Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Jazz et anthropologie

Jean Jamin et Patrick Williams
p. 424-425

Texte intégral

Jean Jamin, directeur d’études
Patrick Williams, directeur de recherche au CNRS

1Le séminaire de cette année a été consacré dans sa première partie à l’analyse de morceaux et d’œuvres de musiciens de jazz rapportés à leur contexte de production et de réception, dans sa seconde partie à l’étude du phénomène du swing.

2La légende de Stagolee, « the bad black man », qui inspira les paroles et les interprétations de nombre de chanteurs de blues (de Ma Rainey à Josh White en passant par Cab Calloway), a permis d’introduire aux représentations du « Nègre-de-terre » et du « Nègre-marron » – figures qui parcourent toutes l’histoire et les performances du jazz (Jean Jamin, Emmanuel Parent) et qui s’inscrivent dans la « diaspora noire », une notion ambiguë dont Christine Chivallon a présenté une vue synthétique et critique à partir des travaux récents de Paul Gilroy et de William T. Lhamon. De même l’histoire des Minstrels où, à la fin du XIXe siècle, se croisent – et rivalisent sur des scènes de music-hall – des immigrants juifs venus d’Europe de l’Est et des esclaves noirs affranchis, a-t-elle permis de relire historiquement et musicalement l’émergence du « jazz klezmer » et le mouvement de la Radical Yewish Culture telle qu’elle s’exprime, par exemple, dans la formation de John Zorn (Jean Jamin, Gabriel Siancas), aussi bien que la part de spiritualité (qui n’exclut nullement le ferment prophétique, voire constataire) que conserve le jazz le plus moderne, chez John Coltrane en particulier, comme l’a démontré le saxophoniste Raphaël Imbert. C’est au jazz hors de ses frontières pour ainsi dire naturelles (hors donc des États-Unis) que se sont intéressés Stéphane Dorin (Université Paris-XIII) en étudiant les circulations coloniales et postcoloniales de cette musique en Inde ; Perrine Beaufils en évoquant l’héritage panafricain dans l’œuvre de Fela Kuti (chanteur et chef d’orchestre nigérian qui, dans les années 1970, inventa l’afrobeat, un mélange de jazz, de funk et de musique traditionnelle yoruba) ; Daniel Friedmann (CNRS) en projetant et commentant son film, tout juste monté, sur un bar de nuit et de jazz parisien ; Jocelyn Bonnerave en présentant ses matériaux ethnographiques sur les rapports entre jazz, slam et rap, tels qu’il a pu les observer et étudier dans des cafés de la capitale.

3La question de l’événement dans le jazz, en partie liée à l’importance que revêt l’improvisation dans l’exécution des morceaux, a été notamment abordée par Patrick Williams à travers l’analyse d’une pièce de Miles Davis enregistrée en 1969 et intitulée Shh/Peaceful ; par Yannick Séité (Université Paris-Vil) qui évoqua la destinée de « tubes », ceux-ci forcément datés, comme My Man, mais devenus par la suite des standards inscrits au répertoire des musiciens de jazz et dont l’interprétation est toujours changeante et renouvelée, même mélodi-quement et harmoniquement (comme chez Dizzy Gillespie, Charlie Parker ou Thelonious Monk) ; par Jean Jamin à partir de l’œuvre de Rahsaan Roland Kirk et de son singulier instrumentarium qui en fit, au sens plein, un personnage sonore le rapprochant curieusement des Minstrels. Cette question de l’événement a tout naturellement conduit à s’interroger sur celle des styles, des modes (la « mode » dont Baudelaire soulignait déjà le caractère « transitoire, fugitif, contingent ») et à examiner le succès grandissant de ce qu’en France on appelle le « jazz manouche », phénomène dont ont rendu compte Patrick Williams, le musicien Max Robin et le directeur du Gipsy Festival d’Angers, Michel Lefort.

4Les quatre dernières séances du séminaire ont été entièrement dévolues à l’analyse du swing, que ce soit à partir de questionnaires et de tests que Marc Chemillier (Université de Caen) a fait passer aux auditeurs du séminaire, d’enregistrements vidéos de musiciens (Marc Chemillier, Bernard Lubat), de témoignages (le saxophoniste Jean-Louis Chautemps, l’écrivain Jacques Réda), d’une étude historiographique et critique par Patrick Williams des textes qui ont été consacrés à ce phénomène, dont André Schaeffner disait déjà en 1926 qu’il procédait d’un conflit entre le rythme et la mesure (une opposition entre « le serpentement » de l’un et « la rigidité métrique » de l’autre), et d’une analyse comparative de sonagrammes réalisés par Bernard Lortat-Jacob (CNRS) à partir d’enregistrements sonores. Les problèmes soulevés, lors de ces séances, nous ont amenés à reconduire ces approches lors du séminaire de l’an prochain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Jamin et Patrick Williams, « Jazz et anthropologie », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 424-425.

Référence électronique

Jean Jamin et Patrick Williams, « Jazz et anthropologie », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18794

Haut de page

Auteurs

Jean Jamin

Articles du même auteur

Patrick Williams

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals