Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie de la domination : pratiques, discours, représentations dans les sociétés berbères

Tassadit Yacine
p. 426-427

Texte intégral

Tassadit Yacine, directrice d’études

Domination et ambiguïté

1Le séminaire a consisté à mettre en évidence les deux pôles du pouvoir (réel et symbolique) qui s’exercent sur la culture berbère (amazighe) en tant que culture dominée émergente.

2En effet, si certaines séances ont porté sur la dimension symbolique de la langue, d’autres ont mis en évidence ses implications directes sur les sujets.

3Mustapha Tidjet (Université de Bédjaïa, Algérie) s’est attaché à montrer l’importance de l’onomastique, l’intérêt de l’anthroponymie pour l’anthropologie, et quelques résultats d’une enquête de terrain pour montrer le fonctionnement actuel des patronymes (comment est exprimée la relation de filiation ; qu’elle est la place des patronymes officiels imposés par l’état civil) dans la vie actuelle de la société, et les relations qu’il y a entre ces patronymes officiels et les patronymes réellement utilisés dans la vie de la communauté kabyle.

4Saïd Bennis de l’Université de Beni Mellal (Maroc) s’est attaché pour sa part à montrer l’importance des représentations et des attitudes des Chleuhs (Berbères du Maroc) à l’égard de la diversité linguistique et culturelle marocaine qui oscille entre homogénéité et hétérogénéité.

5La tendance à l’hétérogénéité est manifestée à travers le choix de différentes manières de parler, en l’occurrence l’arabe, la chelha et le français alors que la tendance à l’homogénéité obéit à deux pôles, celui de la langue idéale que représente l’arabe et celui de l’idéal de langue qu’incarne la chelha. En effet, le mouvement ambivalent de la dynamique épilinguistique chez les sujets chleuhs est fonction d’une tension subjective partagée entre les deux pôles, à savoir celui de la langue idéale et celui de l’idéal de langue. Yamina El Kirat de l’Université Mohammed V (Rabat) a brossé un tableau général de la situation historique de la langue amazighe au Maroc et surtout discuté des dernières décisions prises à l’égard de l’institutionnalisation de la langue et des dérives éventuelles qui la guettent, faute d’outils pédagogiques et humains nécessaires à son épanouissement dans une société plurielle ouverte au vent de la mondialisation.

6C’est précisément dans la même optique qu’intervient Mehdi lazzi spécialiste de l’aménagement de l’amazighe marocain (IRCAM, Rabat), situé dans un point de l’espace social et académique dont le discours tend davantage vers une homogénéisation imposée par la conjoncture sociale et politique. Le chercheur s’est fondé sur une présentation des décisions prises au Maroc, depuis 2001, en faveur de la langue et la culture amazighes, les enjeux qu’engagent ces décisions (sur le plan linguistique, culturel, social, identitaire), les acquis et les défaillances de cette reconnaissance ainsi que sur les perspectives d’un nécessaire développement pour expliquer la complexité de la position des instances officielles.

7L’autre pôle du séminaire est ouvert à d’autres dimensions de l’anthropologie comme ici les rapports de domination culturelle inscrits dans le corps dans sa réalité et dans la fiction.

8Anna Maria Fantauzzi (Université de Rome/EHESS) a montré les implications sociales et culturelles du don du sang des immigrés marocains (berbères) à Turin par rapport à la culture d’origine. À travers une recherche empirique menée en Italie et au Maroc, elle a essayé d’analyser les catégories du don par rapport au bénévolat et tenté d’esquisser les contours d’un marché fondé sur la symbolique du sang (et du corps) dans des contextes où le religieux n’est pas absent.

9Loin d’être la préoccupation des seules sociétés musulmanes actuelles, le facteur religieux a toujours été présent et appréhendé différemment selon les contextes et les agents culturels. C’est dans ce sens que nous conduit l’intervention d’Isabelle Kalinowski (ENS) qui a porté sur la sociologie de la religion de Max Weber, suite à la parution de sa nouvelle traduction (Sociologie de la religion, Paris, Champs Flammarion, 2006). En faisant également référence à un autre écrit de Weber, Hindouisme et bouddhisme (Paris, Champs Flammarion, 2003), qui semble offrir des pistes particulièrement fructueuses pour une sociologie de la religion musulmane, elle a mis l’accent sur deux dimensions majeures : le projet d’une étude comparative des religions et la tension magie/savoir, qui se retrouve selon Weber dans toutes les religions et donne à ce projet comparatif son assise anthropologique.

10À travers deux documentaires tournés au Maroc (2002-2006), Driss Azdoud (Université d’El-Jadida) et Tassadit Yacine ont mis l’accent sur les liens qui existent entre rituel et transmissions de savoir (avec les catégories sous jacentes de classement) que ce soit au niveau religieux (le carnaval de l’achoura) et/ou profane (les rites de passage des candidats au monde de l’élite et des adultes).

Publications

  • « Assia Djebar et la langue », Altermed, t. 1, 2007, p. 37-39.
  • « Jean Amrouche. Genèse d’une conscience politique », dans Figures croisées d’intellectuels, Paris, Khartala, 2007, p. 197-214.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tassadit Yacine, « Anthropologie de la domination : pratiques, discours, représentations dans les sociétés berbères », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 426-427.

Référence électronique

Tassadit Yacine, « Anthropologie de la domination : pratiques, discours, représentations dans les sociétés berbères », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18797

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals