Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie des mondes marchands et industriels indiens

Pierre Lachaier
p. 406-407

Texte intégral

Pierre Lachaier, maître de conférences à l’ÉFEO

Questions d’anthropologie économique

1Peut-on parler d’anthropologie économique de l’Inde alors qu’il n’existe pratiquement aucun travail d’indianiste sur ce thème, si l’on excepte une étude classique de l’école substantiviste sur le système de prestation hiérarchisé villageois (dit Jajmani) ? Pour montrer qu’on le peut, le séminaire s’est attaché à développer des résultats d’enquêtes portant sur plusieurs phénomènes caractéristiques de l’économie postindustrielle contemporaine, laquelle se caractérise par la fin du taylorisme et du fordisme, la mise en œuvre des nouvelles technologies de l’information, la financiarisation, une poussée d’individualisme et par l’émergence de l’Inde sur des marchés mondialisés (selon D. Cohen, Trois leçons sur la société industrielle, Seuil, 2006).

2Après avoir rappelé les principaux thèmes traités l’année précédente, les transformations de l’organisation de la division du travail industriel entre les firmes et entreprises indiennes ont été décrites comparativement avec celles inspirées du toyotisme pendant les années 1970-1980 au Japon. Tandis qu’au tournant de l’indépendance et peu après celle-ci, de grandes firmes aux activités diversifiées fondèrent leurs « villes-usines domaniales », les nouvelles firmes lignagères marchandes des années 1980 entrèrent dans l’industrie en passant d’une forme en réseau de firmes structuré par la parenté à une forme en réseau d’entreprises structuré par des rapports technico-économiques hiérarchisés, tels que les rapports de sous-traitant à donneur d’ordres.

3Les systèmes internationaux de transferts de valeur informels, dénommés « Hawala » dans le sous-continent indien et dans le bassin méditerranéen, se sont développés à l’échelle planétaire en proportion du nombre croissant de travailleurs des pays pauvres émigrés dans les pays occidentaux. Si les systèmes Hawala ne sont pas illicites et se montrent aujourd’hui capables de concurrencer les services financiers du secteur marchand institutionnalisé, parce qu’ils sont plus efficients et moins onéreux qu’eux, ils sont aussi soupçonnés d’opérer des transferts illégaux au profit d’organisations mafieuses ou terroristes. Les travaux de l’anthropologue Roger Ballard portant sur les transferts des travailleurs pakistanais de Grande-Bretagne montrent que les avantages du système Hawala reposent sur les rapports de confiance entre ses opérateurs qui peuvent ainsi se dispenser d’entretenir un système de contrôle bureaucratique coûteux : autrement dit, les systèmes du type Hawala sont concurrentiels parce que fondés sur des liens sociaux et clientélistes qui n’existent pas, ou plus, dans les pays occidentaux, ou qui en tout cas ne peuvent pas être pris en compte par les organisations financières bureaucratiques. Les travaux de Ballard ont été confirmés par des économistes de la Banque mondiale portant sur d’autres terrains, dont des pays en guerre comme l’Afghanistan et la Somalie, où les systèmes financiers informels sont les seuls qui restent en état d’assurer des transactions internationales.

4Les systèmes financiers internationaux informels sont animés par des opérateurs dont certains ne peuvent qu’être des spécialistes de la finance, et qu’on a des chances de trouver parmi les membres des groupes à vocation marchande émigrés dans les pays occidentaux. À titre d’exemple, la récente formation du réseau mondial d’une communauté musulmane francophone originaire du Gujarat a été décrite à partir d’enquêtes de terrain que j’ai menées en région parisienne en 2005-2006. Connus en Inde comme une « Business Community », les Khoja chiites duodécimains émigrent au XIXe siècle en Afrique ainsi qu’à Madagascar dont ils finissent par contrôler l’économie. Dans les années 1970, ils émigrent de nouveau dans les pays occidentaux et ailleurs, où ils forment des associations locales qui se regroupent bientôt en fédérations régionales (Océan indien, Afrique, Amérique, Europe), chapeautées par une « World Federation » créée à Londres en 1976. Les Khoja ont également fondé leur chambre de commerce qui tient ses réunions dans différents pays, dont les Émirats arabes.

5Une étudiante a présenté son travail en cours sur la dynamique des entrepreneurs indiens et une invitée son travail de doctorat sur une organisation communautaire financée par de riches hommes d’affaires Sindhi au Madhya Pradesh.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Lachaier, « Anthropologie des mondes marchands et industriels indiens », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 406-407.

Référence électronique

Pierre Lachaier, « Anthropologie des mondes marchands et industriels indiens », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 17 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18782

Haut de page

Auteur

Pierre Lachaier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals