ligne de couleur dans le contexte français. Andrea Rea, professeur à l’Université libre de Bruxelles, a montré comment au niveau européen les politiques de l’immigration transformaient les figures de l’altérité. Hugues Lagrange, directeur de recherche au CNRS, a fait état de ses enquêtes sur la racialisation de la ségrégation dans les quartiers pauvres. Françoise Vergès, professeur au Goldsmiths College de Londres, a mis en perspective les débats contemporains avec la question coloniale et sa relecture post-coloniale. Wiktor Stoczkowski a développé une analyse sur les avatars de la race et du racisme dans les sciences sociales et dans le sens commun. Une séance conclusive, présentée avec Sarah Mazouz, doctorante, a permis de montrer comment frontières internes et externes se faisaient écho dans la mise en place de rituels de naturalisation consacrant l’entrée des étrangers dans la nation.

3En marge de ce séminaire, un cycle de journées a été réalisé dans le cadre du programme « Frontières » de l’Agence nationale de la recherche, coordonné par Didier Fassin : « La société française en représentation », « Passé colonial, présent postcolonial » (avec Éric Fassin) et « L’État et les frontières » (avec Alexis Spire). Par ailleurs, diverses contributions autour de ce thème ont été présentées, notamment : « Racial policing », à la Conférence de l’American Anthropological Association à San José ; conférence à l’Université Columbia ; séminaire à l’Université Johns Hopkins ; exposé à l’Académie des sciences de Moscou. Dans une perspective plus large de l’anthropologie politique et morale, diverses invitations ont donné lieu à des présentations à l’Université libre de Bruxelles, à l’Université de Harvard, à l’Institut français de l’Université de New York.

Publications

  • Avec R. Rechtman, L’empire du traumatisme. Enquête sur la condition de victime, Paris, Flammarion (« La bibliothèque des savoirs »), 2007, 452 p.
  • « Un ethos compassionevole. La sofferenza corne linguaggio, l’ascolto como politica », Antropologia, n° sp. « Sofferenza sociale », 6, 8, 2006, p. 93-111.
  • « Gobernar por los cuerpos. Políticas de reconocimiento hacia los pobres e inmigrantes », Educação, n° sp. « Políticas e Prácticas de Educação », 28, 2, 2006, p. 201-226.
  • « Conflitos de outono de 2005 na França », Tempo Social, n° sp. « Sociologia da Desigualdade », 18, 2, 2006, p. 185-196.
  • « "Ce qui s’est vraiment passé", l’expérience du musée de l’apartheid », Gradhiva. Revue d’anthropologie et de muséologie, n° sp. Sismographie des terreurs, 5, 2007, p. 53-62.
  • « La force de l’événement. Réflexions sur les émeutes de l’automne 2005 en France », Geste, dossier sp. « Témoigner », 3, 2006, p. 104-109.
  • « La biopolitique n’est pas la politique de la vie », Sociologie et sociétés, n° sp. « Michel Foucault et la sociologie », 38, 2, 2007, 32-47, p. 35-48.
  • « Compassion and repression. The moral economy of immigration policies in France », dans The Anthropology of globalization. A reader, sous la dir. de J. X. Inda et R. Rosaldo, Maiden, Blachwell, 2007, p. 212-234.
  • « Humanitarianism. A non governmental government », dans Nongovernmental politics, sous la dir. de M. Feher, New York, Zone Books, 2007, p. 147-160.
  • « The politics of life. Beyond the anthropology of health », dans Medical anthropology. Regional perspectives and shared concerns, sous la dir. de F. Saillant et S. Genest, Maiden, Blackwell, 2007, p. 251-266.
  • Avec E. d’Halluin, « Criticai evidence. The politics of trauma in French asylum poli-cíes », Ethos, 35, 3, 2007, p. 300-329.
  • « Humanitarianism as politics of life », Public Culture, 19,3, 2007.
  • « Minima ethica », préface à V. Ridde, Équité et mise en œuvre des politiques de santé au Burkina Faso, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 15-18.
  • « Entre ideología y pragmatisme Ambigüedades y contradicciones de la participacíon comunitaria en salud » et « Más allá de los mitos. La participación política de las mujeres de sectores populares en Ecuador », dans Participación social. Para que ?, sous la dir. de E. Menéndez et H. Spinelli, Buenos Aires, Lugar Editorial, 2007, p. 117-143 et p. 165-180.

Didier Fassin et Jonathan Friedman, directeurs d’études,
Jackie Assayag, directeur de recherche au CNRS

Ordres et désordres du monde : enquête, échelle, critique

4Ce séminaire questionne les événements et les contextes historiques, les modes d’action et de réaction des individus et des collectifs, qui participent de la production des formes d’ordre et de désordre dans les sociétés contemporaines, et de la construction d’une pluralité de mondes sociaux, politiques et moraux. À travers l’analyse des rapports qu’entretiennent le local, le régional et le mondial, et sur la base d’études de cas dont l’échelle d’appréhension est à chaque fois définie, nous nous sommes interrogés sur des situations empiriques : crises et résolution de crises, violences et processus de réconciliation, conflits et interventions militaires, camps et action humanitaire, états d’exception et zones de non-droit, etc. mais également sur les modèles interprétatifs qui sont mobilisés pour rendre compte de ces questions, en termes moraux, politiques, psychologiques, à travers des notions comme celles de souffrance, de traumatisme, de complot. Autour de chaque situation, nous avons examiné à la fois les conditions de leur émergence et les catégories descriptives et analytiques à travers lesquelles les saisissent les acteurs, les experts et les spécialistes de sciences sociales. S’appuyant sur l’anthropologie, ce séminaire laisse une large place à la rencontre et à la discussion interdisciplinaires.

5Dans cette perspective, Jonathan Friedman a présenté, d’une part, une analyse des questions d’échelle et de temps dans l’appréhension des phénomènes globaux, et d’autre part, une discussion sur le rôle des ethnologues dans les processus d’autochtonisation et de cosmopolitisation. Puis, Jackie Assayag a proposé une relecture critique des études postcoloniales et de leur contribution à la redéfinition des objets et des méthodes des sciences sociales et, par ailleurs, une enquête sur les musées du monde consacrés à la mémoire des violences extrêmes. Enfin, Didier Fassin a présenté ses recherches sur les politiques internationales du traumatisme comme langage renouvelé de la violence et, plus tard dans l’année, une étude du style paranoïde en politique sur la base de ses travaux en Afrique du Sud autour de l’épidémie de sida.

6Plusieurs invités ont enrichi les questionnements abordés dans le séminaire. Nicolas Jaoul, post-doctorant à l’INaLCO, a abordé la genèse de la discrimination positive en faveur des intouchables en Inde. Christian Ingrao, chargé de recherche au CNRS, a repris sa recherche sur les chasseurs noirs pour ouvrir une discussion entre histoire et anthropologie autour des violences nazies. Tzvetan Todorov, directeur de recherche au CNRS, est revenu sur la biographie de Germaine Tillon pour s’interroger sur les conditions de production d’un savoir ethnologique mais aussi d’une existence vécue des camps nazis à la guerre d’Algérie. Mariella Pandolfi, professeur à l’Université de Montréal, a évoqué son expérience de l’intervention militaire et humanitaire au Kosovo. Enfin, Boris Petric, chargé de recherche au CNRS, a livré une ethnographie du Kirghizstan pensé comme espace politique mondialisé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Fassin, Jonathan Friedman et Jackie Assayag, « Anthropologie politique et morale », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 367-370.

Référence électronique

Didier Fassin, Jonathan Friedman et Jackie Assayag, « Anthropologie politique et morale », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18757

Haut de page

Auteurs

Didier Fassin

Articles du même auteur

Jonathan Friedman

Articles du même auteur

Jackie Assayag

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals