Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Groupe de travail d’anthropologie sociale comparative

Cécile Barraud, André Iteanu, Jean-Claude Galey et Stephen C. Headley
p. 402-405

Texte intégral

Cécile Barraud et André Iteanu, directeurs de recherche au CNRS
Jean-Claude Galey, directeur d’études
Stephen C. Headley, chargé de recherche au CNRS

Ethnographies, holisme et comparaison des sociétés.

1Les discussions qui, par tradition, animent le séminaire s’appuient sur des contributions attachées à mettre en perspective une matière descriptive et des données factuelles prises sous un angle à la fois critique et comparatif. Les présentations ont une fois encore alterné des recherches de terrain en cours et des reprises théoriques. Quatre thèmes ont été alternativement abordés.

Rituels et représentations

2Corine Le Carrer (EHESS) a mis en contraste trois modes de temporalité de la croissance chez les Ngobe du Costa-Rica au cours de cérémonies du cycle de vie humain et du calendrier des plantes cultivées, associant ou distinguant des dimensions linéaire, cyclique et achronique. Bénédicte Brac de la Perrière (CNRS), à partir des représentations de la possession en Birmanie a montré comment le champ religieux était traversé par une dialectique opposant un point de vue bouddhiste à des pratiques stigmatisées comme des superstitions, ce discours d’éclatement masquant en réalité une intime articulation de deux niveaux systématiquement accouplées par les médiums contemporains. Arne Perminow (Oslo) a montré la manière dont la transformation du bois chez les artisans-sculpteurs de Tonga engageait une représentation hiérarchique de l’« avant » et de l’« après », où la valeur culturelle esthétique et relationnelle des objets fabriqués s’écarte progressivement d’une matière brute d’origine comme les essences et les origines s’opposent aux réalités qui les différencient, pour en retirer une leçon quant aux perceptions des changements sociaux et politiques introduits par la démocratisation.

3Dominik Bretteville (EHESS), a analysé la notion d’enveloppe (écorce des arbres et des étoffes, peau des humains, mue) dans la société Paimboa de Nouvelle-Calédonie, forme de variante locale d’une thématique largement répandue en Océanie. Les contextes d’apparition de ce thème montrent que ces enveloppes signalent généralement des références au monde des ancêtres en traduisent un changement de niveau dans l’ordre des valeurs.

4Michael Houseman (EPHE), parti du fait que nombre de cérémonies New Age et néo-païennes semblent s’organiser selon des principes très différents de ceux des événements rituels plus familiers aux ethnologues, en a marqué au contraire la continuité pour repenser certains aspects de la ritualisation en général. Opposant deux types de comportements ritualisés liés à la venue des premières règles - une gifle que reçoit une fille de la part de sa mère et les célébrations contemporaines de « premier sang » ou de « première lune » -, l’exposé a fait valoir que leur complexité distinctive se rapporte moins aux actions à accomplir qu’aux agents qui les réalisent. Jean-Marc de Grave (INaLCO) a dressé l’arrière-plan socioculturel javanais dans lequel s’inscrivent les techniques de respiration et de concentration dans les arts martiaux. Deux courts-métrages ont décrit les mises en pratique du potentiel psycho-physiologique développé : casse d’objets en béton ou en acier, détection proprioceptive d’objets effectuée les yeux bandés. L’intervention visait à montrer comment des techniques du corps, étudiées d’un point de vue anthropologique, pouvaient prêter à une collaboration interdisciplinaire avec les neuro et les psycho-physiologues.

Construction-reconstruction des sociétés : événements, histoire et logiques locales

5Gananath Obeyesekere (Princeton), retravaillant la disjonction classique entre le boudhisme cinghalais et les religions minoritaires, a repris l’ouvrage classique de Seligman sur les Veddas, lui opposant de nouveaux terrains ethnographiques pour proposer une révision profonde de l’argument cherchant à faire de cette tribu une culture primitive coupée de la société dominante. À la relation que leur culte aux ancêtres entretenait avec la doctrine des renaissances du karma se sont ajoutées des représentations partagées de l’espace et de différentes formes d’autorité. Michel Picard (CNRS) a mis l’accent sur les mouvements de réaffirmation identitaire qu’ont suscité les attentats terroristes de 2002 et 2005 à Bali, causant la ruine de l’économie et engendrant une profonde crise sociale, les agressions exacerbant ce sentiment de la vulnérabilité qu’éprouvent les Balinais en tant que minorité ethnique et religieuse au sein de l’État-nation indonésien. Stephen Headley a examiné les formes contemporaines de l’autorité religieuse à Moscou contrastant l’obligation de mémoire que nous avons en Europe envers les victimes, à la grâce (mílost) et à la miséricorde (pomílovanie) qui montent des tombeaux des victimes de la terreur staliniste, les chrétiens orthodoxes russes attribuant à leurs martyrs une « lumière » qui les aide à reconstruire une sociabilité dilapidée. À la société civile – formule sans aucune prise sur leur tissu social – s’oppose ainsi alors le « tout » auquel participent les martyrs qui, par leurs sacrifices, reproduisent un modèle de la personne intègre, les témoins (prepodobni) d’une image constitutive de Dieu. Isabelle Leblic (CNRS), sur la base d’une ethnographie de la région paicîôe Nouvelle-Calédonie, est revenue sur des questions de méthode associant les généalogies, les terminologies et les discours en matière de parenté, à une présentation de l’espace et à une mise en place de l’identité kanak au fil d’un même chrono-tope de valeur.

Autour de la notion de personne

6Enric Porqueres i Gené a proposé une approche critique des notions de personne et d’individu dans les nouvelles formes de parentés. Si les travaux de Marilyn Strathern marquent une distance radicale entre les cadres contemporains de parentalité et ceux des systèmes plus habituels aux anthropologues, ils s’établissent aussi comme les points de départ obligés d’une analyse plus universelle de ces questions. L’exposé a fait comprendre les bases mouvantes de cette opposition, ne la trouvant que partiellement fondée, une analyse des cadres contemporains de l’inceste obligeant à repenser les supposées discontinuités qui rendraient le contexte euroaméricain contemporain un hapax anthropologique. Irène Théry a souligné combien la notion de personne est un concept flou et d’un maniement difficile en anthropologie comparative, ce dont témoignent les débats récurrents sur les « composantes » de celle-ci. Revenant tout d’abord vers les multiples sources et facettes de la notion occidentale de personne – « dramatique », « juridique », « hypos-tasis » chrétienne, « moi » des philosophes de la conscience, « personne humaine » du droit naturel moderne –, l’exposé a montré en quoi la référence à la personne grammaticale (les trois personnes de l’interlocution) – autrement dit à l’action – pouvait être directement utile à la réflexion des sciences sociales. Cécile Barraud, à partir de ses matériaux sur la société de Kei (Indonésie de l’Est) et d’autres travaux sur les langues austronésiennes, a souhaité remettre en question des notions de possession et de propriété dans des sociétés de l’Indo-Pacifique examinant d’abord les deux formes grammaticales du possessif, dites aliénable et inaliénable, puis les termes dits polysémiques habituellement traduits dans la littérature par « maître et propriétaire ». L’analyse a démontré la présence d’une relation asymétrique d’autorité entre les êtres ou entre les êtres et les choses, déterminant le statut des termes et pouvant s’inverser, par exemple « la terre possède les gens ». Inspirées de Lakoff et Johnson, Meta-phors we live by (1980), les réflexions de Roberte Hamayon (EPHE) sur la « structuration métaphorique » des énoncés de croyance ont marqué les rôles prépondérants de l’expérience et de la perspective d’interaction dans la formation des systèmes conceptuels rendant ces énoncés possibles. Leur structuration métaphorique permet de comprendre, de penser, d’agir en conséquence et d’innover. En prenant comme illustration la notion d’« alliance » avec les instances spirituelles qu’elle présente dans de nombreuses religions, la structure métaphorique permet de mettre au jour la logique institutionnelle qui en découle. Avonnado Ngwama et William Dessaint (CNRS) ont commenté les chants alternés qui constituent la poétique des cours d’amour et les logiques de reproduction sociale chez les Lissou (montagnards tibéto-birmans) en marquant les réponds de construction du genre.

Actualités de Louis Dumont, II

7Pour compléter le dossier ouvert l’an dernier autour de la méthode comparative définie par Dumont, les exposés de Jean-Claude Galey se sont d’abord attachés à préciser l’importance et la place qu’y occupait la religion comme modalité contrastée d’expérience et de représentation avant d’y reprendre l’importance heuristique de ses études sur la parenté, Introduction à deux théories... (1971), Affinity as a value (1986), pour y montrer dans les deux cas l’importance d’une vue relationnelle ordonnée opposée à nos vues familières comme aux positions majoritairement adoptées par la discipline. La contribution de Philippe de Lara (ENPC) a principalement porté sur L’idéologie allemande (1991) qui, mettant au jour les traits culturels et les institutions de la Bildung, introduisait de l’autre, une analyse originale du phénomène totalitaire et des malheurs de la démocratie. Cette première courbure holiste de l’individualisme du cas allemand appelait chez Dumont une réflexion sur la relativisation et sur l’interaction des concepts de holisme et d’individualisme, là où la discussion engagée autour des Considérations d’un apolitique de Thomas Mann lui permettait d’offrir à l’histoire et à la philosophie politique contemporaines une vue nouvelle – parce qu’anthropologique, de la modernité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Barraud, André Iteanu, Jean-Claude Galey et Stephen C. Headley, « Groupe de travail d’anthropologie sociale comparative », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 402-405.

Référence électronique

Cécile Barraud, André Iteanu, Jean-Claude Galey et Stephen C. Headley, « Groupe de travail d’anthropologie sociale comparative », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 26 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18780

Haut de page

Auteurs

Cécile Barraud

Articles du même auteur

André Iteanu

Articles du même auteur

Jean-Claude Galey

Articles du même auteur

Stephen C. Headley

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals