Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Sociologie des interventions sur le social

Robert Castel, Marc Bessin et Denis Merklen
p. 461-462

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Robert Castel, directeur d’études
Marc Bessin, chargé de recherche au CNRS
Denis Merklen, maître de conférences à l’Université Paris-VII

Protection sociale et individu mobile

1Dans le prolongement des questions abordées les années précédentes, l’analyse de l’évolution de la question sociale et des dispositifs de protection sociale a été poursuivie autour de leurs effets sur les dynamiques d’individuation. Cette année, la réflexion a été orientée autour de trois axes, a) l’indépendance comme condition de l’individuation, b) les relations entre risque et protection, c) le passage au politique et à la constitution de collectifs.

2Dans un premier temps, nous nous sommes attachés à une conceptualisation de l’individuation centrée sur l’indépendance sociale et non pas sur les processus de subjectivation ou d’autonomie. Certes, les processus d’individualisation qui sont à l’œuvre dans la seconde modernité, sous forme d’injonctions multiples à construire sa propre vie à partir d’un principe abstrait d’autonomie, mobilisent les sujets et impliquent les individus en les responsabilisant en personne. Mais ce contexte de mobilisation tous azimuts n’implique aucune garantie de supports sociaux indispensables à la conquête d’une certaine indépendance sociale. En ce sens, le constat d’une vulnérabilité partagée au-delà des inégalités (voir les perspectives du care), éclaire la question de l’indépendance en la faisant travailler avec l’idée classique de solidarité et d’interdépendance.

3Nous avons ensuite travaillé la notion de « risque ». Celle-ci apparaît comme un point nodal de notre exploration car elle permet de mettre en rapport les questions de l’individuation et celles de la protection sociale. À la manière dont elle est travaillée par les approches gouvernementalistes, la notion de risque se présente comme un vecteur important des politiques d’individuation. Dans le but d’éclairer la diversité des points de vue que la mobilisation de cette notion suscite, nous avons essayé d’identifier les différentes configurations de l’usage de cette notion si l’on veut l’utiliser pour appréhender les protections sociales qui sont mises en œuvre pour les endiguer. Trois constellations semblent au moins devoir être déclinées. Le risque actuariel tel qu’il a donné corps au régime de protection sociale. Le risque tel qu’il est mobilisé dans la gestion des populations. Enfin, l’inflation des risques qui met en péril, au-delà des clivages sociaux, le devenir collectif.

4D’autre part, nous nous sommes intéressés à la capacité des individus des classes populaires à donner une réponse collective aux processus d’individuation. De leur point de vue, ces processus se présentent souvent dans une profonde ambiguïté. Le gain en autonomie que l’individuation est censée apporter ne se présente pas toujours seul, il est souvent accompagné de phénomènes très lourds de précarisation qui anéantissent les aspects positifs de l’individualisme. Or la réponse à ces processus de vulnérabilité est fréquemment d’ordre collectif. D’une part, parce que la précarité conduit à reconsidérer la solidarité entre pairs. Et également parce qu’elle provoque des formes émergentes de la protestation, voire de la révolte. Dans ce troisième axe du séminaire nous avons donc exploré les formes de mobilisation collective (voir les révoltes populaires de novembre 2005) en lien avec une problématique de l’individuation. Le collectif n’apparaît pas ici nécessairement comme une menace mais parfois dans sa positivité, comme un vecteur d’individuation positive.

Publications

  • « La cohésion sociale », dans Les mutations de la société française, t. 2, Les grandes questions économiques et sociales, sous la dir. de R. Castel, L. Chauvel, D. Merllié, e. Neveu et T. Piketty, Paris, La Découverte (« Repères »), 2007, p. 96-119.
  • « Au-delà du salariat ou en deçà de l’emploi : l’institutionnalisation du précariat ? », dans Repenser la solidarité : l’apport des sciences sociales, sous la dir. de S. Paugam, Paris, PUF (« Le lien social »), 2007, p. 416-433.
  • La discrimination négative. Citoyens ou indigènes ?, Paris, Le Seuil (« La République des idées », 2007, 140 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robert Castel, Marc Bessin et Denis Merklen, « Sociologie des interventions sur le social », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 461-462.

Référence électronique

Robert Castel, Marc Bessin et Denis Merklen, « Sociologie des interventions sur le social », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18819

Haut de page

Auteurs

Robert Castel

Articles du même auteur

Marc Bessin

Articles du même auteur

Denis Merklen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals