Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Écologie symbolique

Philippe Descola
p. 377-378

Texte intégral

Philippe Descola, directeur d’études

1. Corps et âmes (avec Alexandre Surrallés, chargé de recherche au CNRS)

2. Recherches récentes en ethnologie sud amérindienne

1L’anthropologie s’est beaucoup intéressée aux théories locales définissant les composantes matérielles et immatérielles de la personne, mais elle s’est moins penchée sur la manière dont ces composantes sont réputées se lier les unes aux autres de façon à produire le sentiment universel d’une appréhension homogène de soi. C’est ce processus de couplage qui fut l’objet de la première partie du séminaire. Nous nous sommes d’abord penchés sur le fait même de la dissociation, semble-t-il perçue par tous, entre corps et intentionnalités (pour reprendre le vocabulaire de Husserl) en discutant les travaux de psychologie du développement (Elizaebth Spelke, Susan Carey, Paul Bloom, Henry M. Wellman) qui montrent que les humains perçoivent le monde, dès les premières heures suivant la naissance, comme une combinaison de processus physiques et d’états mentaux, chacun de ces domaines correspondant à des expectatives clairement différenciées. Ces aptitudes cognitives autorisent une gamme de contrastes ontologiques indexés sur les qualités imputées aux existants, donc des théories diversifiées de la personne humaine et non humaine dont les variantes ont été précisées : identification à un prototype, généralisation des états subjectifs, renvoi à des propriétés physiques communes, fragmentation et délocalisation des composantes de l’individu, etc. Une vaste enquête a ensuite permis de faire ressortir que la plupart des cultures en dehors de l’Occident moderne ne séparent pas facultés cognitives d’un côté, émotions et sensations de l’autre, un état de fait dont les théories de l’embodiment peinent à rendre compte, en raison de la conception abstraite qu’elles se font du corps sensible comme réceptacle de dispositions somatisées. L’enquête s’est conclue par une analyse des difficultés rencontrées par l’anthropologie missionnaire pour conceptualiser l’âme et le corps dans les sociétés amérindiennes à travers l’examen des dictionnaires de l’époque coloniale des langues du Mexique et des Andes.

2Une série d’exposés a ensuite permis d’éclairer tel ou tel aspect particulier de la question par la considération de matériaux ethnographiques et historiques : les relations entre corps, âme et esprit à Madagascar (Maurice Bloch), le traitement du corps dans le sacrifice aztèque (Laura Rival), le rapport entre images de la personne et ancestralité en Afrique de l’Ouest (Michèle Coquet), l’incorporation des composantes de la personne chez les Wodani d’Irian Jaya (Stéphane Breton), les images de l’âme et du corps dans l’Europe du XVIIe siècle (Giovanni Carreri), le couplage de l’âme et du corps dans l’Antiquité (Frédérique lldefonse), et l’interaction entre le spirituel et le corporel dans l’Occident médiéval (Jérôme Baschet).

3Le second semestre a été consacré à des discussions de travaux ethnologiques sur l’Amérique du Sud qui s’attachaient à la question des rapports interethniques et à leur incidence sur les conceptions de la personne. Furent ainsi abordés : les relations entre Wayana et Aluku en Guyane (Francis Dupuy), l’ethnogenèse des Xeberos du Pérou (Ronan Julou), les mouvements de populations préhistoriques en Amazonie (Stephen Rostain), le rapport aux esprits chez les Quichuas du Pastaza (Andrea-Luz Choquevilca), la conversion au christianisme chez les Palikur du Brésil (Artionka Capiberibe), l’expérience onirique chez les Zaparas d’Equateur (Anne-Gaëlle Bilhaut), la cosmologie des Takana de Bolivie (Mickael Brohan), et la colonisation du langage par les missionnaires chez les Mayas yucatèques (William Hanks).

Publications

  • Avec B. Latour et P. Gagliardi, F. Jullien, G. Kepel et al., dir, Les atmosphères de la politique : dialogue pour un monde commun, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond, 2006, 347 p.
  • « Les frontières de l’humanité », dans Croyance, raison et déraison, sous la dir. de G. Fusman, Paris, Collège de France et Odile Jacob, 2006, p. 15-25.
  • « Beyond nature and culture », The Radcliffe-Brown lecture In social anthropology for 2005, Proceedings of the British Academy 139, 2006, p. 137-155.
  • « La fabrique des images », Anthropologie et sociétés, 30, 3, 2006, p. 167-182.
  • « Les coulisses de la nature », postface à Gouverner la nature, sous la dir. de V. Hirtzel et A. Selmi, Paris, Éditions de L’Herne (« Cahiers d’anthropologie sociale, 3 »), 2007, p. 123-127.
  • « À propos de Par-delà nature et culture », Tracés, 12, 1, 2007, p. 231 -252.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Descola, « Écologie symbolique », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 377-378.

Référence électronique

Philippe Descola, « Écologie symbolique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18761

Haut de page

Auteur

Philippe Descola

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals