Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Images du religieux en Afrique

Jean-Claude Penrad
p. 373-374

Texte intégral

Jean-Claude Penrad, maître de conférences

Anthropologie visuelle des pèlerinages.

1Lorganisation du séminaire s’est faite à partir de trois approches permet- tant aussi bien le développement des thématiques proposées par Jean-Claude Penrad, des échanges avec des invités, que des exposés critiques d’étudiants.

2Un travail comparatif autour des pèlerinages nous a conduit sur plusieurs continents pour considérer à la fois le phénomène lui-même, dans sa diversité culturelle, symbolique et religieuse, mais aussi différentes approches filmiques renvoyant elles aussi aux paramètres temporels, culturels, politiques et idéologiques qui précontraignent inévitablement les auteurs. Ainsi dès 1934, Basil Wright, cinéaste de la GPO Film Unit, héritière de la Imperial Marketing Board Film Unit, créée par John Grierson en 1926, documente un pèlerinage bouddhiste à Ceylan, dans un essai filmique dont le thème essentiel est la nécessité du progrès en harmonie et dans le respect des traditions. Ce film est aussi un travail expérimental sur la bande-son, un essai d’écriture audiovisuelle créative. L’œuvre de Robert Gardner, documentaliste américain, directeur du Film Study Center de l’Université de Harvard de 1957 à 1997, et notamment le film Sons of Shiva qu’il a réalisé avec Akos Östör en 1985, mériterait qu’on s’y attarde. Ceci afin de relever en quoi le documentaire recourt aux procédés fictionnels, aux libertés du montage cinématographique pour créer une ambiance esthétique et un climat émotionnel, au risque de produire sur des matériaux visuels issus du réel une image exotique, certes estimable, mais pouvant poser un problème de compréhension anthropologique des phénomènes religieux relatés. Ainsi, l’intervention dans le montage de musiciens itinérants bauls participe effectivement à la construction d’un rythme filmique, mais, à côté d’une temporalité problématique, elle ne nous introduit pas à une compréhension évidente de leur présence en ces jours de vénération du dieu Shiva. À l’opposé, le film de Tanvir Mokammel, The Unknown Bard (1996), dédié à Fakir Lâlan Shah, mystique et poète bengali décédé en 1890, nous donne les clefs pour comprendre la position des Baul, entre islam, hindouisme et bouddhisme, et leur présence lors des pèlerinages, notamment près des tombeaux de saints.

3D’autres horizons, ceux de pèlerinages chrétiens, nous ont autorisés à reproduire des contrepoints semblables. La Taranta (1962) du cinéaste Gian Franco Mingozzi, résultat d’une collaboration entre un historien des religions, Ernesto de Martino, un poète, Salvatore Quasimodo et un cameraman, Ugo Piccone, navigue entre documentaire et œuvre filmique, au sens d’œuvre littéraire. Au Portugal, des rushes tournés par Jean-Claude Penrad lors de la fête de Saint Antoine, à Lisbonne, et le film Senhora Aparecida (1994) de Catarina Alves Costa nous ont permis d’analyser des choix de tournage et une réalisation qui s’emploient à décrire des processus processionnels, et de présenter des interactions, des dynamiques conflictuelles affectant un rituel. Caterina Pasqualino (CNRS-LAIOS) est venue présenter son film El traslado del Rocio ; racconto di un cammino (1992) traitant d’un pèlerinage andalou. La temporalité rituelle laisse ici la place à une démonstration anthropologique concernant le rapport entre fête et violence.

4Enfin, nous avons repris le motif des cérémonies chi’ites de ’ashura, celles du martyr de l’Imam Hussein, déjà évoquées l’an passé. Celles-ci nous ont permis d’élargir la notion de pèlerinage en considérant son accomplissement mental pour nombre de croyants qui reproduisent, là où ils sont, les références du pèlerinage à la tombe de Kerbala. La grande variété de points de vue offerts par des cinéastes documentaristes comme Jean Baronnet (Iran) et Katia Jarjoura (Iraq), ou plasticiens comme Jalal Toufic (Liban), par une anthropologue norvégienne, Ingvild Flaskerund (Iran), ou des étudiants de l’EHESS, comme Makeda Ketcham (Afghanistan) et Michel Tabet (Liban), voire même Mustapha Akad dans son film épique Le Messager, notamment dans la dernière scène de son film sur le retour du Prophète Muhammad à La Mekke, a abondamment nourri nos réflexions sur le thème du pèlerinage et sur la multipolarité des relations visuelles d’un phénomène socioreligieux.

5Le séminaire a également accueilli les conférences de deux invitées de l’EHESS. Joana Pereira Leite a présenté ses recherches en cours sur l’administration belge face aux « asiatiques » dans la région des Grands Lacs, de la période de l’occupation, jusqu’aux années 1930. De son côté, Niveolisoa Ratsiorimihamina-Galibert (Université d’Antsiranana, Madagascar), dans sa conférence intitulée « La pierre vierge de tout ciseau : Nicolas Mayeur (1747-1813), voyageur interprète et les pratiques dévotionnelles malgaches », a traité des « insuffisances » d’un récit de voyage du XVIIIe siècle quant à la relation de pratiques religieuses « exotiques » et au rendu du rapport entre fête et violence lors d’une « altérité conceptuelle ».

6Les deux séances dédiées aux travaux d’étudiants nous ont permis de débattre avec Bujan Anquetil, Julia Binter, Najva Esfahani et Morgane Govoreanu.

7Par ailleurs les travaux réalisés dans le séminaire, ces dernières années, ont fortement nourri un enseignement de master sur l’anthropologie visuelle du religieux et sur les sociétés musulmanes de l’est africain et de l’océan Indien occidental, donné à l’Université de la Réunion, ainsi qu’à organiser une demi-journée sur l’islam, voir même Mustapha Akad dans son film épique Le Messager, dans le cadre du 3e festival d’anthropologie visuelle de Moscou, en octobre 2006.

Publications

  • « Transculturalité dans les sociétés musulmanes de l’océan Indien occidental », dans Regards sur l’Afrique et l’océan Indien. Actes du colloque international (26-28 mai 2003), Saint-Denis de La Réunion..., sous la dir. de S. Fuma, Paris/Saint-Denis, SEDES/Université de La Réunion, 2005, p. 201-215.
  • « La Shâdhiliyya-Yashrûtiyya en Afrique orientale et dans l’océan Indien occidental », dans Une voie soufie dans le monde : La Shâdhiliyya. sous la dir. de É. Geoffroy, Paris, Maisonneuve et Larose/Espace du Temps Présent/Éditions Aïni Bennaï, 2005, p. 379-398.
  • « Usage d’internet et sociétés plurielles dans le monde swahili », Revue historique de l’océan Indien 2, Saint-Denis de La Réunion : Association historique internationale de l’océan Indien (AHIOI), 2006 : 266-276 (« Sciences, techniques et technologies dans l’océan Indien, (XVIIe-XXIe siècle) »).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Penrad, « Images du religieux en Afrique », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 373-374.

Référence électronique

Jean-Claude Penrad, « Images du religieux en Afrique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18759

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Penrad

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals