Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Sociologie de la décision et de la délibération

Philippe Urfalino
p. 441-443

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Philippe Urfalino, directeur d’études

1Politique du médicament

2Les controverses suscitées par les retraits du marché mondial de la cérivastatine, un médicament anticholestérol de la firme Bayer en 2001, puis du Vioxx®, un anti-inflammatoire de la firme Merck SD, en 2004, constituent le point de départ empirique de la réflexion menée au cours du séminaire. Ces deux retraits ont entraîné une dénonciation des firmes pharmaceutiques, une mise en cause des agences du médicament, française, européenne et américaine, et des experts qu’elles mobilisent, pour manque de vigilance à l’égard des firmes.

3Dans un premier temps, nous nous sommes attachés à décrire et à analyser l’histoire du contrôle sanitaire depuis les années 1960, de la création de l’autorisation de mise sur le marché (AMM), jusqu’à la création des agences du médicament en Europe, lors des années 1990. Nous nous sommes notamment intéressés aux différentes dimensions de l’AMM, économique, sanitaire, juridique, et à leur articulation dans des dispositifs organisationnels, différente selon les pays. Abordant ensuite la question de la relation entre industries, experts et agences, nous avons essayé de rendre compte de l’ampleur prise par le thème du conflit d’intérêts. Deux aspects ont été mis en évidence : a) il s’agit d’un problème bien réel et nous avons évoqué les moyens mobilisés pour en limiter les nuisances ; b) la focalisation de l’attention sur le conflit d’intérêt à un autre ressort : la tentation de penser les problèmes de contrôle sanitaire des médicaments à partir d’un seul schéma : l’opposition de la connaissance et de l’intérêt. La validité et la prégnance de ce schéma sont étroitement liées à l’histoire du contrôle moderne des médicaments, puisque son ressort fut toujours la mobilisation des savoirs scientifiques pour valider, contester ou corriger les énoncés thérapeutiques issus des firmes. Nous avons montré que cette focalisation tendait à cacher la dimension politique (au sens d’arbitrage entre différents biens et différentes dimensions de saisie des questions relatives aux médicaments), inscrite, de manière souvent implicite, dans le dispositif d’AMM et certains de ces critères.

4Dans un second temps nous avons procédé à une analyse détaillée de l’histoire de la mise sur le marché, de la pharmacovigilance et du retrait mondial de la cérivastatine. En examinant ensuite les conséquences du retrait, il est apparu un contraste tranché entre, d’une part, les leçons de cette affaire pour la pharmacovigilance et, d’autre part, les leçons relatives aux conditions de la mise sur le marché. Dans le premier cas, on observe un phénomène classique de retour sur expérience, les accrocs de la pharmacovigilance européenne lors du retrait du médicament ayant rencontré le projet antérieur de l’améliorer : le retrait de la cérivastatine a conforté et amplifié la réforme du dispositif européen de pharmacovigilance. Dans le second cas, le retrait du remède de Bayer a grossi le dossier de la critique des « me-too » sans contribuer à une clarification du débat récurrent sur les critères de l’AMM.

5Le cas du Vioxx®, encore sous étude, fera l’objet d’un séminaire ultérieur.

6Les exposés de Janine Barbot sur l’évolution des formes d’engagement associatif vis-à-vis du monde médical, de Sébastien Dalgalarrondo sur les conflits entre firmes et cliniciens à propos de l’interprétation des essais cliniques, de George-Alexandre Imbert, président de l’AAVAM, sur l’histoire de son association, de Pascal Penaud, inspecteur général à l’IGAS, et de Perrine Roux, tous deux sur le Vioxx®, ont utilement complété ce premier séminaire sur la dimension politique du contrôle sanitaire des médicaments.

Publications

  • Dir. du dossier « Médicaments et société », Annales. HSS, 2, 2007.
  • « L’esprit des règles de décision », dans Vincent Descombes. Questions disputées, sous la dir. de C. Michon et B. Gnassounou, Nantes, Cécile Defaut, 2007, p. 199-236.
  • « La décision par consensus apparent. Nature et propriétés », Revue européenne des sciences sociales, t. xlv, 136, Droz, 2007, p. 47-70.
  • « Gaëtan Picon et l’invention de la politique culturelle », dans Gaëtan Picon, de l’aventure littéraire à l’action culturelle, sous la dir. de G. Martinère, Paris, Les Indes savantes, 2007, p. 77-82.
  • Avec B. Hauray, « Expertise scientifique et intérêts nationaux. L’évaluation européenne des médicaments. 1965-2000 », Annales. HSS, 2, 2007, p. 273-298.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Urfalino, « Sociologie de la décision et de la délibération », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 441-443.

Référence électronique

Philippe Urfalino, « Sociologie de la décision et de la délibération », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18806

Haut de page

Auteur

Philippe Urfalino

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals