Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie et historicité

Jean-Loup Amselle
p. 387-388

Texte intégral

Jean-Loup Amselle, directeur d’études

Paradigmes alternatifs et modes de pensée autonomes dans les sciences sociales

1Le séminaire de cette année, qui prend la suite de ceux des années précédentes consacrés aux études postcoloniales et subalternistes, a porté sur toutes les formes de pensée et les sites de production intellectuelle alternative à l’exclusion de ce que l’on nomme les « savoirs indigènes », élaborations produites par des journalistes et destinées à un public occidental friand de formules d’accomplissement individuel.

2Christopher Miller (Université de Yale) est ainsi revenu sur les racines intellectuelles du postmodernisme et du postcolonialisme en se livrant à une critique serrée de « Mille Plateaux », l’ouvrage de G. Deleuze et F. Guattari, critique consistant à montrer que le « nomadisme » de ces auteurs puisait à l’anthropologie la plus datée et la plus archaïque, y compris dans ses composantes coloniales. Cet inventaire critique s’est poursuivi avec Giovanni Leghissa (Université d’Udine) qui s’est attaché à décrire le panorama des « British cultural studies », et en particulier de sa figure tutélaire Stuart Hall dont les œuvres commencent à être traduites en français.

3C’est l’approche des philosophies non occidentales qui a constitué le cœur de ce séminaire avec l’exposé d’Aymon Krail sur la philosophie islamique, celui de Séverine Kodjo-Grandvaux (Université de Rouen) sur la philosophie africaine et celui de Joël Thoraval sur la philosophie chinoise. Dans chaque cas, il s’est agi d’examiner les conditions de possibilité d’existence de ces philosophies, donc la projection de la catégorie « philosophie » sur des pensées autres, et ainsi, en retour, à interroger la catégorie de philosophie elle-même, autrement dit à la questionner en l’historicisant.

4Cet inventaire s’est poursuivi avec notre propre recherche sur le postcolonialisme latino-américain, lequel inclut comme composante essentielle, voire ultime, l’existence de philosophies amérindiennes. C’est dans le cadre de la mission que nous avons effectuée en Bolivie en mars 2007 que nous avons été à même d’observer la façon dont l’indigénisme et l’indianisme redonnaient de la vigueur à l’existence d’une « philosophie aymara » dont l’affirmation s’inscrit parfaitement dans le cadre de la « démocratie raciale » désormais en vigueur dans ce pays.

5Enfin, nous nous sommes demandé si Antonio Gramsci, qui est revendiqué par les auteurs postcoloniaux comme leur inspirateur, était bien lui-même, en tant que natif d’une province dominée de l’Italie, un sujet véritablement « postcolonial » ou si sa récupération par le postmodernisme et les « cultural studies » américaines ne procédait pas d’une culturalisation de sa pensée, culturalisation dont on peut observer les signes chez les subalternistes indiens. Cet examen de la pensée de Gramsci s’est poursuivi avec l’exposé de Giovanna Trento sur l’œuvre de Pasolini, en tant que cet écrivain, poète et cinéaste italien s’inscrit, lui aussi dans cette mouvance primitiviste qui, bien que prenant appui sur la pensée de Gramsci, représente néanmoins une inflexion par rapport à sa pensée.

6De façon générale, nous nous sommes Interrogés au cours de ce séminaire sur la question de savoir si la notion de « fragment » avait une quelconque réalité dans les sociétés contemporaines ou si elle ne correspondait pas essentiellement à un affaiblissement de la pensée et au renoncement à élaborer des analyses circonstanciées de la réalité sociale.

Publications

  • « Anthropologie et historicité », dans Le Dictionnaire des sciences humaines, sous la dir. de S. Mesure et P. Savidan, Paris, PUF, 2006, p. 34-36.
  • « Métissage », dans Le Dictionnaire des sciences humaines, op. cit., p. 767-769.
  • « Le Président Premier », Lignes, 21, 2006, p. 136-141.
  • « Black, Blanc, Beur oder das Fantasma der Métissage », dans Black Paris. Kunst und Geschichte einer schwarzen Diaspora, sous la dir. de T. Wendl et al., Wuppertal, Peter Hammer Verlag, 2006, p. 305-313.
  • « Les usages politiques du passé : le N’ko et la décentralisation administrative au Mali », dans Décentralisation et pouvoirs en Afrique, sous la dir. de C. Fay et al., Paris, IRD Éditions, 2006, p. 39-65.
  • « Métissage, branchement et triangulation des cultures », dans Néoracisme et dérives génétiques, sous la dir. de M.-H. Parizeau et S. Kash, Laval, Presses de l’Université Laval, 2006, p. 121-134.
  • L’arte africana contemporanea, Torino, Bollati Boringhieri, 2007, 188 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Loup Amselle, « Anthropologie et historicité », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 387-388.

Référence électronique

Jean-Loup Amselle, « Anthropologie et historicité », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18769

Haut de page

Auteur

Jean-Loup Amselle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals