Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Sociologie des inégalités et des ruptures sociales

Serge Paugam
p. 462-464

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Serge Paugam, directeur d’études

La rupture des liens sociaux : de l’enfance à l’âge adulte

1Dans le prolongement du séminaire de l’année précédente, le séminaire a porté sur la rupture de différents types de liens qui rattachent l’individu à la société : le lien de filiation, le lien de participation élective, le lien de participation organique et le lien de citoyenneté. L’un des objectifs des travaux a été d’analyser plusieurs ruptures de ces liens en les replaçant dans le parcours biographique des individus. Nous nous sommes appuyés pour cela sur des enquêtes sociologiques (par questionnaire ou par entretien approfondi) ou sur des autobiographies sélectionnées. Plusieurs séances ont été consacrées à la méthodologie de l’analyse longitudinale ou rétrospective, à l’étude d’histoires de vie, à l’interprétation de témoignages et d’expériences de souffrances ou de traumatismes. Les matériaux utilisés ont été puisés dans des enquêtes en milieu défavorisé, mais aussi en population générale.

2Les diverses sources utilisées ont permis d’étudier les trajectoires d’individus à partir des formes initiales de la socialisation. Les effets durables ainsi que les conduites résilientes de personnes, ayant vécu dans l’enfance et ensuite à l’adolescence de grandes difficultés liées aux relations avec leur entourage, ont été étudiés en prenant en compte à la fois la théorie de l’habitus et celle de l’attachement (en référence aux travaux de John Bowlby). Nous avons tenté de vérifier l’hypothèse selon laquelle la fragilité relationnelle initiale agit comme une empreinte sur les rapports sociaux construits à l’âge adulte.

3Le cas des enfants sans filiation, abandonnés et placés en famille d’accueil ou en foyer a été étudié de façon approfondie à partir du travail de Jean-Marie Firdion sur l’influence des événements dans la jeunesse et l’héritage social parmi les SDF. Abdia Touharia, dont le travail de thèse porte sur le placement dans l’enfance, a présenté une série de recherches sur le contexte social des mauvais traitements. L’enquête « Santé, inégalités et ruptures sociales » (SIRS) a été utilisée pour étudier l’effet des difficultés et souffrances de l’enfance sur les trajectoires à l’âge adulte. Dans le même esprit, les travaux sur les expériences de l’humiliation à l’école et sur l’accumulation des inégalités dès les premières années de la vie scolaire ont nourri la réflexion du séminaire. La question de l’intégration des jeunes socialisés dans les « banlieues sensibles » a été prise en compte à partir de l’enquête ethnographique de Nasser Tafferant sur le « Bizness » à Vaulx-en-Velin.

4Deux séances ont porté sur le suicide et les tentatives de suicide des adolescents, l’une assurée par Marie Choquet, épidémiologiste à l’Inserm et l’autre Xavier Pommereau, psychiatre au CHU de Bordeaux. Elles ont contribué à évaluer les facteurs de risque associés au milieu familial et aux formes de la socialisation.

5Des expériences de rejet social ont été analysées à partir des exposés de Marie Loison sur la stigmatisation des SDF et de Pascale Dietrich sur les trajectoires dans le logement insalubre. Ces séances ont montré à partir de quels mécanismes sociaux peuvent se constituer les figures de « l’indésirable » et dans quelle mesure ce processus de rejet social entraîne la privation ou la rupture de liens. Ces terrains ont permis en même temps d’insister sur les formes de résistance au stigmate et de les évaluer de façon comparative. L’épreuve de la dégradation statutaire a par ailleurs été étudiée par l’exposé de Sophie Pochic sur les cadres victimes d’accidents de carrière et de trajectoires descendantes.

6Deux professeurs invités nous ont présenté leurs recherches : April Brayfield, de l’Université de Tulane, sur les croyances à l’égard de l’éducation des jeunes enfants en Hongrie et Cécile Laborde, du département de Sciences politiques de l’UCL, sur la pensée égalitaire et les problèmes de la discrimination.

7Enfin, l’analyse des ruptures de l’enfance à l’âge adulte a été l’occasion de réexaminer les concepts devenus courants de « résillence » et de « capital social ». Les travaux réalisés débouchent de façon plus générale sur une théorie des liens sociaux qui constituera le thème du séminaire 2007-2008.

Publications

  • Dir., Repenser la solidarité. L’apport des sciences sociales, Paris, PUF (« Le lien social »), 2007, 992 p.
  • « Les fondements de la solidarité », ibid., p. 5-28.
  • « La solidarité organique à l’épreuve de l’intensification du travail et de l’instabilité de l’emploi », ibid., p. 379-396.
  • « Vers un nouveau contrat social », ibid., p. 949-980.
  • « D’une question sociale à l’autre », dans Raymond Aron et la démocratie au xxp siècle, Paris, de Fallois, 2007, p. 125-132.
  • « L’intégration sociale stratifiée. L’apport de Maurice Halbwachs à la sociologie des genres de vie », dans Maurice Halbwachs, sociologue retrouvé, sous la dir. de M. Jaisson et C. Baudelot, Paris, Éditions Rue d’Ulm/Presses de l’ENS, 2007, p. 53-84.
  • « La pauvreté en Europe, entre statut transitoire et destin social », dans L’état des inégalités en France 2007, sous la dir. de L. Maurin et P. Savidan, Paris, Belin, 2006, p. 155-161.
  • « Quand l’intégration professionnelle devient disqualifiante », Économie et humanisme, 381, juin 2007, p. 24-28.
  • Las formas elementales de la pobreza, Madrid, Alianza Editorial, 2007, 302 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Serge Paugam, « Sociologie des inégalités et des ruptures sociales », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 462-464.

Référence électronique

Serge Paugam, « Sociologie des inégalités et des ruptures sociales », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18820

Haut de page

Auteur

Serge Paugam

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals